Le Judaisme doit-il evoluer avec le temps?

29 Elul 5777, Veille de Rosh Hashana 5778

Faut-il faire évoluer le Judaïsme ? Pourquoi ne pas en changer les termes et concepts alors que le monde change ?

En tant que Juif, publiquement et fièrement fidèle au Judaïsme, j’ai la chance formidable de pouvoir échanger régulièrement sur ce sujet avec des hommes et des femmes de nombreux pays, et d’origines différentes.

L’autre chance est qu’en tant qu’actionnaire, directement ou indirectement, de centaines de startups, il est impossible de me considérer comme un homme peu moderne, ou ne vivant pas avec son temps.

Ceci étant posé, revenons à nos questions : le Judaïsme doit il évoluer avec le temps ?

Ma réponse est clairement non, mais oui. Non, ce n’est pas le Judaïsme qui doit évoluer, mais oui, c’est le Juif lui-même. C’est au Juif, au cours de sa vie, d’évoluer dans sa compréhension et sa pratique du Judaïsme.

Beaucoup d’entre nous choisissent la facilité : ils naissent peu pratiquants, peu au fait de la magnifique Torah écrite et orale qui nous a été transmise, et cherchent toute leur vie à redéfinir le Judaïsme pour qu’il s’adapte le plus possible à leur mode de vie.

Certains affirment par exemple : « Je ne mange pas Casher, je ne respecte pas Shabbat, je suis marié avec une non juive. Le Judaïsme doit s’adapter pour me permettre de vivre ainsi.

De toutes façons, je reste profondément « sioniste  (sic !) et je lutte contre l’antisémitisme du matin au soir. »

Vous l’aurez compris, ce Judaïsme – que je qualifie de “gélatineux” et qui prend une forme différente en fonction du mode de vie de chacun, est un leurre. Il ne retient, au final, rien ou si peu de ce que nous enseigne le Judaïsme ancestral.

Vous remarquerez d’ailleurs que ces hommes ou « intellectuels juifs » luttant le plus contre l’antisémitisme, l’antisionisme ou qui commémorent la Shoah tous les 3 jours au lieu d’en tirer des enseignements, sont en général les moins pratiquants d’entre nous. Je ne les juge pas, je constate.

Ces Juifs ont fait de cette « lutte contre », une vie en soi. Tout cela, sans se concentrer sur la compréhension de ce qui nous a été transmis. Ces luttes sont les véritables leurres qui les empêchent en tant que Juifs de découvrir leur propre mission.

Car oui, le Judaïsme est une mission, et mieux, une trans-mission.

La transmission, entre autres, d’un enseignement unique directement donné par Dieu au peuple d’Israël puis digéré, affiné et apprécié par l’ensemble des sages des différentes générations, sans jamais remettre en cause le moindre texte biblique ou enseignement des Sages de la Mishna, même s’il n’est pas compris au premier abord.

D’ailleurs, nous avons l’obligation d’être fidèle à ces lois, même si nous ne les comprenons pas encore (Naasé VeNichma – Nous ferons et nous comprendrons – est ce que le peuple Juif a répondu quand la Torah lui a été proposée).

Ayons confiance en Dieu et ses lois, et respectons l’obligation de les étudier « jour et nuit » et de les comprendre en profondeur pendant toute notre vie.

Dieu, Créateur de l’Univers et qui en connaît donc les moindres recoins et fonctionnement nous a donné un enseignement parfait pour nous permettre d’y vivre de la meilleure manière qui soit et d’y accomplir notre mission. Cet enseignement intègre des lois concernant absolument tous les sujets.

Ces lois sont divisées en deux parties:

Les lois Bein Adam LaMakom, ce sont les lois qui permettent d’entretenir le plus profondément possible notre relation avec Dieu (Shabbat, Tefilines, Casherout, Fêtes, service du Temple etc..) et les lois Bein Adam LaHavero (entre l’homme et son prochain) qui permettent une vie parfaite et non égoïste en société, le vivre-ensemble dirait-on aujourd’hui.

Ces dernières traitent entre autres, du monde des affaires dans sa globalité, et incluent des lois régissant les droits des employés et des employeurs, des marchands et des clients, des riches et des pauvres, des relations entre hommes et femmes, des hommes et des animaux (j’ai, par exemple, dans ma bibliothèque un livre qui traite en plus de 600 pages des lois juives contre la souffrance et l’exploitation des animaux).

