C’est les vacances ! Fiancez vous !

Les diamants sont éternels mais pas les diamantaires. La crise a fait un tort considérable à ce marché mais heureusement, il y a le web.
Connaissez vous Blue Nile?

C’est le leader de la vente de diamants et bijoux sur Internet aux Etats-Unis, qui génére ses 319 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel grâce à un panier moyen record de près de 1 500 dollars.

De quoi faire palir de jalousie les bijoutiers qui seront plus d’un millier à fermer leur portes dans la seule region de New York !

Le marché du bijou “or et diamant” en ligne sur Internet représente desormais plus d’un milliard de dollars. C’est presque l’equivalent du marché de la publicité en ligne sur tout l’hexagone.

Voici donc un modèle de plus qui nous prouve que la nouvelle economie, ca n’est pas que l’e-pub.

Qui aurait cru il y a 10 ans qu’on acheterait en ligne des diamants de 5 carats…? Eh bien c’est du quotidien desormais.
Chez BlueNile, la catégorie de produits connaissant la plus forte croissance est celle à plus de 25,000$ !

Comme toujours, les français ne sont pas en reste.
www.bague-fiancailles.com nous le prouve avec un site qui met l’accent sur la pédagogie et l’accompagnement.
Une fois inscrit, une conseillere vous contacte et vous guide jusqu’à l’achat de la bague de vos rêves.
Commercialement, leur proposition est très attractive.
Le modèle économique est excellent : pas de gros stocks et ils profitent donc des baisses de prix actuelles sur le diamant.
Le site a été lancé par Eva IchaÏ, l’epouse de Jonathan (fondateur de Youjob). Eva est une vraie diamantaire d’Anvers qui, sans boutique ni frais de structures importants a compris que la toile va bientôt dévaster la Place Vendôme.
Si vous avez décidé de franchir le pas ce week end à Venise ou ailleurs et si vous désirez trouver une bague de fiancailles pour votre bien aimée, vous connaissez désormais l’adresse !

Mais de quoi peut vivre la nouvelle économie ?

Depuis le début de l’internet, s’il y a bien un sujet qui n’est pas résolu, c’est celui des modéles économiques des entreprises du secteur !

Si bien évidemment, certaines exceptions existent (Google, Meetic, Kingoloto,PriceMinister, Amazon..), la grande majorité des entreprises de l’Internet ont bien du mal à fournir à la fois un service professionnel de qualité et à survivre économiquement !

Combien d’excellentes idées et d’excellents concepts ont disparu au cours des 10 dernières années par manque de fonds ?

On pourrait croire que j’enfonce des portes ouvertes mais non, ce problème existe encore, existera longtemps et les internautes doivent absolument le savoir !

Partons déjà d’un premier point: Les entrepreneurs ne peuvent vivre d’amour, d’eau fraiche et d’investisseurs ! Tout le monde doit en avoir conscience ! Nous (entrepreneurs du net) sommes dans la grande majorité des passionnés de l’Internet y passant la majorité de notre vie et étant ultra connectés mais nous avons aussi (souvent) une famille à nourrir et des employés à payer chers.

On pourrait se dire qu’un site Web ne doit pas couter grand chose à développer comparé à un magazine qu’il faut diffuser ou à une chaine de télé qu’il faut alimenter mais, il faut se rendre à l’évidence, si le développement initial d’un site coute de moins en moins cher, sa maintenance, son amélioration, l’administration de ses serveurs 24h/24 coutent TRES cher !

Depuis le début de l’internet, le modèle gratuit fait fureur. Ce modèle n’a pas été véritablement choisi par les entrepreneurs de l’internet. Les entrepreneurs en 96 lors de la montée en puissance du Web grand public avaient des moyens complexes de faire payer les utilisateurs bien frileux de donner leur numéro de carte bancaire à n’importe qui. Les fonds d’investissements à l’époque ont toutefois pu financer le lancement de milliers de projets dont la grande majorité ne reposait que sur un modèle publicitaire….(et dont 95% d’entre eux ont disparu aujourd’hui).

Plus de 10 ans plus tard, les problèmes sont similaires…la grande majorité des services que vous utilisez quotidiennement ne sont pas viables financièrement. Certains (comme Twitter) ne générent pas le moindre revenu malgré leur succès immense…

Toutefois, depuis quelques années, un modèle économique émerge, celui du FreeMium. Celui-ci consiste à fournir un service gratuit limité et proposer à ses utilisateurs plus de fonctions en payant. Ainsi, Flickr, Animoto, Evernote, Gmail/Google Apps, Instapaper, Mozy, des sites de rencontre fonctionnent sur ce modèle.

C’est, pour moi, LE modèle numéro 1 sur lequel tout entrepreneur du Net doit travailler. LE modèle qui fonctionne !

Lors du lancement de Zlio, nous avions toutefois un grand rêve, celui de pouvoir fournir un service 100% gratuit sans facturer nos utilisateurs mais plus que ça…nous voulons aussi pouvoir fournir un service permettant de faire gagner de l’argent à nos utilisateurs !

Le service a donc été lancé gratuitement et notre rémunération dépendait uniquement du succès des boutiques ouvertes via Zlio.

Le service Zlio a connu un énorme succès et un grand nombre de boutiques continuent d’être créé tous les jours ! C’est plus de 338 000 boutiques qui ont été ouvertes via Zlio au cours des 2 dernières années !

Toutefois, comme vous l’imaginez, une grande partie d’entre elles peu ou mal promues par leurs propriétaires continuent à nous générer des frais (support, bande passante, stockage) tout en ne générant pas ou peu de revenus.

Nous fournissons à nos utilisateurs un outil ultra puissant, le meilleur au monde dans notre secteur mais malheureusement, les commissions générées par l’ensemble des boutiques ne suffisent pas à financer l’ensemble de l’activité.

Au cours des 2 derniers mois, un grand nombre de nos meilleurs collaborateurs ont été remerciés et certains sont même en train de faire leurs cartons aujourd’hui au moment où j’écris ces lignes.

Nous voulons continuer à développer Zlio ! Le service auquel nous croyons depuis toujours ! Le service qui met véritablement l’ecommerce à la portée de tous ! Mais c’est désormais sur un modèle FreeMium que le service reposera.

En effet, depuis hier soir, des offres d’abonnements ont été lancées !

L’offre basique reste suffisante à une grande partie de nos utilisateurs mais les utilisateurs véritablement actifs et passant du temps sur notre plateforme devront participer aux frais de fonctionnement du service quelque soit le résultat de leurs boutiques.

Les membres générant un grand nombre de commissions via Zlio peuvent s’abonner en utilisant leur commissions. Les autres, qui générent peu de commissions pour l’instant, pourront soit se limiter à la version Basic, soit décider de profiter de l’ensemble de nos services en souscrivant à l’un de nos forfaits allant de 4.90 à 9.90 euros par mois TTC !

Certains membres sont choqués par ce changement et nous les comprenons vraiment…. Passer d’un modèle quasiment tout gratuit à un modèle semi payant n’est pas simple mais nous n’avions pas le choix que de passer par là ! Nous savons que certains d’entre vous se retrouvent désormais obligé de payer pour continuer à améliorer leurs boutiques mais, nous avons préféré choisir cette solution plutôt que de stopper définitivement Zlio! Ce que tout le monde aurait regretté….

J’ai été étonné d’ailleurs que l’un de nos membres ayant gagné plus de 13000 euros sur Zlio au cours des 2 dernières années se déclare déçu par ces nouvelles formules d’abonnements…infimes par rapport à ce qu’elles peuvent rapporter !

Les internautes utilisateurs de service doivent comprendre qu’ils se doivent de participer aux financements des services qu’ils aiment afin de pouvoir les voir prospérer pendant de longues années

A titre personnel, je suis abonné à un grand nombre de services premium (Mozy, Animoto, Google Apps-qui vient d’ailleurs d’abandonner son modèle gratuit), Blinksale, Evernote, Instapaper), fait partie des tous petits donateurs de Wikipedia, juste pour ne pas avoir à un jour à regretter leur potentielle disparition ! Ce qui m’embêterait vraiment beaucoup !

Entrepreneurs du Web, n’oubliez pas cela ! Votre modèle doit être clair et vos revenus proportionnels au succès de votre service ! Les services financés par la publicité aujourd’hui ont principalement leurs dépenses qui sont proportionnelles à leur succès ! Cela n’existe dans aucune autre économie ! En tant qu’actionnaire de plus d’une quinzaine de startups, je peux vous affirmer par expérience qu’il n’y a que ce modèle qui fonctionne réellement pour l’instant !

La nouvelle économie a été finalement créée il y a 4000 ans…à l’invention du commerce….et rien n’a changé depuis ce moment là…une société privée pour prospérer (et à la différence d’une administration) doit disposer d’un flux de revenus auxquels doivent participer l’ensemble des personnes ou entreprises profitant de ses services ! L’Internet ne pourra survivre que lorsque les internautes en auront bien pris conscience !

TelForm by Spoonkey: Marchands, faites le test, c’est bluffant !

Pourquoi demander aux internautes de remplir les formulaires alors que nous pouvons les aider à les remplir facilement.

Spoonkey lance TelForm: un fabuleux outil permettant de remplir automatiquement un formulaire sur un site internet dès que l’utilisateur aura tapé son numéro de téléphone.

Consultez une vidéo de présentation ici:

Demo Telform

ou testez TelForm directement d’ici. Tous les annuaires sont en cours d’implémentation. Essayez en utilisant le numéro de Chrysalid à l’origine de TelForm/Spoonkey (03 20 73 37 87) ou le votre !

