Faut il se lancer ? ou L’art de ne pas devenir une plante!

Je voulais écrire un post sur ce sujet depuis pas mal de temps… L’idée est de répondre aux questions des personnes me contactant et craignant de se lancer dans un projet quelqu’il soit.

Ce projet peut être personnel (achat d’un appartement, mariage, enfant, changement de pays…) ou professionnel (création d’une entreprise, lancement d’un nouveau projet, changement de job, changement de secteur d’activité…).

Tous ces “projets” ont l’air très différent mais ils reposent tous sur la même question et la même réflexion : Doit on se lancer ou pas ?

Essayons d’abord d’expliquer à quoi ressemble un homme en mode “plante verte” :

“Ah ben non, tu te rends compte si je lance mon entreprise et que ça se casse la figure, ça sera la cata”

“Si je me marie et que finalement, je ne m’entends pas avec ma femme (je suis pas certain à 1000% que ça soit la bonne malgré le fait que je sois extrémement bien avec elle), ça sera une vraie galère”

“Si j’achète cet appart et que je perds un jour mon boulot, je ferais comment pour payer mon crédit ?”

“Tu te rends compte, en restant chomeur, je peux payer mon loyer et ce que je mange sans problème. C’est trop top! Pas la peine de tenter de faire plus” (certaines personnes que je connais ont même quitté leur job pour se retrouver dans cette situation et à cause de cette reflexion)

J’ai choisi le terme de mode “Plante verte” à cette manière de penser car il est évident qu’il n’y aura aucune différence entre un être ne prenant aucune décision forte et n’essayant pas d’avancer et une plante verte placée au centre de votre salon et qui, aussi, ne prend aucune décision.

Tout comme nous, la plante se nourrit, profite du soleil et arrive à rester des heures entières sans bouger (ce qui peut nous arriver si nous restons scotché devant un écran de télé). Les plantes percevraient même des sentiments comme des humains  (lire excellent article à ce sujet ici)

Toute la différence entre un être et une plante ne tient qu’à sa capacité de se lancer. Un homme peut avoir le plus beau cerveau du monde, peut être champion d’échecs ou de Trivial Pursuit. Dans les faits, si celui-ci ne se lance pas, ne prend pas de décision risqué, celui-ci n’aura pas profité du tout de son statut d’humain.

Cette mentalité est la maladie de notre siècle… Elle empêche beaucoup d’entre nous d’avancer et empêche donc, en même temps, toute la société d’avancer.

Est ce que ces questions ne doivent pas être posées ? Ne suis je pas responsable de ma vie et ma famille et comme tout être responsable, je dois analyser toutes les situations ? et s’il m’arrivait de me “planter” ?

Evidemment que toutes ces questions sans bonnes mais leur réponse est simple: Lancez vous! Si tout va bien au moment où vous vous posez votre question, pourquoi ne pas rester optimiste pour l’avenir ? Pourquoi ne pas tenter en vous disant que tout problème sera résolvable au moment venu ?
Exemple:
– Si vous avez un problème de couple dans 5 ans, se dire que pendant une longue période, vous n’avez eu aucun problème avec la personne que vous aimez et qu’il n’y a donc aucune raison à ce que les choses puissent changer (Là encore, tout est question de volonté)
– Si vous avez un problème de sous, que vous pourriez retrouver un job fabuleux grâce à votre formidable expérience d’entrepreneur vous ayant permis de découvrir tous les aspects du management d’une entreprise ? ou n’avez vous pas pu mettre un peu d’argent de côté grâce aux formidables bénéfices que vous avez généré pendant les temps forts de l’entreprise ?

J’ai pu constaté quelque chose de flagrant: toutes les personnes que je connais ayant un esprit positif et restant toujours optimistes arrivent à se sortir de toutes les situations… Toutes les autres plongent au moindre problème insignifiant, s’enferment dans la déprime…et voient leur vie défiler devant eux en se demandant chaque jour pourquoi ils ont un intérêt de se lever de leur lit le matin.

L’explosion des mondes virtuels de type World of Warcraft ou Second Life permet à toutes les plantes se trouver un formidable terrain de jeu. Là bas, ils peuvent se lancer sans le moindre minuscule risque…Dès que ça va mal, ceux-ci ont juste à éteindre leur écran. (“Ouf! cela fait du bien de retrouver sa vie normale sans la moindre contrainte”).

Toutefois, il faut savoir une chose…Même dans ces mondes là, ceux qui réussissent sont ceux qui se lancent. J’ai été impressionné par la conférence de Joi Ito au Web3. Joi montrait comment WOW avait réussi à intégrer sa vie réelle (il laisse en permanence sa chaine hifi allumée afin d’écouter ce que se raconte la guilde qu’il dirige au sein du jeu). Pendant ce temps là, Joi vit une véritable vie. Il a lancé Creative Commons, est Chairman de Sixapart Japan, a monté une société de capital risque, est au board de Technorati etc…etc… (Voir sa biographie sur Wikipedia).