Humilité et cohérence

Comme évoqué précédemment, pour étudier le Judaïsme, comprendre le message de Dieu, et comprendre pourquoi il ne doit pas être modifié, il faut d’abord apprendre à être modeste. Fini les “Je pense que” ou les “il faudrait que” ! Pour étudier, il faut se soumettre à la sagesse de la Torah écrite et de la Torah Orale. Dieu et Les Sages doivent devenir nos maîtres et non pas l’inverse. Nous ne sommes pas là pour dompter les textes et leur faire dire ce que nous voulons qu’ils disent et ainsi justifier une quelconque opinion ou mode de vie.

L’ensemble de nos lois représente une cohérence parfaite et chacune d’elles s’imbrique harmonieusement avec les autres. Des milliers de commentateurs, des millions d’étudiants au cours des générations précédentes sont passés et repassés sur chacun de nos textes afin d’en comprendre certains points que beaucoup auraient considérés trop rapidement comme des incohérences.

Quel plaisir d’apprendre et de lire les commentaires de Rashi, des Tossafistes ou des nombreux commentateurs du Talmud qui arrivent, par leur grande sagesse et leur persévérance, en quelques lignes à réduire à néant toute contradiction.

Quelle beauté de comprendre vers où Dieu veut nous mener, vers quelles différentes fabuleuses missions… qui n’ont pas changé depuis le don de la Torah…

Et quelle tristesse pour moi de voir autant de Juifs, enfants, adultes, femmes et hommes, passer à côté de tout cela.

Etudier. Etudier encore. Etudier toujours !

Alors que durant ma jeunesse, en tant que geek, j’appréciais la nouveauté, les évolutions de la vie, j’ai pu, au fil du temps découvrir à quel point la véritable beauté du monde ne se trouve pas dans l’actualité, le dernier iPhone, ou la dernière invention, mais véritablement dans les enseignements de la Torah.

Quand vous commencez à étudier, vous pensez qu’en quelques années vous ferez le tour de tous les sujets, et que vous les maîtriserez. Mais plus vous avancez, plus vous découvrez à quel point ces univers sont infinis.

Des dizaines de milliers de livres ont été publiés sur ces sujets, tous reposant sur la même Torah écrite et orale. Si vous visitez HebrewBooks.org, vous verrez le nombre de livres disponibles qui ne sont qu’une partie de ceux existants (52000 à l’heure où je vous écris).
J’ai, installé sur mon ordinateur, plusieurs bases de données avec plus de 85000 livres scannés uniquement dédiés au Judaïsme et tous ses aspects (Otzar Hahochma, Responsa, ToratEmet (gratuit sous Windows) et elles existent aussi toutes en versions online).

Comme je l’ai expliqué, tous les « aspects » du Judaïsme dont je parle décrivent en fait, tous les aspects de la vie, absolument tous.

Après avoir étudié les lois de n’importe quel sujet, on ne se pose plus aucune question sur le fait de savoir s’il faut ou non en adapter les lois. Bien au contraire, plus nous entrons dans les détails, plus nous découvrons la cohérence de l’ensemble.

Pas de Judaïsme transformé !

Il y a quelques dizaines d’années, le Judaïsme réformé a voulu transformer ces lois et ne plus les appliquer dans leur totalité.

Cette vision d’un Judaïsme gélatineux, dont je parlais plus haut, qui se fond dans le monde; ses adeptes et enseignants qui essayent de faire dire à la Torah ce qu’ils savent ou pensent déjà d’eux même ne transmet quasiment rien du message de Dieu, ou le transforme trop pour lui rester fidèle.

Cela reste joli et bien enrobé – tout comme peut l’être le christianisme qui est aussi un judaïsme réformé, mais qui a eu le courage de changer son nom tant il s’en est éloigné. Mais il est si loin des textes, si loin de notre transmission multimillénaire, si loin de la fidélité à une transmission solide et organisée.

Alors doit-on changer quelque chose au Judaïsme ?

Nous y avons déjà partiellement répondu. Non, mais oui !

Oui, c’est notre propre vision de ce Judaïsme que nous devons changer. Tout d’abord en commençant à étudier les textes avec des maîtres sincères et authentiques, qui n’ont jamais renoncé à la moindre loi, et parallèlement en étudiant seul et en lisant la très nombreuse littérature à disposition (consultez Torah-Box, Artscroll, ou Feldheim par exemple pour vous procurer ces livres).

Cette littérature est là pour nous faire évoluer, comprendre la Torah et notre rôle sur cette terre, nous améliorer, et améliorer notre vie de tous les jours.

Après avoir étudié le moindre texte, nous devons ressortir et nous sentir différent. Prendre en compte les nouveaux éléments que nous avons étudiés et les appliquer à notre vie.