TelForm est un nouveau module développé par SpoonKey dont je vous avais déjà parlé et dont je suis actionnaire

Dictionnaire amoureux du judaisme…incohérent !

Il y a plusieurs semaines de cela, je découvrais que Jacques Attali venait de faire paraitre un “Dictionnaire amoureux du judaisme”.  Jacques Attali ? un romancier économiste qui compte nous éclairer sur le Judaisme ? Moi qui vis à Bnei Brak, la ville ayant la plus grande concentration de maîtres du judaïsme au monde, je me disais déjà que le profil de Jacques Attali était sans doute mal choisi.

Mais je me trompais peut être… Le titre ne parle t’il pas d’un amour du judaïsme ? et notre histoire même récente ne traite t’elle pas de dizaines voire centaines de milliers d’hommes ayant fait “Teshouva”. (Retour aux sources)

Jacques Attali est, peut être, comme l’a fait le philosophe Benny Levy en son temps, revenu aux sources et étudié réellement ce qu’est le judaïsme, compris sa valeur et la beauté de sa pratique.

Je me suis mis à chercher le contenu du livre en ligne. Jacques Attali ayant suggéré, sur son blog, aux artistes de publier leurs œuvres gratuitement afin d’augmenter leurs ventes, je pensais qu’il allait donc appliquer ce qu’il recommande… mais non, cet ouvrage n’est ni disponible via son blog, ni via Google Books … Passons … ce n’est pas le sujet.

A ce moment là, j’abandonne mon idée de le consulter en espérant que le bouquin ne fasse pas trop de dégâts. J’ai déjà près de 800 livres sur le judaïsme dans mes bibliothèques de maîtres prestigieux, je ne voulais pas m’encombrer.

J’apprends il y a 15 jours que l’un de mes oncles reçoit ce livre 2 fois en cadeau d’anniversaire (Quel succès !)… Je lui demande donc de me faire parvenir son 2ème exemplaire en Israël afin que je puisse le lire.

Il y a quelques jours, l’un de mes amis juifs à New York me dit : “Jeremie, il faut absolument que tu lises ce livre, il est vraiment fabuleux et donne de vraies bases de judaïsme”… La semaine dernière, encore, dans un hebdomadaire juif, une personne interviewée affirme que c’est son livre de chevet.

Je me disais que finalement, il fallait absolument que je le lise, moi qui ai justement un projet assez complexe d’écrire un ouvrage d’initiation au Judaïsme qui, je l’espère, verra le jour dans les prochaines années mais surtout, moi qui ai découvert le véritable judaïsme alors que j’avais déjà plus de 20 ans, car je trouvais le mien complètement incohérent… le mien, qui ressemblait un peu à celui que décrit Jacques Attali dans son ouvrage.

Je découvre donc ce livre vendredi après-midi dernier.

Commençons par le bon côté des choses, Jacques Attali, dans son introduction, avoue son incompétence pour écrire ce livre. Il affirme même avoir refusé net la proposition de Jean Claude Simoen qui dirige la collection des “Dictionnaires amoureux”. Il affirme “Bien des gens sont plus compétents que moi pour écrire un tel livre”… Il relève toutefois le défi car il pense que le Judaïsme est “très mal connu”… et il a bien raison …
Se rend il compte du pouvoir qu’il a en écrivant cet ouvrage ? du pouvoir de faire changer les choses ? Malheureusement, je ne le pense pas… et c’est bien dommage.

Page 13 commence ma première déception. Jacques Attali affirme qu’il n’aurait “peut-être pas choisi” le judaïsme s’il n’y était pas né. Étonnant. Je me vois mal dire à ma femme: “Si je n’étais pas déjà marié, je ne t’aurais peut être pas choisie finalement” ou à mes parents “Je vous aime mais j’aurais peut-être préféré avoir d’autres parents”. Bizarre comme amour …

Jacques a l’air de vouloir le transmettre afin de ne pas trahir ses ancêtres, mais non pas parce qu’il est porteur du plus beau message de l’humanité. Il avoue toutefois que ses découvertes l’ont “fasciné, donné à réfléchir, inspiré”. Parle t’on donc d’amour ? Le titre de cet ouvrage correspond-il réellement aux sentiments de l’auteur ? ou s’est il forcé à parler d’amour afin de coller au nom de la collection dont ce livre fait partie ?

En fait, en lisant, ce livre, ce n’est pas le judaïsme qui est décrit. C’est le judaïsme de Jacques Attali, un judaïsme quasi abandonné, un judaïsme malheureusement incohérent et en décomposition.

Car l’incohérence est le mot qui décrit le plus cet ouvrage… et qui, effectivement, décrit aussi la vie de beaucoup de juifs d’aujourd’hui qui auraient dû trouver justement dans ce livre de la cohérence.

L’auteur aurait pu appeler ce livre “Dictionnaire de mon judaïsme”, cela aurait été moins dérangeant (toujours incohérent mais moins directif). Ici l’auteur a décidé de faire un dictionnaire du Judaïsme en général… en faisant croire à tous les débutants juifs ou non que c’est vraiment cela le judaïsme.

Soyons clair dès le départ, Jacques Attali par ses écrits insulte pas seulement le véritable judaïsme (qu’il adore définir d’orthodoxe sans expliquer pourquoi il ne conviendrait pas), mais insulte toutes les religions monothéistes en qualifiant le récit biblique d'”évidemment imaginaire” , “mythologique” (Page 27) (Notons qu’à cette même page, l’auteur appelle Evel l’ancêtre d’Avraham, qui se nomme plutôt “Ever”-mot à l’origine du terme “Hebreu”)

La Bible ? Imaginaire ? Rien de ce qu’il s’y serait passé ne serait vrai ? pas d’enfants de Jacob arrivés en Egypte ? Pas de 10 plaies ? Pas d’ouverture de la mer ? Pas de don de la Torah au Mont Sinai devant plus de 600 000 hommes ? Une histoire aussi énorme aurait été inventée à un moment donné de l’histoire ? On aurait réussi à faire passer à un peuple tout entier un faux passé ?

L’auteur ici bascule entre des thèses d’historiens révisionnistes, de “spécialistes” de la critique biblique et de la Bible. Difficile d’y comprendre quelque chose et de comprendre ce que l’auteur pense vrai ou imaginaire… ce qui est certain, c’est que le tout donne un grand mic-mac très éloigné de la tradition juive. Pour lui, le roi David serait “le premier personnage biblique dont la réalité historique semble établie” (Page 31) (sic!)

Jacques ? Vous êtes certain d’être toujours amoureux là ? ou avez vous déjà divorcé ? (Je dirai pourquoi tout ceci manque de cohérence un peu plus bas lorsque je parlerai de la Hagadah de Pessah.)

Dieu est peu présent dans cet ouvrage (l’auteur n’y accorde même pas une place dans son dictionnaire). Il est cité mais l’auteur n’a pas l’air d’y avoir la moindre relation particulière avec lui. Il affirme de toutes façons que le Judaïsme ne se réduit pas à une foi. “Bien des juifs sont devenus athées sans cesser pour autant d’être profondément juif” . Pourquoi ? L’auteur ne le dit pas, ne l’analyse pas… L’auteur parle sans doute de sa situation personnelle… mais non, ce n’est toujours pas clair… Cela veut dire quoi d’être profondément juif ? Alors que c’est justement à cette question que cet ouvrage est censé répondre. Jacques Attali dit que le judaïsme est “d’abord un ensemble de souvenirs”. Ah bon? le Judaïsme serait mort pour que l’on ait besoin de se souvenir de ce qu’il est ?

Oui, le Judaïsme reprend des fondements millénaires mais pourquoi parler de souvenir ? Pourquoi avoir besoin de s’en souvenir au lieu de le vivre tout simplement ? L’auteur ici décrit encore SON judaïsme, un judaisme pratiqué en partie par ses parents, beaucoup plus, sans doute, par ses ancêtres, mais qui est en voie de disparition. Est-ce de cela dont ce livre doit parler ? d’un judaïsme abandonné ?

Jacques Attali ne cache pas son attachement à la communauté libérale, communauté ayant rejeté la majorité des préceptes religieux de leurs ancêtres au cours des 300 dernières années. Est-ce que l’on doit donc parler de Judaïsme ici ? Oui, les libéraux représentent une majorité aux Etats-Unis mais les libéraux sont aussi ceux qui quittent en masse le judaïsme et dont les enfants et petits enfants risquent de ne même plus savoir qu’ils sont juifs dans les prochaines décennies. Est-ce de ce judaïsme voué à la disparition dont il faut parler ?

Le Judaïsme serait aussi une langue, un livre (mythologique tel que l’auteur le décrit) et une théologie (Page 20): Théologie que l’auteur ne sait pas décrire et qu’il réduit à quelques principes, fondamentaux, certes, mais Ô combien incomplets. Le judaïsme serait aussi une pratique que l’auteur limite à quelques concepts présents aujourd’hui partout “enseignements aux enfants”, “apprendre un métier”, “la charité”, des synagogues pour prier (euh ? Pour prier qui?), des tribunaux, “l’ouverture aux autres”. Où sont passés les 613 commandements juifs dont le Chabat ? l’Etude la Torah ? la Cacheroute ? les fêtes juives ?

Vous voyez une différence avec le christianisme d’aujourd’hui vous ?

