Etre patron ? Des CPE en permanence

Excellente analyse de Pierre Mechentel sur AgoraVox .

Ce post va encore soulever pleins de commentaires indignés mais je persiste et signe…

La sécurité d’un emploi ne doit pas être assuré par des lois mais UNIQUEMENT par le fait de se rendre indispensable dans son entreprise !

Je suis par contre, pour n’importe quelle mesure pouvant assurer l’emploi à des personnes handicapés, invalides ou autres…(Quota en entreprise par exemple)…car le cas est différent.

Related Post

7 Comments

  1. Je suis plutot favorable au CPE et pourtant il m’est difficile d’être à 100% d’accord avec toi. Ok, il est bon d’être indispensable dans son entreprise mais est-ce suffisant pour conserver son job ? pour des cadres, c’est certainement le cas, pour les autres c’est moins sûr.

    Prenons le cas d’un agent de réservation sur un plateau de call center, comment se rendre indispensable/irremplaçable ? Tous le monde n’a pas la chance de pouvoir être indispensable.

  2. Pourquoi faire juste un contrat pour les premieres embauches? apres il y aura le contrat derniere embauche pour régler le probleme des vieux qui sont au chomage en attendant leur retraite? Il y faut un contrat d’embauche point barre et aménager les conditions de travail pour que les jeunes ou les vieux se sentent bien au boulot et aient envie de tavailler plus et mieux et de créer plus d’emploi.

    Personnellement je suis pour le CT et pas le CPE (CT c’est contrat de travail qui protège le salarié et qui permet à l’entrepreneur d’embaucher facilement). Le problème de la France n’est pas que des emplois du passé disparaissent mais qu’il en faudrait plus d’emploi d’avenir qui se créent.

  3. Pour te répondre Hubert. Penses tu que les patrons aiment virer des gens ? Penses tu qu’ils n’aimeraient pas avoir des salariés fidèles qui font bien leur boulot ?

    Former un nouveau salarié coute cher…

    Donc ton agent de réservation, s’il est efficace, pourquoi le virer ? Quel intérêt ?

  4. Aucune reforme ne peut passer en France. Je ne connais pas suffisamment les textes sur le CPE pour juger, mais ce qui est sûr, c’est que les reformes sont nécessaires pour enrailler le désastre qui attend la jeune génération.
    Je ne pense pas que le premier ministre passe cette loi pour son plaisir personnel, ni qu’aucun homme politique n’a besoin du CPE. Ils le font car ils sont conscients que la situation est hors de contrôle. Le chômage risque d’exploser dans les mois à venir…

    Et franchement je trouve courageux d’essayer de faire quelque chose plutôt que de jouer l’inaction politique qui a tué l’économie française. Quant à l’attitude des syndicalistes, je trouve cela déplorable, La plupart d’entre eux se baladent avec leur chauffeur, tiennent leurs réunions dans les plus beaux hôtels de la capital, fument des cigares à 20 euros la pièce et ils veulent mettre le feu aux poudres en lançant des journées d’actions qui sont en fait des journées d’inactions – un seul but, paralysé la France. C’est lamentable.

  5. >

    Quitte à se coltiner des handicapés incompétents, improductifs, ou pire, contre-productifs ? La discrimination positive est une aberration, elle stigmatise l’incompétence des uns sur le “groupe”. Le talent, mais aussi les vocations, ne se répartissent pas également sur toutes les “minorités”. Je ne suis pas certain qu’il y ait en France, à cet instant, un “handicapé” qui ait le niveau, le talent, le charisme, pour remplacer PPDA. Patrick Lelay a choisi Harry Roselmack pour remplacer PPDA l’été. Qui aurions-nous eu à l’antenne s’il avait plutôt dit “trouvez-moi un handic pour remplacer PPDA, je veux envoyer un signal fort envers les minorités!” ??

    A titre indicatif, chez l’excellent Gilles Klein : http://gklein.blog.lemonde.fr/gklein/2006/03/paris_match_et_.html

  6. Embauché un handicapé est un devoir de citoyen. Personne ne parle de remplacer PPDA!!! C’est vraiment n’importe quoi…

    On parle de travailleurs à chances égales. Personne ne va demander à un tetraplegique d’etre demenageur. Jeremie parle d’entraide sociale. Et je partage ce point de vue à 200%.

  7. Justement, l’entraide sociale passe par des mesures adaptées.
    Jeremie écrit très justement : “La sécurité d’un emploi ne doit pas être assuré par des lois mais UNIQUEMENT par le fait de se rendre indispensable dans son entreprise !”

    Cette très bonne remarque doit aussi s’adapter au handicap. Je paraphraserais par “L’embauche d’une personne handicapée ne doit pas être assurée par des lois, mais UNIQUEMENT par le fait de se rendre aussi indispensable qu’un autre pour l’entreprise”

    Le problème principal en terme d’emploi des personnes handicapées n’est pas une discrimination négative à l’embauche, mais l’inaccessibilité de beaucoup de cursus scolaires ou de formation. La solution passe par l’ouverture des vannes en amont, rendre accessible la formation, plutôt qu’imposer des quotas impossibles à atteindre par manque de candidats.

    Quand on parle de travailleurs à chances égales, il est alors très rare que le handicap soit discriminant. Quelques soient les niveaux de formation, les chiffres montrent que les personnes handicapées diplômées connaissent beaucoup moins le chômage que les autres. Il est également connu que le taux d’absentéisme est particulièrement bas chez les salariés handicapés.

    Je vrai problème reste l’accès aux études, aux formations. Rendre accessible les écoles, mettre en place partout les mesures techniques de compensation du handicap. Une personne handicapée formée trouve du travail sans grande difficulté.

    Oui l’entraide sociale est fondamentale, et c’est dès l’école primaire que l’intégration doit se faire. C’est ainsi que chacun apprendra a vivre et travailler ensemble et que bon nombre de problèmes disparaîtront. Mais pas de quotas, pas de quotas, la solution est en amont.

    (suis un peu concerné par le handicap moi même)

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.