La CGT bloque les bureaux de mon père

Jun 17

Mon père dirige une agence d’interim dans le monde du BTP depuis plusieurs années… L’agence se trouve au 12 Boulevard Magenta, à côté de la place de la République. (Passez leur dire un petit coucou)

Plusieurs centaines de personnes sont salariées par l’entreprise afin de se faire recruter en travail temporaire dans les plus grandes entreprises de BTP de France.

En novembre dernier, un décret de la préfecture a été publié demandant des contrôles plus accrues de la nationalité des salariés. L’entreprise s’est rendu compte que 40 de ses salariés avaient des faux papiers et a dû les licencier immédiatement comme le veut la loi.

Les messieurs de la CGT sont arrivés hier matin à l’agence accompagnés de plus de ces 40 personnes en situation irrégulière afin de s’y “installer” et demander à l’entreprise de payer une “redevance” pour étudier les dossiers en vue d’une éventuelle régularisation de ces mêmes salariés intérimaires. Cette “redevance” qui s’élève à plus de 1000 euros par salarié servirait donc à les aider à devenir français.
En fait, la CGT demande 45000 euros à une entreprise qui a tout simplement respectée la loi en licenciant des gens hors la loi.

Le pire est que cette redevance est un “rêve”…Personne ne peut dire si les personnes seront finalement régularisées…et vous le savez comme moi, que les chances de nos jours sont faibles. Ces pauvres gens se font manipulés par la CGT qui ne leur promet absolument rien mais qui pendant ce temps, empéche une entreprise de travailler.

De plus, que vient faire l’entreprise là dedans ? Depuis quand doit elle participer à une régularisation alors que son dirigeant risquait des peines énormes pour les avoir embaucher suite à leur tromperie ?

Evidemment, cette somme ne sera jamais payée (il n’y a aucune raison) et depuis hier matin lundi, la CGT est donc installée dans les petits bureaux. Ils sont plus de 50 personnes (100 aujourd’hui) à bloquer l’accès aux bureaux…ce qui est gravement problématique car les candidats voulant venir postuler ne peuvent entrer dans l’agence. Paradoxal non ?

En fin d’après midi, la police est venu expulser les gentils messieurs de l’agence mais ils sont restés dehors et devraient revenir demain matin. La police a demandé à mon père de fermer les grilles pour ne pas les laisser entrer mais c’est un calvaire.

Mais bon, cela risque de durer bien longtemps et personne ne fait rien…Monsieur le préfet, vous demandez à ce que les salariés sans papier soient licenciés..C’est à vous d’en tirer les conséquences et à aider les entreprises suivant vos instructions ! Empéchez ces attaques complétement abusives…envers ceux qui ont suivi vos instructions à la lettre

PS: Il faut noter qu’il n’était pas de l’intérêt de l’entreprise de licencier ces gens. Une société interim génére plus de chiffres d’affaires si elle a plus de salariés. Toutefois, la loi est la loi et il est impossible de recruter des gens n’ayant pas de papier.

7 comments

  1. Imrallion /

    Je suis plutôt fatigué, donc je pense que mon message sera un peu insipide. Tout ça pour dire que j’ai bossé pendant un an dans une agence de com qui était en charge justement de la com de la CGT (enfin, une “filiale”).
    Que dire? Ce sont simplement des branleurs, qui revendiquent des choses qu’ils n’appliquent pas eux-même.
    Tout ça pour dire que lorsque j’ai commencé à bosser pour eux, je trouvais cela plutôt plaisant, c’était enrichissant, plutôt en accord avec certaines de mes croyances politiques.
    Mais au fur et à mesure, les choses se sont ternies. La CGT n’est plus qu’un ramassis d’imbéciles qui feraient tout pour simplement contredire l’état. Je ne prend pas la défense de notre état, mais la CGT oublie ses propres convictions simplement dans le but de se faire entendre.
    C’est exactement ce qu’il se passe avec ton père, je sympathise sincèrement, envers lui, envers les travailleurs, et envers ton agence. La CGT veut simplement se faire médiatiser, peu importe le prix, peu importe les convictions.

    C’est scandaleux, réellement.

  2. Toutefois, la loi est la loi et il est impossible de recruter des gens n’ayant pas de papier.

    Comment expliquer alors les 40 irreguliers initialement embauches …..

  3. Jeremie Berrebi /

    @Ludovic: Il est très difficile de détecter des faux papiers (dans ce cas, ces gens là avaient des papiers mais étaient des faux). La préfecture a donc mis en place une procédure il y a quelques mois afin qu’ils puissent valider eux même ces papiers. C’est à ce moment là que tout a été découvert.

    @Imrallion : Comme tu le dis si bien, on peut être d’accord sur le fond avec certaines idées de la CGT, notamment ici le soutien à des gens qui veulent travailler mais que la France n’accepte pas. Maintenant, les méthodes sont effectivement incroyables, au lieu d’aller bloquer les portes des bureaux, ils devraient aller bloquer le ministère de l’immigration qui pourrait résoudre ce problème qui les concerne directement.

  4. 40 clandestins dans une même entreprise, ça fait beaucoup, quand même. Il ne paie pas de salaires qui intéressent les travailleurs en situation régulière, ton père ?

  5. Jeremie Berrebi /

    @Edmond: le fichier de l’entreprise comprend 1000 salariés….40 parmi ces 1000 ne représentent pas grand chose. En général il y a plus de 200 salariés en poste à un instant T.

    Dans le monde du BTP, les travailleurs sont souvent des travailleurs immigrés de toutes façons mais eux étaient en situation irrégulière (pas vraiment clandestins sinon ils se seraient fait expulsés direct).

  6. romain /

    je suis passé devant hier soir, je me demandais justement ce qui se passait, c’est assez impressionnant

  7. aruban /

    Mouais.. J’ai effectivement du mal a comprendre pourquoi ils s’en prennent a la “petite” boite de ton père et pas plutôt directement au ministère ou a la préfecture.. c qui ferait plus de bruit médiatique (mais plus de risque aussi…)

    Les syndicats ont eu leur temps, mais sont certainement un peu déconnecté aujourd’hui. Ils se crées trop d’ennemis et donc en oublis de s’en prendre au vrais…

Leave a Reply