L’auteur affirme que les conversions au judaïsme sont souhaitées, encouragées, bénies, jamais forcées et affirme que les rabbins ultra orthodoxes (j’adore ce mot ultra) d’aujourd’hui sont particulièrement restrictifs. Analyse t’il ce que pensent ces rabbins orthodoxes ? Non… Essaye t’il de comprendre en quoi les rabbins d’aujourd’hui sont restrictifs ? Non… Annonce t’il le nombre de conversions orthodoxes chaque année ? Non…. (ce sujet est d’ailleurs intéressant et j’y reviendrai sans doute un jour mais parler de “restriction” n’est pas du tout adapté. Ces rabbins demandent juste une véritable conversion qui adhère à tous les principes du judaïsme car il vaut mieux pour l’homme de choisir ne pas être juif qu’être un juif non pratiquant).

L’auteur a son avis que l’on ne comprend pas… l’auteur n’essaye pas de comprendre l’autre et n’en parle pas, ne donne pas d’autres avis afin de décrire ce qu’il se passe et pourquoi certains ne penseraient pas (ou peut être pas) comme lui. Non, l’auteur balaye le judaïsme orthodoxe d’un revers de main comme il le fait souvent dans cet ouvrage.
Que le Judaïsme soit aujourd’hui dirigé même en France par des Rabbins orthodoxes (Grand Rabbin Bernheim, Grand Rabbin Sitruk) n’a aucune importance dans cet ouvrage. Ils n’existent pas.

L’auteur affirme aussi que les régles de Kashrout (le fait de manger Kasher) sont “pour l’essentiel, l’hygiène et qui englobe tout ce qui vient de la bouche, c’est à dire tout ce qui se mange et tout ce qui se dit” (Page 25). Bizarre… utiliser le terme de Kashroute pour “ce qui se dit” est, à ma connaissance (je me trompe peut être), utilisé par les chrétiens qui ont d’ailleurs abandonné les régles de Kashroute de la Torah. La Kashroute est citée dans l’introduction du livre sur 4 lignes mais ne mérite pas non plus une entrée dans le dictionnaire amoureux. L’auteur ne justifie en rien en quoi la kashroute aurait un lien essentiel avec l’hygiène. Pourquoi est ce que la Kashroute interdit de manger de la viande avec du lait ? des animaux n’ayant pas de sabots fendus ? Quelle rapport avec l’hygiène ? D’ailleurs, l’auteur mange t’il Kasher finalement ?

Toutes les notions citées dans l’ouvrage sont vagues… très vagues… L’auteur avance des opinions sans justifications. Il affirme qu’il y a une obsession juive d’étudier ou de discuter mais non, Jacques Attali ne discute pas, il affirme des opinions de manière tranchée.

Je ne vais pas traiter de tous les sujets et toutes les incohérences de cet ouvrage, mais je vais citer quelques derniers exemples.
Traitant du Chabbath (7e jour de la semaine débutant le vendredi soir et se clôturant le samedi soir, comme on le sait), l’auteur dit que pendant les 18 premières années de sa vie, il participait au “qidouch” avec ses parents (bénédiction sur une coupe de vin destinée à séparer Chabbat des autres jours de la semaine). Que s’est-il donc passé après ses 18 ans ? Pourquoi l’auteur ne participe plus au qidouch ? Il ne le dit pas. Si le judaïsme de son père était une pratique entière du judaïsme (pas vraiment, comme nous le voyons ci-dessous), pourquoi ne pas au moins faire la même chose que lui ? Pourquoi affirmer que faire moins resterait du judaïsme ?

Il affirme que ses parents travaillaient quand même ce jour-là, tout en disant que son père lui expliquait que Chabbath permettait de prendre de la distance avec son travail. Il faut prendre de la distance, mais on travaille quand même ? Comment expliquer ce paradoxe ? Le but de ce livre est-il de traiter d’un judaïsme incohérent ? de notions abstraites que l’on ne s’appliquent pas à soi même ?

Pourquoi parler de la Hagada de Pessah (relatant l’esclavage, les plaies et la sortie d’Egypte) et affirmer aimer ce texte alors que celui-ci traite donc d’un mythe ? Les juifs seraient donc des bœufs qui fêteraient des événements n’ayant jamais existé sans aucune raison ? juste symboliquement ?

L’auteur parle du prophéte Jérémie qui est aussi le prénom de son fils (et le mien), parle de ce prophète qui mettait en garde le peuple juif de la punition divine qui arrivait. Qu’est ce que vient faire la punition divine dans le judaïsme de Jacques Attali? Puisque l’on peut être juif et athée ? comment tout cela peut s’assembler ? peut être cohérent ? Oui, le Judaïsme est encore ici un grand mic-mac incompréhensible

Je vais finir par un dernier point important:
L’auteur, dans son dictionnaire, ne traite pas du Temple de Jérusalem (il le cite seulement), pourtant pilier de toute la croyance juive et objectif central de toutes nos prières et de tout le service divin (nous prions pour sa reconstruction 3 fois par jour tous les jours de notre vie). Non, l’auteur a balayé ce Temple qui n’a pas l’air si important pour ce judaïsme là… l’auteur n’y traite d’ailleurs pas de l’importance de la prière non plus.

Jacques, en lisant votre livre, j’ai d’abord été choqué… puis j’ai eu de la peine… beaucoup de peine que votre judaïsme soit aussi vide que cela, beaucoup de peine que bon nombre de juifs en quête d’identité se retrouvent avec votre livre entre leurs mains…

Vous reprenez principalement des thèses de Baruch Spinoza qui remettait en cause toute l’histoire juive et tout le judaïsme sans en avertir le lecteur qui s’attend à avoir une vision globale de Judaïsme. Le lecteur ne sait pas que vous allez traiter d’un courant de pensée et d’une thése incohérente et incompatible avec toute notre tradition (Aucun des 35000 livres présents sur Hebrewbooks.org ne cite une telle thèse)

Non Jacques, vous n’êtes pas amoureux du judaïsme…Vous êtes en train de l’abandonner comme bon nombre de Juifs. Vous citez vous même le problème de l’assimilation mais le judaïsme que vous pratiquez ne permet pas de s’en protéger.

Oui Jacques, vous vous sentez toujours juif car vous êtes toujours sous contrat avec Dieu, mais vous n’en respectez pas les clauses pour l’instant.

Nous l’aurons compris, le titre de ce livre n’est finalement dû qu’au fait qu’il fasse partie d’une collection de Dictionnaires amoureux aux éditions Plon Fayard (Dictionnaire amoureux de la médecine, de l’Egypte, de la chasse, de la justice, des chats) mais tout comme vous n’aurez peut être pas choisi le Judaïsme comme religion, je ne pense pas que vous auriez choisi ce titre s’il ne vous était pas imposé.

Je vais donc vous en proposer d’autres

Dictionnaire du judaisme détesté
Dictionnaire du judaisme abandonné
Dictionnaire du judaisme décomposé
Dictionnaire du judaisme incohérent
Dictionnaire du judaisme incompris
Dictionnaire du judaisme en voie de disparition

Je me ferais un plaisir de discuter avec vous d’amour du véritable Judaïsme*… et d’écrire la 2nde édition de votre ouvrage à vos côtés mais en attendant, n’hésitez pas à revenir sur celui-là. Vous ne vous rendez pas compte du désastre que vous pouvez générer.

*Évidemment, certains pourront me dire que je ne peux pas moi même définir ce qu’est le véritable judaïsme dont je parle. Je réponds tout simplement, que ce judaïsme là doit être complètement cohérent avec notre histoire, notre torah, nos traditions et notre morale. Tout ce judaïsme doit être 100% cohérent en lui même.
Il n’y a que le judaisme orthodoxe qui a su répondre à l’ensemble de mes problématiques à ces sujets. Aucun autre… et je suis prêt à répondre à toutes les incohérences que d’autres y décèleront.

ITalmud : Le Talmud au complet sur Iphone

Voici un post qui va traiter de mes 2 passions à la fois: le Judaisme et les innovations !

Propriétaire d’un Iphone depuis plusieurs mois, j’en suis devenu un vrai fana. Impossible de m’en séparer. Toutefois, je n’ai pas encore réussi à basculer tous mes usages sur Iphone et je continue à utiliser mon Blackberry pour lire et répondre à mes emails et téléphoner.

Avec son milliard d’applications téléchargées dépassé, l’Iphone a clairement révolutionné le monde du mobile en créant à la fois une place centrale où toutes les applications sont listées (l’App Store) mais aussi un fabuleux business model pour les concepteurs d’applications qui devaient toujours bricoler pour faire payer leurs utilisateurs.

Je pense qu’il existe des applications sur tous les sujets et les applications “religieuses” sont très souvent exceptionnellement bien réalisées.  iQuran pour les musulmans par exemple est un modèle du genre.

Du côté du Judaisme, il existe à ce jour plus d’une trentaine d’applications Iphone dont certaines sont vraiment exceptionnelles. Je lancerai bientôt (ça fait des mois que je dis ça) d’ailleurs le site Jewish Iphone qui comprendra des reviews de l’ensemble de ces applications juives.

Je vais traiter cette fois ci de l’application iTalmud qui est l’une des applications Iphone juives les plus gigantesques.

Petite note pour les non connaisseurs: le Talmud et particulièrement sa partie appelée Guemara regroupe l’ensemble des discussions rabbiniques à l’origine de l’ensemble de la législation et de l’éthique juive (plus d’infos sur Wikipedia).

Il date de près de 1500 ans et fait plusieurs milliers de pages (Plus de 5000 si je me souviens bien).
Absolument toutes les décisions religieuses juives sont basées sur des décisions traitées dans le Talmud. Le Talmud est rédigé en partie en hébreu et une partie en araméen.