Les gens qui avancent sont ceux qui se lancent… Il n’y a aucun doute là dessus… Si vous avez plus de 50% de chance de réussir un projet, lancez vous, restez optimiste, n’écoutez pas les remarques des plantes autour de vous qui voudront toujours vous gacher le moral…

Foncez, foncez, foncez…

Je ne connais personne l’ayant regretter…

PS: Si vous désirez découvrir des bouquins on autres produits consacrés aux entrepreneurs, c’est par ici

Related Post

21 Comments

  1. Je suis parfaitement d’accord. Pourquoi je suis en train de créer un entreprise ? Pour être acteur dans la société, peux être un petit acteur (qui sait… peut être un gros dans l’avenir), mais surtout de pas être un légume qui subit son environnement.

    Evidement, il y a une part de risque, important à tout niveau : si je me plante je mettrais plusieurs années à m’en remettre financièrement. Mieux, je permet grâce à 42Stores à d’autres personnes de se lancer : la première boutique est lancé depuis près d’un an et à réussit à lancer son petit business de façon satisfaisante.

    Une de tes phrases me rassure : “toutes les personnes que je connais ayant un esprit positif et restant toujours optimistes arrivent à se sortir de toutes les situations”. S’il y a vraiment un trait de caractère incontestable chez moi, c’est l’optimiste… l’esprit positif en découle naturellement.

    Pour foncer… je n’arrête pas… il ne manque plus qu’un petit peu de financement.

  2. Tout est possible, il y a juste qu’on part pas tous avec le même nombre de haie à franchir.

    Mais il est vrai, qu’il faut se lancer. On en bave tous pas mal, une fois qu’on est parti, mais une fois au sommet : c’est bon!

  3. Voilà un article qui fait du bien a lire. J’hesite a le forwarder a toutes les plantes vertes de mon entourage 😉
    Je suis d’accord avec vous, il n’y a qu’en se lançant ou en prenant un minimum de risques qu’on arrive a quelque chose…
    Et puis…je ne comprends pas, c’est pourtant ce qui fait le sel de la vie, non, le gout d’entreprendre, de monter des projets, d’accomplir des choses….

  4. 100% agree. L’extrème anticipation du risque tue beaucoup de vélléités de se lancer.

    Trop de réflexion tue l’action et la métaphore de la plante verte en est vraiment criante de vérité.

    Je partage aussi l’idée que c’est une habitude bien franco-française de voir le verre à moitié vide plutôt que le verre à moitié plein dans l’aventure de la création d’entreprise.

    Après il y aussi une question de cablage, les entrepreneurs d’aujourd’hui sont les enfants des entrepreneurs d’hier. Ce goût d’aventure se transmet souvent de génération en génération.

  5. Moi je dis bravo aux plantes vertes… elles n’encombrent pas notre chemin de fonceurs et nous laisse plus de place pour entreprendre !!! ;o))

  6. Bravo pour ce billet rafraichissant !

    Tout cela relève de l’état d’esprit ambiant qui n’encourage ni l’effort ni le sens du devoir, mais invite tout un chacun à profiter et à abuser de ses droits.

  7. plantes vertes?
    t’es gentil certaines sont complètement déséchées à l’interieur et ne sont plus très vertes.

    Sinon j’adore: “n’écoutez pas les remarques des plantes”. Guy Kawasaki dit “Ignore the naysayers”, c’est bien vrai.

  8. Excellent billet, j’aime beaucoup le passage sur WOW, très réaliste. C’est bien plus facile de se dire qu’on a réussi à se lancer lorsqu’on est dans un jeu.

    sinon, un livre à lire absolument : “L’art de se lancer” de Guy Kawasaki qui te rejoint bien sûr

  9. Bien écrit Jeremie !

    Est ce que les sociétés modernes ont tellement donné qu’elles ont enlevé à leurs citoyens l’envie d’avoir envie ?

    En tout cas la grande difference entre ceux qui avancent et ceux qui vegetent dans leur pot est que c’est dernier sont bien sur incapable d’expliquer de maniere aussi claire/motivante pourquoi il faut faire comme eux 🙂

  10. @Jerome: Je me suis marié jeune. J’ai demandé la main de ma femme le premier soir où nous sommes sortis ensemble. J’ai 5 enfants…(bientôt 6)…. et tout se passe fabuleusement bien. Mes amis autour de moi me parle donc de leurs réflexions et je leur donne ma manière de penser….

  11. Très bon billet, pour réussir à se lancer, il faut être décidé : décidé d’être motivé, décidé d’être optimiste…etc. La positive attitude en somme. Si on se laisse déborder par les sentiments de faiblesse on devient une plante verte.

    C’est le combat contre le côté obscur de la force (la facilité = éviter les contraintes) 😉

    Sinon, des plantes vertes, il en faut pour faire marcher vos entreprises, des qui ne se lancent pas mais qui travaillent pour vous 😉

  12. Superbe billet, Jeremie ! Qui se situe dans la pure lignée de ta célèbre intervention au Sénat : “Je n’attends rien des politiciens, c’est pour ça que j’avance” ! Bravo !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.