Nous devons, lors de tous nos temps libres [1], y penser, les digérer, les macérer.

Synchronisé au présent

Pour finir, pour comprendre et apprécier comment le Judaïsme reste en permanence synchronisé avec le temps présent, il faut en mesurer toute l’amplitude.

Lorsqu’une nouvelle invention voit le jour, les Sages vont immédiatement la comparer à des cas similaires présents dans le Talmud. Je vous laisse apprécier par exemple l’analyse de Amazon Alexa et sa potentielle utilisation pendant Shabbat (il en ressort que c’est interdit) ou l’analyse du nouveau modèle de travail qu’est Uber pour découvrir les lois régissant l’entreprise et ses chauffeurs.

Il existe par exemple un livre en hébreu (BeDerech Atarim) qui traite de toutes les lois de l’Internet (lois du copyright, de la participation à des cérémonies à distance via Skype, lois du Shabbat et du ecommerce etc..) ou de très nombreux livres sur les lois liées au monde du Business (voir ici une liste d’une partie d’entre eux en anglais, français et hébreu).

Beaucoup d’encre a coulé sur le statut de l’électricité le Shabbat (pour tous, son maniement est interdit, mais les raisons de l’interdiction peuvent différer d’un décisionnaire à un autre) etc…

En cette nouvelle année 5778, et si nous prenions tous la résolution de découvrir la beauté de ce Judaïsme ancestral si moderne, si fabuleux, si positif, et de décider d’en appliquer toutes ces lois sans baisser les bras, peu à peu, étape par étape, marche après marche, jour après jour pour réussir à le vivre pleinement, et sans aucune altération ?

Puisse Dieu vous donner la force pour persévérer et y parvenir !
Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 5778.

Chana Tova Umetukah!

Si vous cherchez à étudier régulièrement, je vous conseille l’excellent service Makom Torah lancé par Torah-Box qui permettra de trouver les cours les plus proches de chez vous. Si cela ne vous suffit pas, n’hésitez pas à me contacter sur Torah at Berrebi.org

[1] Il faut noter que l’apparition des smartphones a réduit drastiquement les moments de temps libres pendant lesquels nous pouvons avoir du temps pour faire ce travail intellectuel de tous les jours. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai abandonné toute utilisation de smartphone depuis plus d’un an.

 

Related Post

4 Comments

  1. Bonjour MR BERREBI
    Avant tout Chana Tova qui est surtout le Jour du Souvenir.
    De quoi devenons nous souvenir? Laissons la question en suspend.
    Le Judaisme doit il évoluer avec le temps ?
    Vous y répondez brillamment et votre réponse ouvre sur d’autres réflexions.
    En tant que spécialiste et chercheur en psychobiologie et biologie du comportement nous apprenons que notre Inconscient qui gère 99% de nos informations quotidiennes, ne connaît pas le temps .
    Seul l’Affect donne accès à notre mémoire.
    Pour modifier une information il faut passer par l’Affect
    Nous sommes donc victimes d’une structure cérébrale inconsciente, aussi personnelle que notre empreinte iridienne et qui se structure sur notre capacité à survivre à Notre propre histoire : c’est notre SYSTÈME INTERPRÉTATIF.
    Le Judaisme grâce à la Torah détient le Code d’accès à ce Système et permet de modifier notre propre existence.
    Or ce Système interpretatif est tombé malade et nous subissons notre Ego, nos Humeurs,notre agressivité etc..sans qu’il y ait de gagnant et surtout sans avoir pu concevoir que nous pouvions tout reprogrammer.
    LaTorah ne doit pas s’accomplir comme une injonction mais comme une Evidence d’abord individuelle puis collective afin de ne pas rentrer en conflit avec notre Ego.
    Sauver une vie c’est sauver l’Humanité nous dit le Talmud alors je décide de sauver d’abord la mienne , l’Humanité en sécurité , je pourrais alors m’occuper de son bien être.
    « Ze sepher Toldot Adam » est il écrit dans BERECHIT .
    Comprendre que la Torah est faite pour nous et non pour Dieu
    Expliquer qu’en modifiant le Judaisme nous modifions le Code qui nous permet d’avoir accès à Soi et nous nous perdons individuellement d’abord puis collectivement.
    Mieux comprendre ce Code est la solution
    Étudier n’est pas répéter .Nous connaissons la valeur essentielle du Hidouch
    J’aime à dire qu’aussi loin que nous regarderons avec des télescopes aussi sophistiqués soient ils, nous ne regarderons que dans notre cerveau
    Le télescope nous fait découvrir des images intérieures, la Torah nous dit pourquoi?
    L’enfant est cette part immortelle qui est en nous et la mémoire est ce qui nous y rattache En apprenant à re Interpreter notre mémoire nous comprendrons que nous sommes les partis d’un TOUT.