Le Talmud se doit d’être étudié par tout juif tout au long de sa vie. Il est quasi systématiquement enseigné avec un maître plus doué que soit.
Presque la totalité des juifs orthodoxes étudient au moins une fois par jour l’un de ces passages et une grande partie l’étudient plusieurs heures par jour (A titre personnel, je l’étudie un peu plus de 10 heures par semaine).

Le Talmud est très complexe et fait appel à des notions et connaissances très larges (anatomie, astronomie, agricole, philosophique, psychologique, etc..), il faut donc pour bien le comprendre l’étudier et le réétudier plusieurs fois. C’est là que l’application Iphone iTalmud joue un rôle particulier.

En effet, l’application iTalmud permet d’accéder au contenu complet du Talmud. Il est possible de visualiser le texte complet ou la page telle qu’elle apparait strictement à l’identique dans 99% des éditions du Talmud dans le Monde

Evidemment, il est possible de zoomer à volonté sur n’importe quelle partie.

L’application comprend aussi un moteur de recherche complet permettant de retrouver n’importe quel passage du Talmud. Les connaisseurs savent que cette fonction est exceptionnelle et idéale pour l’étude.

Le dernier point intéressant à noter est la possibilité d’écouter directement depuis son Iphone un cours en audio (en anglais pour l’instant) consacré à la page en cours. Idéal pour les étudiants du Daf Ayomi (qui ont pris sur eux d’étudier chaque jour de l’année une page recto verso du Talmud afin de pouvoir l’achever tous les 7 ans).
Idéal aussi pour ceux qui veulent découvrir ce qu’est le Talmud en restant chez soi.

iTalmud est donc une application indispensable pour tous les étudiants et coute 15.99 euros ou 19.99$

Je prends 1 semaine de vacances pour Pessah (Paque Juive)

Bonjour à tous,

Après la formidable bénédiction du soleil qui a réuni des dizaines de milliers de personnes au lever du jour aux 4 coins du monde ce matin (voir photos arrivant sur Flickr et vidéos sur Youtube) , ce soir débutera la Paque Juive  (Pessah-Passover) qui commémore la sortie du peuple juif d’Egypte (10 plaies, sortie du pays, ouverture de la mer rouge etc..). Pendant 1 semaine, nous mangerons ce que nos ancêtres mangeaient en Egypte et à la sortie: du pain azyme (Matzots)

Je prends une semaine de congés à partir de cet après midi jusqu’à jeudi prochain (16 avril).

Je souhaite à toutes les personnes concernées de très bonnes fêtes et à tous les autres, une très bonne semaine !

Si vous désirez me joindre d’urgence pendant cette semaine, faites-moi parvenir un numéro de tel par email et je vous rappellerai. Je n’enverrai aucun email pendant cette période !

A très bientôt !

La Bénédiction du soleil demain matin: Une fois tous les 28 ans !

Tous les 28 ans, les communautés juives dans le monde lisent la bénédiction du soleil.

Demain matin, 8 avril 2009,  la bénédiction du soleil sera lue à nouveau dans les 3 premières heures après le lever du soleil !

Cet événement, qui tombe tous les 28 ans un mercredi matin, commémore le renouveau du cycle solaire un mercredi (le soleil ayant été créé le 4eme jour de la création du monde (soit un mercredi), il reprend à son cycle initial ce moment-là grâce à un calcul que vous découvrirez dans l’un des articles ci dessous.

J’aurais voulu écrire un post plus long sur ce sujet que je connais particulièrement bien mais, malheureusement, le temps me manque ce soir !

Je vous invite donc à consulter les articles ci-dessous.

Cet événement n’est pas particulièrement plus important qu’un autre dans le judaïsme, mais c’est l’événement le plus rare de notre calendrier. Il fait donc couler beaucoup d’encre et demain matin vers 6h30, les rues de la ville où je vis (Bnei Brak) seront bondées de dizaines de milliers de personnes à cette occasion. La dernière fois que cet événement est arrivé, j’avais 2 ans… et la prochaine fois, j’aurais 58 ans…

A lire donc:

La bénédiction pour la création du soleil (sur Cheela.org). Excellent article.

Bénédiction du soleil (sur Le Calendrier Juif)

A propos de Birkat Ha’hama et du cycle solaire (par Roger Stioui)

Clippings: une extension indispensable pour Firefox pour les copieurs-colleurs fous

Vous vous êtes souvent retrouvé dans une situation où vous deviez souvent envoyer le même texte par email et régulièrement. Description de votre entreprise, signature particulière dans vos emails, URL complexe à taper à chaque fois.

Vous aviez plusieurs solutions :
1. Garder un document sur votre machine avec tous les textes que vous utilisez les plus souvent et utiliser la fonction copier coller.

2. Réécrire manuellement chaque texte en vous disant que ça ira plus vite que de rechercher le doc.

Avec l’extension gratuite Clippings pour Firefox, ce problème est résolu. Après avoir installé le logiciel, une petite icône ayant la forme d’une feuille apparaitra en bas à droite de votre navigateur. En cliquant dessus, vous pourrez définir et éditer plusieurs textes que vous pourrez coller simplement ensuite en utilisant le bouton droit de votre souris et en allant dans le sous-menu Clippings, vous pourrez choisir le texte à coller où vous voulez!

Cela parait tout simple, mais vous gagnez un temps monstrueux !

A télécharger ici !

Spoonkey devient Pass-Connect et lance un service gratuit pour les sites !

Michael Cru, fondateur de Spoonkey (dont je suis l’un des modestes actionnaires) me fait part d’une énorme évolution  de son service :

Hormis le fait que SpoonKey change de nom pour devenir Pass-Connect, le service devient gratuit par la même occasion :)
Gratuit pour les utilisateurs et gratuit pour les sites de Ecommerce.

Pour expliquer cela simplement, c’est la fin des formulaires.

Pass-Connect permet de se connecter à un site sans avoir à se créer un compte via le formulaire.
Le compte est rapatrié des serveurs Pass-Connect et généré directement sur le site partenaire, en total transparence pour l’internaute.

Cela permet une accélération et fluidification de l’acte d’achat pour que celui-ci reste un moment de plaisir pour le cyberacheteur.
Ce qui provoque naturellement une hausse du taux de transformation.

Lorsque l’on teste la solution c’est magique !
voici un compte de test:
email : testoscommerce@pass-connect.com
mdp : testtest
et le site pour essayer : www.saveur-biere.com

Autre avantage : lors d’un déménagement (9% de la population chaque année), Pass-Connect propose de faire la mise à jour automatique sur les sites où l’on s’est déjà connecté.

Toujours dans un esprit de Permission Marketing, bien sûr : Pass-Connect envoie un email à l’internaute en lui indiquant que La Poste ou FT a signalé son déménagement.

Dans cet email, Pass-Connect lui présente la nouvelle adresse qu’il n’a plus qu’à valider.

Au clic, cela le renvoie sur une page avec tous les sites où il s’est connecté et Pass-Connect lui propose de faire la mise à jour, soit pour tous les sites, soit juste pour les sites qu’il souhaite.

Que du bonheur :)

Pour se créer un compte Pass-Connect

Pour devenir partenaire Pass-Connect

Info complémentaire : les kits d’installation Php, OsCommerce, Asp et Dotnet sont déjà disponibles.
Celui pour Magento est en cours de préparation

8 mars, promotion des femmes, femmes en promotion

Bonjour lecteur, fidèle de ce blog ou arrivé ici par hasard, aujourd’hui j’ai décidé de prendre le pouvoir !

Le pouvoir des mots.
Je ne l’ai pas volé. Je l’ai accepté. Parce qu’il m’a gracieusement été proposé par le maître des lieux.
Alors, j’en dispose. Certaines invitations se refusent et d’autres pas.

Signé : Myriam

8 mars, promotion des femmes, femmes en promotion

Un jour, Jérémie m’a proposé de signer un texte sur son blog.
Jusqu’à ce matin, je n’avais trouvé ni sujet, ni justification qui vaille l’importance que je lui accorde pour accepter.

En début de semaine, j’ai reçu deux invitations de blogueurs pour écrire sur leur blog.
Pour aujourd’hui 8 mars.
Attention, pas le 7 ou le 9. Non. Le 8 mars. Exclusivement.

Je n’aurais donc pas le choix dans la date ?
Note : No pun intented, comme on dit chez moi et en anglais quand il y a risque de dérapage humoristique graveleux.

Pourquoi le 8 mars ? Parce que c’est la Journée Internationale (des Droits) de la Femme.
Ou plutôt DES Femmes.
Car, exceptées la Béatrice de Dante, la Dulcinée du Toboso, éternelle fiancée de Don Quichotte et la Berthe, épouse d’Alexandre-Benoît Bérurier, désolée de mettre ainsi les pieds dans le plat, mais la Femme, avec un grand F, comme le Jeune avec un grand J, n’existe pas.

Alors, accepter ou refuser ces invitations à écrire le 8 mars, Journée Internationale des Femmes, sur un blog masculin ?
Je me promène sur le fil de l’indécision. Entre un oui et non.

  • Intéressée pragmatique.
    Va falloir que je range un peu mon blog, ça peut faire venir du monde si j’écris chez xxx. J’habille mes lettres comment ? Je mets quel style ? Casual letter, sophistication proustienne ou sport négligé façon madame Sans-Gêne ?
  • Agacée amère.
    Quand je pense que jamais il ne m’a demandé de signer sur son blog et il me demande ça aujourd’hui. Un 8 mars.
    Et si j’avais été secrétaire, il aurait attendu la journée des secrétaires pour me le proposer ?
  • Orgueilleuse égocentrique.
    Alors ça, ça flatte mon ego pas toujours au zénith. Remarque, je le vaux bien.
  • Cynique féministe. (à imaginer drapée dans ma dignité outragée)
    Quoi ? Les posts de la journée tous écrits par des filles ? Et lui, il fait quoi ? Il joue à Guitar Heroe toute la journée en regardant le compteur tourner ? Jamais, tu m’entends, jamais je ne cautionnerai l’esclavagisme d’un bloggeur qui fait bosser des filles pendant qu’il se tourne les pouces. Faut pas pousser.
    (rires. c’est une comédie parodique, n’oubliez pas).
  • Amusée taquine.
    Il la cherche vraiment, la polémique. Il a pensé à ses trolls préférés qui vont encore trouver de quoi l’accuser de tous les maux de la terre ? Profiteur, exploiteur, hors sujet, opportuniste, et j’en passe, et des meilleurs.
  • Capricieuse imbue.
    Si j’accepte, et j’ai bien dit, si, je veux et j’exige la tranche de 7h30.
    C’est la plus productive. D’ailleurs à la radio, l’antenne est squattée uniquement par des hommes à cette heure là. C’est ça ou rien.

Finalement, je n’écrirai chez aucun de ceux qui m’ont invitée à écrire le 8 mars.

Non. Quitte à écrire un 8 mars chez un homme, je préfère écrire ici.

D’abord parce que cela m’amuse d’écrire chez un Jérémie qui tient parfois des propos dopés à la testostérone pour faire réagir son monde.
Ensuite, parce que je sais l’authenticité de sa sensibilité et de celle de ses proches à ce type de cause.
Enfin, parce que pour lire régulièrement ce blog et les commentaires qui le ponctuent, je t’aime bien, toi le lecteur/commentateur qui a ses habitudes ici.

Donc, comment parler de Journée internationale des Femmes ? Ma capacité d’indignation est toujours en alerte, mais je n’ai pas de mots pour verbaliser ces maux-là.

Et le sujet est imposant dans sa globalité. Trop pour moi. Je ne sais par quelle face l’attaquer.

Plus encore depuis que j’ai lu le Livre Noir de la Condition des Femmes, je suis pleine de questions et vide de solutions.

Pourquoi, pour quoi encore aujourd’hui, 8 mars 2009, des femmes sont violées, voilées, mutilées, cloîtrées, déplacées, lapidées, négociées et marchandées contre leur volonté ?

Pourquoi, quand il s’agit de viol ou de violences conjugales, privilégie-t-on les explications culturelles et/ou religieuses dans les pays du Sud pour se référer à des causes d’ordre psychologique et/ou individuel dans les pays du Nord ?

Pourquoi dans certains pays les femmes sont-elles davantage brutalisées quand elles sont instruites et qu’elles accèdent à l’autonomie ?
Et pourquoi, partout, les femmes sont-elles les plus pauvres d’entre les pauvres… ?

Je n’ai bien sûr pas de solution universelle.  Alors voici mon message très local :

A toi, l’auvergnat qui sans façon, m’as cordialement invitée à écrire sur ton blog en ce jour et dont j’ai refusé l’invitation, si tu me lis ici, pas d’offense. Ni pour celles qui ont écrit chez toi. Tu sais et tu comprends l’outrance opportune d’un titre pour attirer le chaland.
Et je sais pour te connaître que ton invitation partait d’une bonne intention.
De celles dont on fait des pavés qu’on jette dans les mares ;-)

A toi Jérémie, merci pour cette invitation. Et plus encore de m’avoir laissé décider du sujet et de la date.

Enfin, à vous, blogueurs mâles, qui avez un jour caressé l’idée d’inviter de la femelle à écrire sur votre blog, proposez-lui d’écrire ce qu’elle veut et quand elle veut.
Et pas seulement le 8 mars.
Ce qu’elle veut la femelle, quelles que soient sa nationalité, sa culture, sa couleur et sa religion, c’est se confronter au vertige d’avoir à décider pour elle-même.

A condition que l’éducation qu’elle a reçue, quand elle a eu l’opportunité d’en recevoir une, lui permette d’envisager la possibilité de prendre des décisions.
Prendre des décisions. On se demande bien à qui …

Oumma.com ou le tourbillon du mensonge (Erratum?)

Mise à jour: Sans doute plus de peur que de mal… Certains de mes lecteurs ont peut être trouvé la réponse à ce dilemne. L’auteur parlerait d’arbres et non d’arabes comme il l’a écrit ! Encore étonnant de voir des chiffres aussi précis d’arbres déracinés surtout lorsque l’on parle en millions mais bon, si on sait compter les vaches et les abeilles, pourquoi pas les arbres imaginaires. On se demande vraiment où ils arrivent à trouver autant d’arbres en Israel qui fait 22000km2 à moins qu’ils aient compté les feuilles…et encore…

Que ceux qui ont un contact avec Oumma n’hésite pas à leur transmettre ce post.

Nombreux d’entre vous connaissent sans doute Oumma.com.

Oumma, site communautaire musulman créé il y a de très nombreuses années est à la fois un site d’information en texte et vidéo (via Oumma.Tv)

A titre personnel, je les avais un peu oubliés mais un reportage de France Culture qui interviewait les fondateurs du site m’a donné envie d’y jeter un oeil.

Je tombe donc hier sur le premier article de la page d’accueil indiquant que les ultra faucons israéliens avaient pris le pouvoir dans le pays.  Me fait toujours rire ce terme de faucons (quand on compare les messages du Likoud à ceux des pays avoisinants Israel, le Likoud pourrait paraitre d’extréme gauche)….mais bon, ce n’est pas le sujet car beaucoup de médias “neutres” ont utilisé les mêmes termes.

Avant de continuer, l’article dont je parle a été écrit par René Naba qui annonce sur la page avoir été l’ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information.

On parle donc d’un article écrit par une personne censée avoir une analyse claire et sensé du conflit. Qu’il ait un avis pour ou contre Israel n’est absolument pas dérangeant. Chacun ses idées…

Toutefois, affirmer et diffuser des informations complètement fausses en se faisant passer pour un expert est plus que dangereux quand on connait les tensions qu’elles peuvent attiser.

Voici par exemple:

Illustration symbolique du déracinement et de la volonté des Israéliens d’extirper les Palestiniens de leur terre ancestrale, la Palestine : Rien qu’en 2006, les Israéliens ont déraciné 13.572.896 arabes, détruit 787 silos, 788 fermes avec leurs animaux (14.829 chèvres et moutons, 12151 vaches, 16.549 ruches d’abeilles), détruisant 425 puits, 207 maisons, sans parler des assassinats extrajudiciaires et autres trouvailles juridiques de la merveilleuse efficacité israélienne tant célébrée partout dans le monde occidental.

Incroyable ce texte…alors que jusqu’à aujourd’hui, aucune liste officielle des décès à Gaza n’est sortie (et il n’y en aura jamais car faire connaitre les vrais chiffres et les noms des personnes touchées remettrait en cause toute la propagande palestinienne parlant d’une guerre contre des civils), on arrive ici à connaitre exactement le nombre de ruches d’abeilles détruites par Israel. Attention, on ne parle pas de 16550 ruches mais bien 16549 ! Quelle précision !

Mais ce n’est pas ça le plus grave….On parle ici de 13.5 millions d’arabes déracinés par Israel en 2006 !  Mais d’où sort ce chiffre débile ?

Il y a 7.2 millions d’habitants en Israel !

1.4 millions d’habitants à Gaza ! 2.3 millions en Cisjordanie !

Mais qui sont ces 13 millions de personnes ?? Si l’on prend cet article de Wikipedia, il est indiqué qu’il y aurait 9.3 millions de palestiniens partout dans le monde. Même si ce chiffre est sans doute exagéré (donné par les palestiniens eux même), comment imaginer que 13.5 millions de personnes aient pu être déracinées en une seule année en 2006 ? Année très calme d’ailleurs au niveau du conflit. Où sont ils passés ?

Il n’y d’ailleurs pas eu d’expulsion de qui que ce soit depuis des années !

Oumma et son rédacteur sont entrés dans un tourbillon de mensonges. Tout le reste de l’article n’est qu’un ramassis de chiffres complètement dingues et surréalistes. Le problème est que cet article est lu par des dizaines de milliers de personnes…Si on m’apprenait qu’effectivement 13 millions de mes frères étaient déracinés de chez eux chaque année, moi aussi je serais bien énervé…mais tout cela est bien faux.

Oumma, n’attisez pas la haine… nous n’avons aucun intérêt à ce que des conflits intracommunautaires puissent exploser à cause de mensonges et de propagandes. Si vous pensez que la “cause” palestinienne vaut la peine d’être considérée, n’en rajoutez pas! à moins que vous soyez obligés d’en rajouter pour pouvoir donner raison au Hamas & co….

Tout savoir sur les comparateurs de prix grâce à Alain Robert

Alain Robert fait partie des lecteurs de ce blog et de mes followers sur Twitter. Il m’a envoyé la semaine dernière une fabuleuse étude sur les comparateurs de prix incluant quelques jolis passages concernant le positionnemment de Zlio.

Pour tous ceux qui voulaient tout savoir sur les comparateurs, voici donc le document idéal pour s’initier. Ne connaissant pas bien Alain, je lui ai demandé de se présenter…Voici donc sa présentation ci-dessous. En attendant, téléchargez son étude indispensable ! Bravo Alain !