    Le Jour du Souvenir est le moyen de se rappeler ce que nous avons d’immortel en nous et d’y donner du Sens
    Préservons ce Code ,c’est le seul Antidote que nous ayons,ne le modifions pa et ilnous permettra de réparer ce qui nous fait si souffrir tant sur le plan individuel que collectif
    cordialement

  2. Deux critiques :
    1. La plupart de vos lecteurs adhèrent au judaïsme que vous qualifiez de “gélatineux”, respectant plus ou moins Shabbat, mangeant plus ou moins cachère, ayant des ami(e)s goy(e)s … Ce n’est pas sympa d’ironiser à leur égard.
    2. La plupart des sites et livres que vous recommandez sont en hébreu ou en anglais. Le seul site francophone cité est “Torah-Box” qui représente un judaïsme orthodoxe sectaire et souvent superstitieux. Pourquoi ne pas citer aussi “Akadem” et “Judeopedia” ? parce qu’ils sont “gélatineux” ?
    Et une proposition (que je vous ai déjà faite) : financer une start-up qui traduirait en français les textes en anglais présentés sur le site “Sefaria”.
    Shana Tova !

  3. Cher Michel Louis,

    1. Je ne suis pas là pour être diplomate. Je suis là pour donner une définition. Et le but en filigrane, évidemment, est que les personnes dont vous parlez puissent évoluer et se rendre compte de l’erreur. Je parle à tous comme à mes frères. Ma famille a été gélatineuse a une époque, principalement par manque d’information.

    2. Torah-Box n’est en rien sectaire et les intervenants sont très diverses pour que vous trouviez chaussure à votre pied. C’est une équipe formidable (et l’un de mes s cours est d’ailleurs sur la page d’accueil du site aujourd’hui)

    De plus, je renvoyais vers des sites vendant des livres, pas des sites de Torah. Il existe un très grand nombre de sites de Torah assez excellents que je listerais bientôt dans un autre post. (Je ne citerais pas Akadem et vous avez compris tout seul la raison).

    Vivant en Israel, Je ne connais pas assez les librairies juives en ligne en France. Mais je vais faire le tour et mettre à jour l’article pour que vous ayez plus de choix. Merci de m’avoir averti.

    Excellente année remplie de bonnes résolutions et bonnes nouvelles!

  4. Bonjour cher Monsieur,

    Cela fait plaisir de voir des chefs d’entreprises d’une si grande envergure ne pas se laisser pieger par l’idee qu’apres tout ils se sont fait tout seuls, apres avoir suer sang et eau, et qu’il n’existe pas d’esprit divin(appelons le par l’un de ses noms Hashem) ni de notion de destinee relevant d’une stupide superstition, que tout a forcement une “explication rationnelle” n’entrant pas dans le champ ni le lexique religieux…Ma famille a eu aussi une phase bien plus que “gelatineuse” en particulier du cote de mon pere, qui etait de ces athees conformistes se voulant dans l’ere du temps “moderniste”, “universaliste”, se basant sur des valeurs plus empruntees d’autres qu’authentiques et bien a soi, mais il est des epreuves qui provoquent un innexplicable declic, un decillement d’oeilleres effarant!!…

    Les athees se leurent de leur incroyance, lorsque l’esprit humain est fondamentalement structure pour cette attitude mentale, en temoigne ces djihadistes europeens pure sang jurant-crachant leur atheisme et convertis au salafisme en quelques minutes, ou ces sympathiques benets rejetant le monotheisme pure pour le bouddhisme, cette idolatrie egalement monotheiste puisque basee sur la croyance en une divinite…Mais la bien souvent s’est plus pour une certaine idee de meditation et d’exercice de relaxation plus que pour reellement comprendre l’essence des ethnies ayant cree cette religion…L’attraction pour le spirituel remonte aux origines de l’Humanite et est encree jusque dans les rares tribus les plus primitives et coupees de toutes societes “civilisees”, le nier s’est perorer dans le neant et l’inconsistence la plus criarde…

    J’ai laisse des reponses-commentaires a des intervenants de votre present article repris sur Tribune Juive, et j’apprecierais bien d’avoir des echanges avec vous sur l’E-mail que vous avez indique, pour peu que vous en ayez le temps et que vous y soyez dispose…

    Chana tova et hatima tova au sortir de Kippour, sante, prosperite, et chalom pour tout le klal Israel…

Leave a Reply