J’occupe actuellement un poste de Responsable d’Exploitation dans l’un des multiplexes cinématographiques les plus prestigieux du Sud-Ouest de la France avec ses 13 salles, sa trentaine d’employés (équivalent temps pleins) et ses 970 000 clients en 2008 (et je travaille dans le cinéma depuis 21 ans et le cinéma est ma 1ère passion).

Tout au long de ces dernières années, je me suis intéressé aux nouveaux médias et en particulier à ceux tournant autour des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur Internet. J’ai créé, parallèlement à mon métier de base, plusieurs sites Internet dont un – depuis 2003 (http://cinetribulations.blogs.com/tribulations) – est maintenant connu .

Je développe en ce moment un nouveau projet toujours autour du cinéma (http://cinewii.com). Ce projet est en phase d’élaboration dans le cadre d’une formation proposée par l’ESC de Toulouse (Marketing, Internet et e-Commerce, labellisée B.A.D.G.E – 2 à 3 jours/mois pendant un an, d’avril 2008 à mai 2009) qui donne les moyens de définir et mettre en place une stratégie e-Business (pour ma part, j’aime bien le Pinkomarketing). Au cours de ce cursus, je dois donc remettre un certain nombre de travaux individuels dont la fiche concept que je viens de t’envoyer. J’ai déjà été noté (plutôt très bien) sur plusieurs remises (fiches de poste, fiche de lecture,…) et la fiche concept sur les comparateurs sera défendue en toute fin de formation dans le cadre de la soutenance pour l’obtention du diplôme.

Enfin, j’ai 42 ans, je me considère souvent comme un surfeur fou, je suis marié, j’ai 3 enfants, apprendre m’a toujours passionné et apprendre aux autres encore plus. ;-)

Virements bancaires interminables: l’argent ne voyage pas à la vitesse de la lumière

Nous avons tous eu l’expérience de virements bancaires interminables.

Lorsque nous envoyons ou recevons un virement, nous ne savons jamais quand l’argent arrive à destination alors qu’il est immédiatement débité du compte émetteur. Va-t-il arriver dans 1 jour ? 2 jours ? 3 jours ? 1 semaine ? plus pour certains virements à l’international ?

Où passe notre argent pendant ce moment là ? Que se passe-t-il réellement ?

J’ai appris l’existence des chambres de compensation grâce à certains de mes contacts Facebook et Twitter.  Ces organismes se chargent de faire l’intermédiaire entre les différentes banques françaises. En gros, tout passerait par la Banque de France pour les opérations franco-françaises.

Une fiche Wikipedia vous donne plus d’informations sur le sujet

Toutefois, cette information ne répond pas à la question.  A l’heure des webservices/API et du traitement des informations en temps réel par un grand nombre de services, pourquoi cette opération ne peut-elle pas se réaliser immédiatement ? Pourquoi est ce que l’argent ne voyagerait pas à la vitesse de la lumière ? On retire d’un côté et on ajoute de l’autre ?

Il est évident que la banque a intérêt à faire trainer ces virements en plaçant l’argent disparu 1 ou 2 jours. A l’échelle d’une banque, cela représenterait des montants et des gains colossaux. Mais franchement, doit on se laisser faire ? Doit on continuer à accepter gentiment que nos banques jouent avec notre argent tout en continuant à nous facturer des commissions exorbitantes ?

Certains me disent que le but est de procéder à un contrôle anti fraude…mmm….pour contrôler quoi ?

Ce billet est encore temporaire. J’aimerais réellement comprendre pourquoi ces transactions ne se font pas en temps réel et si un banquier nous lit, il serait intéressant d’obtenir une réponse officielle. Je ne peux pas imaginer que nous, clients, nous fassions berner depuis des dizaines d’années sans rien dire.

Ce matin m’est arrivé une expérience encore plus incroyable : après avoir fait une demande de virement vers un autre compte vendredi dernier (banque française à banque française), j’apprends que la personne devant la recevoir ne l’avait toujours pas reçu ce jeudi matin.

En appelant ma banque, on apprend que le virement avait été “oublié” et “pas traité”. La banque a donc promis, pour s’excuser, de réaliser un virement express qui part ce matin et devrait arriver cet après midi sur le compte du bénéficiaire.

Alors comme ça, quand on veut, on sait réaliser des virements express en quelques heures ?

Pourquoi est ce que cela ne serait-il pas toujours le cas ?

Banquiers, à vos claviers, nous voulons des réponses !

PS: ce billet a été réalisé avec la collaboration de plusieurs de mes contacts Facebook et Twitter. Merci à eux.

Mise à jour : Cet article a été repris et analysé en profondeur par les équipes de Rue89/Eco89. A lire ici

L’extension Firefox qui va nous faire sortir de la crise !

Facebook Diet - Firefox Extension to Block Facebook for 45min each hourIl est évident que nous ne sortirons pas de la crise si nous ne travaillons pas plus efficacement ! (j’ai pas dit que ça suffirait alors ralez pas ;-) )

J’ai découvert par hasard ce matin un plugin Firefox (sous la forme d’un script Greasemonkey) qui permet de bloquer l’accès à son compte Facebook pendant 75% de son temps !
En fait, simplement, le script bloque l’accès à Facebook 45 minutes par heure. C’est tout bête mais sans doute très efficace.  Je pense qu’il faudrait installer ça sur tous les postes des personnes qui travaillent.

Le script Greasemonkey est disponible ici (nécessite l’installation préalable de l’excellent Greasemonkey). Une extension Firefox indépendante est aussi dispo via le blog de l’auteur mais je n’ai pas réussi à l’installer.

Je me demande si on ne devrait pas faire ça pour l’email aussi…On peut passer une journée à envoyer et répondre à des emails sans vraiment se concentrer sur ses taches.

Mise à jour: Cet article a fait réagir Laurent Dupin de Libération

Entrepreneurs : Faites gaffe aux grands groupes !

Je voulais échanger avec vous à propos d’un sujet très dangereux pour les entrepreneurs et surtout les entrepreneurs du Net.

Plusieurs grands groupes que je ne citerai pas ici pour des raisons évidentes se font un malin plaisir d’inviter des entrepreneurs à leur présenter leurs projets. Ils parlent de partenariats stratégiques, alliances, collaborations, tests grandeur nature…

Quoi de plus intéressant pour un entrepreneur que de voir un groupe pesant certaines fois plusieurs milliards s’intéresser à son projet ? Quoi de mieux qu’un gros partenariat pour faire exploser son chiffre d’affaire et assurer un succès à son entreprise ! On peut même imaginer une acquisition future…Le rêve non?

Malheureusement, la réalité est tout autre. Il est EXTREMEMENT rare pour une startup de signer un accord avec un grand groupe.

Au sein de Zlio, par exemple, nous avions eu affaire il y a un an avec l’un des plus gros ISP d’Europe. Après s’être mis d’accord sur l’ensemble de notre partenariat à l’oral (plusieurs confs calls et rdv), nous recevons un contrat:
1. n’ayant rien à voir avec ce dont nous avions parlé
2. avec un cahier des charges associé.

Il fallait que nous modifions une grosse partie de nos interfaces et passions des semaines de développement afin de pouvoir s’adapter aux besoins de ce partenaire. Evidemment, le partenaire en face ne pouvait s’engager sur aucun résultat, aucune promotion spécifique du service. Ils disaient juste qu’ils sont les N°1 dans leur pays (ce qui est d’ailleurs vrai) et qu’ils allaient faire “de leur mieux” pour promouvoir le service.

Si je n’étais pas un habitué de ces grands groupes, j’aurais plongé tête baissée, mais non, nous avons décidé, malgré le temps que nous y avions investi, à abandonner ce projet qui revenait à etre de la prestation de service gratuite pour ce partenaire. Son intéret cette fois là était de prouver qu’il pouvait être assez moderne pour inclure des services comme Zlio mais n’avait pas l’air de s’intéresser sérieusement aux résultats que nous allions générer ensemble.
Pour une startup, seul ce dernier point compte.

Il y a encore quelques mois, en septembre dernier, nous nous faisons contacter par la direction de l’innovation d’un grand groupe français très célébre. Celui-ci nous demande des informations sur le nouveau Zlio en préparation à cette époque et nous propose une rencontre. Bien que perplexe, je me disais qu’il n’y avait rien à perdre d’y assister.

La rencontre se passe fabuleusement bien. Tous les partis autour de la table s’entendent pour dire qu’il faut démarrer une collaboration test ensemble et nous prévoyons de nous revoir 2/3 semaines plus tard dans le but de préparer ce test.  En attendant, l’entreprise nous demande de signer un NDA (Non Disclosure Agreement qui consiste à garder toutes les discussions confidentielles). Là encore, par optimisme, j’accepte de signer ce NDA sachant qu’il y a toujours plus à craindre à dévoiler des informations à la personne avec qui on le signe que de craindre que les infos fuient à l’extérieur.
Nous fournissons suite à leur demande un accès à nos interfaces, des infos sur notre business model … On nous demande si la société de service de l’entreprise peut avoir un accès à nos interfaces pour voir comment les services peuvent s’interfacer….

On nous demande de travailler sur des maquettes, des idées de collaboration…tout ce qui peut nous passer par la tête. L’un de mes interlocuteurs me dit même que le travail que nous investirons pourra même être potentiellement rémunéré. Même si je n’y crois pas trop, je trouvais l’idée potentiellement intéressante.

A cause d’un probleme d’agenda, le RDV est reporté et se déroule fin novembre. Une dizaine de personnes du groupe assistent à la réunion. Nous présentons le projet et essayons d’avancer….mais non, quelque chose coince…
Notre interlocutrice commence à nous parler d’un autre projet…Un peu comme si vous demandiez à un fabricant de voiture de fabriquer des vélos…et nous demande si nous pouvons lancer cet autre projet avec eux.

Je réponds clairement que ce n’est pas notre métier et que nous ne sommes pas une SSII. De plus il existe d’autres startups dans le secteur plus adaptée que nous.

Je reviens au sujet initial et demande comment allons nous avancer…

Euh…nous devons travailler sur les specs…Cela va prendre quelque semaines et on se reparle à ce moment là…

Décembre, aucune nouvelle. Janvier aucune nouvelle malgré des relances. Fin janvier, on nous apprend via un email ferme que le groupe n’avait pas trouvé de piste de collaboration à court terme.

En gros, après avoir bien étudié 100% de notre modèle, fait travailler, nous annoncer qu’un test devait être lancé, on nous affirme que finalement, on ne voit pas pourquoi on travaillerait ensemble.

Situation ridicule certes mais qui ne m’étonne pas. Je suis juste étonné par la malhonnêteté de la méthode et le fait de prendre les entrepreneurs pour des sociétés de conseils gratuites à qui l’on peut demander ce que l’on veut sans risquer de recevoir une facture.

Cette même entreprise sévit encore et continue à vouloir faire signer des NDA à des startups…organise des réunions…toujours sans objectif précis…en laissant l’entrepreneur en face miroiter de fabuleux projets. J’ai appris aujourd’hui qu’elle proposait même d’auditer techniquement ces startups afin de voir “comment c’est fait” sans s’engager sur la moindre collaboration potentiellle.

Ce message est un avertissement pour vous tous. Ne participez à aucun RDV avec un grand groupe surtout si c’est à leur demande. Il y a TRES peu de chance pour que quoique ce soit se passe avec eux. Si un deal se concrètise après de gros efforts, vous risquez de devenir une société de service pour cette entreprise et perdre toute votre positionnement sur le marché. Si votre société est en danger, ce n’est pas auprès d’eux que vous trouverez une solution, bien au contraire.

Un grand groupe a très peu d’intérêt à vous aider à grossir, peu d’intérêt à vous racheter….mais beaucoup d’intérêt à vous pomper ! Soyez extrémement prudent !

(MISE A JOUR) : Attention, je parle ici de grands groupes pouvant potentiellement devenir concurrent. Je ne parle pas d’aller démarcher des groupes en tant que CLIENTS , ce qui est évidemment normal et ne pose aucun problème particulier (pas facile toutefois ;-) )
Cet article a été repris par le journal en ligne Eco89/Rue89

Affaire Facebook : Les internautes sont de gros hypocrites !

Depuis des années, nous lisons des milliers d’articles concernant le piratage illégal de logiciels, de films et de musique. Les internautes demandent aux artistes et aux éditeurs de changer de modèle économique, de passer à un modéle tout gratuit…Plus de 500 000 films sont téléchargés illégalement en France chaque jour.

Les internautes ralent des tarifs des places de cinéma, pensent que la culture (sic!)  devrait appartenir à tous et être gratuite. Lorsque Luc Besson affirme dans une tribune paru dans le Monde il y a quelques jours qu’il faut combattre le fléau du piratage des oeuvres en ligne, il se fait incendier, injurier comme s’il avait demandé au monde de se séparer d’une de ses libertés élémentaires.

Depuis 48h, l’affaire Facebook fait fureur sur Internet. Facebook a, en effet, modifié ses conditions générales pour affirmer que les contenus que ses utilisateurs mettent en ligne resteront en ligne et seront propriété de Facebook après la suppression du compte de cet utilisateur.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a expliqué clairement pourquoi cette décision a été prise. Pour ceux qui pensaient que Facebook allait faire un “business” avec le contenu perso des utilisateurs, la réponse est tout autre tel qu’on le voit sur le blog de Facebook (Traduction française par Techcrunch France ci dessous)

Notre philosophie est claire; les utilisateurs ont le contrôle sur le partage de leurs données…La question posée est de savoir si Facebook peut utiliser ces informations éternellement. Quand une personne partage un message avec une autre, il existe deux copies, une dans dans sa boite à messages et l’autre dans celle de l’autre personne. Même si la première personne ferme son compte la deuxième copie est toujours intacte chez l’autre personne. Et c’est comme cela que fonctionnent tous les réseaux et le services email. Nous avons modifié les conditions générales afin que cela soit plus clair pour tous

En réalité nous ne souhaitons pas utiliser vos données d’une façon qui ne serait pas tolérable pour vous. La confiance dans notre réseau afin de partager des informations est l’aspect le plus important de notre travail et de nos efforts…

On remarque avec cette modification dans les conditions générales l’importance et la complexité du sujet. Les gens veulent avoir le contrôle complet sur leurs informations quand ils sont sur le service et quand ils le quittent mais ils veulent aussi avoir la possibilité de les partager avec qui bon leur semble; adresses, messages, email, numéros de téléphones,etc…Cela crée une ambiguïté forcement; difficile de mettre en place une fonctionnalité qui permettrait de contrôler mes données chez moi et à distance chez les utilisateurs avec qui j’ai partagé ces données.

Je trouve l’explication de Zuckerberg juste et claire. Le problème n’est pas évident et Facebook a du faire des choix. En tant qu’entrepreneur du Web, travaillant sur de nouveaux modèles de contenus, revenus, nous sommes confrontés TOUS LES JOURS à ce genre de problématique et devons trancher pour un choix ou un autre sachant qu’il n’y a pas de solution qui plaira à tout le monde. Comme je le dis souvent, il faudrait que je sois sponsorisé par Doliprane tellement ces casses têtes sont complexes.

Toutefois, la polémique enfle, des tonnes d’articles paraissent sur le Web insultant Facebook qui vole le contenu des utilisateurs. J’ai même vu dans l’un des statuts de l’une de mes “friends” Facebook qu’elle avait décidé d’effacer toutes ses photos de Facebook “suite aux nouvelles conditions générales”.

Quelle hypocrisie !! Lorsque vous téléchargez des films et de la musique en ligne, illégalement, vous pensez que vous avez une bonne raison de le faire. Vous avez transformé cet univers de vol en une liberté que personne ne devrait vous enlever.

Ah ? les contenus appartiennent aux auteurs ? aux musiciens ? aux artistes ? Cela ne change rien pour vous, les internautes. On continue à piller du contenu en téléchargeant parfois des dizaines de films,logiciels et musiques à la fois.

Maintenant que l’on parle de vous enlever vous droits sur VOS contenus, vous ralez ! Quels voleurs ces gars de Facebook !!!

On ne parle pas de contenu ayant couté cher à créer dans ces cas. On parle de photos persos en général sans valeur, de statuts racontant que l’on est en train de faire la vaisselle, de vidéos à 90% pompés de gens à qui elles appartiennent vraiment.

Mais non, pour cela, on parle de liberté individuelle, d’atteinte au droit de la propriété. J’ai même vu Facebook appelé Facistbook aux Etats Unis.

Désolé, mais vous, internautes êtes hypocrites et égoistes. Si le contenu ne vaut rien comme vous le laissez entendre en téléchargeant des tonnes de contenus illégaux, le votre ne devrait rien valoir non plus !

A bon entendeur…

PS: Pendant que j’écris ces lignes, Facebook annonce avoir cédé à la pression et repasse à ses anciennes conditions générales.
La majorité a parlé…mais la raison, elle, reste au placard.

Google Books enfin dispo sur mobile !

C’est la news du jour: Google Books est enfin disponible en version mobile !

Google Books
est à mon sens, l’une des plus grandes innovations de Google ! Cette base de connaissance phénoménale accessible gratuitement change réellement la vie de ceux intéréssés par n’importe quel sujet (de la cuisine à la philosophie en passant par la physique nucléaire, la religion et la médecine)

En fait, la version mobile n’est pas complète car seuls les livres ayant pu se faire OCRisés sont disponibles au sein de cette version. Les vieux manuscrits ne le seront donc pas.

Vous pouvez ensuite lire ces livres sur votre Iphone ou téléphone sous Android.

Cela vous fait juste 1.5 millions de livres en anglais à lire et 500.000 en dehors des US.

Bonne lecture ! ;-)

Pour accédez à Google Books Mobile, utilisez cette URL : http://books.google.com/m

Interview de Jeremy Fain: PDG de Verteego, le Business Object du Développement Durable

Aujourd’hui, je voulais vous présenter Verteego dont je suis l’un des modestes actionnaires. Jeremy Fain, en plus d’avoir un prénom fantastique, est le fondateur du blog collaboratif Tech IT Easy, un blog anglophone impressionnant de par ces analyses sur plusieurs sujets dans le monde de l’IT.

Jeremy nous expliquera dans cette interview ce qu’est Verteego, comment lui est venu cette idée ainsi que son parcours !

Interview
Peux tu te présenter ?

Je m’appelle Jeremy Fain, j’ai 26 ans. J’ai cofondé Verteego. Je m’occupe en particulier du marketing, du back-office & des ventes.

Qu’est ce que Verteego?

Verteego est une startup qui se consacre à l’édition et la commercialisation de solutions de développement durables pour les entreprises.

C’est-à-dire qu’en gros, on aide les entreprises à valoriser leurs bonnes pratiques sociales et environnementales auprès de l’extérieur.

A ce jour, Verteego commercialise 2 services, accessibles par abonnement:

Verteego Report (http://www.verteego.com) dédié à la création et la publication par les PME-PMI de leur rapport de développement durable; et

Verteego Carbon, (http://www.verteegocarbon.com) logiciel de réalisation de son Bilan Carbone ADEME sur Internet à destination des consultants habilités Bilan Carbone et des directions Environnement des grands comptes.

Verteego, ce sont aussi et avant tout 7 personnes passionnées & enthousiastes qui souhaitent permettre aux organisations d’être autonomes dans leur appropriation du développement durable grâce à des outils simples, abordables, et efficaces.

Verteego est labellisée OSEO Innovation, incubée par Agoranov, lauréate de Scientipôle-Initiative, membre du réseau Durapôle et du cluster Optics Valley, et surtout organizational stakeholder de la Global Reporting Initiative, un groupe de travail créé par l’ONU et qui réfléchit à des batteries d’indicateurs de développement durable pertinentes pour les entreprises – réflexions que nous intégrons pleinement à nos services en ligne.

A qui t’adresses tu?

Verteego Report (http://www.verteego.com) s’adresse clairement aux PME-PMI. On permet aux PME de réduire leur déficit de compétitivité face aux grands groupes qui ont les moyens de faire faire chaque anné un pavé sur leur développement durable. Grâce à Verteego Report, les PME communiquent leurs bonnes pratiques et mettent en valeur leurs atouts.

Elles peuvent aussi utiliser leur rapport comme outil de communication auprès de leurs actionnaires, de plus en plus sensibles à la responsabilité sociétale, et de leurs donneurs d’ordres – c’est-à-dire que les PME-PMI annexent leur rapport de développement durable à leurs réponses à des appels d’offres, publics ou privés.

Ce qui leur permet de remporter plus d’affaires et de développer de nouveaux marchés. Verteego Report est également un outil de référencement web car les rapports sont accessibles publiquement sur une adresse Internet personnalisée contenant un lien vers le site de l’entreprise. Par exemple celui de Zlio: http://www.verteego.com/report/zlio

Quant à Verteego Carbon (http://www.verteegocarbon.com), il s’agit avant tout d’un outil destiné aux grands comptes industriels multisites, aux collectivités publiques, et aux consultants habilités Bilan Carbone ou autres bureaux d’études en environnement. Mais on reçoit de plus en plus d’appels entrants de PME – PMI souhaitant réaliser elles aussi leur Bilan Carbone, car faire son Bilan Carbone permet de mieux comprendre ses processus pour les rationaliser, et minimiser son risque et ses dépendances énergétiques en réduisant ses émissions de CO2 et de manière générale son empreinte écologique.

Quel est le business model de la plateforme?

Verteego.com fonctionne sur le modèle des abonnements freemium: toutes les entreprises peuvent gratuitement se créer un compte illimité dans le temps et en nombre d’utilisateurs, mais limité dans les thèmes que contiendra leur rapport de développement durable. Pour les entreprises qui upgradent leur compte à la version payante et qui donc ont accès aux 56 thèmes du rapport (au lieu de 5 thèmes en version gratuite) et à du support personnalisé par email, le coût est modique (EUR 29,99/mois).

Verteego Carbon
est un service payant, dont l’abonnement pour un an (6 mois au maximum pour la collecte, puis 6 mois de conservation des données) coûte EUR 500 / mois / site physique (sachant qu’un site physique équivaut grosso modo à un compteur d’électricité).

Es tu a la recherche de partenaires?

Oui, Verteego recherche des partenaires: notamment des grands comptes industriels cherchant à mettre en place des politiques d’achats responsables (intégration dans la sélection des fournisseurs de critères de responsabilité environnementale & sociale en sus des traditionnels qualité, coûts et délais), des collectivités qui souhaitent outiller les PME-PMI de leur territoire avec des systèmes de management de leur développement durable, et enfin des fonds d’investissement (LBO, capital-risque, OPCVM,…) qui, face à la crise, souhaitent intégrer une démarche d’investissement socialement responsable (ISR) dans leur sélection de sociétés et la gestion de leur portefeuille.

Comment es tu venu a travailler sur ce projet?

Je viens du web, qui est une passion, et avais toujours eu une sensibilité “écolo”, mais pas purement environnementaliste: je pense qu’il est impensable dedissocier les préoccupations environnementales (lutte contre les changements climatiques) de leurs conséquences sociales (inégalités croissantes), sociétales (réfugiés climatiques), ou en termes d’innovation (la hausse des prix du pétrole, que je regrette, avait poussé à plus d’inventivité) et de gouvernance et transparence.

Je pense aussi être un entrepreneur dans l’âme, c’est quasi-génétique: personne n’est salarié dans ma famille, même si ce sont principalement des professions libérales. Donc la question n’était pas ‘allais-je créer une entreprise’ mais ‘quand’, ‘où’ et ‘quoi’.

Ensuite, et c’est peut-être le point le plus important, j’ai pu constater que le fait que beaucoup d’entreprises faisaient du développement durable mais qu’au contraire des grands groupes qui ont les moyens, elles ne le communiquaient pas. “Faire du développement durable”, c’est tout aussi bien respecter ses employés et partenaires en affaires que mettre en oeuvre des actions de réduction de son impact environnemental. Avec mes associés, nous avons trouvé dommage que les PME n’aient pas d’outil de communication abordable efficace, comme peut l’être Verteego Report ;), pour dire tout haut ce qu’elles font de bien tout bas.

Enfin, pour les chefs d’entreprise et leurs collaborateurs qui entendent parler toute la journée de développement durable mais qui ne savent pas par où prendre le problème, nous avons aussi conçu Verteego Report pour les sensibiliser à ces problématiques, leur offrir un cadre de prise de conscience des enjeux qui concernent leurs activités, et d’amélioration de leur performance développement durable.

Quant à Verteego Carbon, on a tout simplement eu beaucoup de demande de la part de grands comptes pour un tel service. Donc on l’a développé et commercialisé, et ça marché très bien!

Est que ton parcours en tant qu’élève d’HEC t’est utile?

Alors, j’ai été diplômé d’HEC en juillet 2007, mais j’avais quitté de facto le campus en juin 2005 avant de partir en année de césure à l’étranger, puis de faire ma majeure en informatique & télécommunications sur les bancs des ingénieurs de Centrale Paris.
Il est clair que j’ai appris plein de trucs utiles à HEC, qui est une excellente école sur un campus où l’on s’amuse bien tout en se forgeant une bonne culture générale des sciences de gestion.

Mais quand on est entrepreneur, finalement, ce n’est pas tant le diplôme ou les études qui comptent que le culot, la capacité à prendre du recul tout en étant dans le feu de l’action, la volonté de répondre au mieux aux besoins des clients – et ça, ça ne s’apprend nulle part.

J’ai même envie de dire qu’un diplôme, quelqu’il soit, c’est de “l’inertie acquise” – l’expression est de Paul Valéry je crois – et que l’inertie est par définition contre-productive pour un entrepreneur.

Par contre, il est évident qu’un diplôme sert à rassurer ses clients et son banquier, comme ça peut rassurer sa belle mère, mais ce n’est évidemment pas une fin en soi et ne garantit rien dans la réussite d’une aventure, au contraire de la volonté réussir et de la qualité d’un positionnement, d’une équipe, et d’un service. C’est a fortiori encore plus vrai quand on parle de web et de développement durable qui sont deux continents nouveaux à part entière.

Qui sont tes collaborateurs?

Ca me fait plaisir que tu me poses cette question, car sinon, je t’en aurais de toutes façons parlé. Mon plus grand plaisir depuis le début de l’aventure Verteego, au-delà même de satisfaire les centaines d’entreprises qui utilisent nos services au quotidien et d’acquérir chaque jour de nouveaux clients et utilisateurs, c’est d’aller au bureau tous les jours et de travailler avec mon équipe.

Concrètement, nous sommes trois à être à l’origine de Verteego: Rupert Schiessl, autrichien, HEC aussi, ayant réalisé sa majeure à Télécom Paris, qui gère l’équipe de développement des produits et toutes les questions d’interface et ergonomie; et Damien Arbault, ingénieur chimiste spécialisé dans la comptabilité environnementale, qui conçoit et modélise nos méthodologies d’évaluation et de calcul de la performance développement durable – méthodologies que l’on intègre dans nos produits.

Depuis l’été 2007, les fondateurs ont eu le plaisir d’accueillir des Verteegeeks très brillants, Vianney, Ben et Keenan notamment, venus renforcer l’équipe de développeurs web comme le bureau d’étude. Je peux te dire que rares sont les candidats qui viennent en entretien au bureau qui ne nous disent pas qu’ils ont rarement vu dans une boite une aussi bonne ambiance de travail.

L’avenir de Verteego c’est quoi?

Pas facile comme question. L’avenir de Verteego, c’est des centaines de millions d’entreprises de toutes tailles qui utilisent Verteego Carbon (http://www.verteegocarbon.com) pour calculer leurs émissions de CO2 et réduire par la suite leur empreinte carbone, et qui communiquent sur Verteego Report (http://www.verteego.com) ce qu’elles font de bien en termes de responsabilité environnementale et sociale.

J’invite d’ailleurs tes lecteurs à créer leur compte gratuit et publier leur rapport de développement durable sur une adresse Internet personnalisée de type http://www.verteego.com/report/votreEntreprise à partir du lien suivant: http://www.verteego.com/signup