Le sénateur Masson qui veut légiférer internet ne connait ni Twitter, ni l’iPad, ni Deezer

Je crois que cette vidéo se passe de commentaire

Related Post

14 Comments

  1. Cela fait peur. Très peur. Quand on pense que c’est ces gens là qui sont censés préparer notre pays aux défis de demain et qu’ils ne savent même pas utiliser les technologies d’hier…

    Pauvres de nous…

  2. Qu’il ne connaisse pourrait encore passer, je dis bien pourrait car c’est choquant, mais qu’il fasse profil bas.
    Nous sommes diriger par de nombreux incompétents, et cet vidéo en est le parfait exemple.
    Comment faire une loi (vision du futur), si on a déjà 15 ans de retards…. ?

  3. pour une fois je suis d’accord avec le politicien

    il s’explique peut etre mal mais il a tout a fait raison sur le fond: pas besoin de connaître twitter, deezer et l’ipad pour légiférer sur le sujet.

    un peu comme s’il fallait connaître les options de la dernière Renault pour avoir légitimité de définir les limites de vitesse routières

    encore heureux que ce soit le suffrage universel qui donne la légitimité et non le nombre d’amis sur Facebook 🙂

  4. @Daniel : Légiférer sans connaitre un sujet ni vouloir en entendre parler est une hérésie.
    Que va donner la loi ensuite ?
    Tout internaute bloggueur, twitterer, facebooker doit envoyer par Fax ses coordonnées avec le nom de son blog, site twitter ou site facebook a un organisme de collecte d’identité qui disposera de grandes chambres fortes pour stocker tous les Fax par ordre alphabetique dans de grands classeurs. En cas de conflit, une secrétaire ira chercher le fax correspondant et contactera par telephone le commissaire du quartier pour demander un interrogatoire en tete à tete. Le commissaire tapera un rapport sur sa machine à écrire avec 2 doigts maximum afin d’éviter les erreurs de frappe. Du TipEx pourra etre utilisé qu’en cas d’erreur grave.

  5. J ecoute les grandes gueules tous les jours (l emission de la video) et faut dire que les reponses de mr masson m ont scotché a mon siege.

    A mon avis il veut juste se faire un coup de pub comme les députés inconnus aiment le faire de temps en temps

  6. Dans le fond, il a raison : il n’est pas là pour légiférer sur la technique.

    Sauf que quand on parle de ce qui peut poser problème avec Twitter, Deezer ou l’iPad (?), on parle des usages et non de la technique (usages que le sénateur Masson ne connaît pas) et par conséquent, c’est comme si je demandais à votre coiffeur de me sortir des normes pour la plomberie des appartements.

    Il connaît rien, il ne sert même pas d’Internet, il veut légiférer dessus. Comme tu dis Jérémie, ça pose un sérieux problème de crédibilité.

  7. Pingback: AG de la Fevad | BLOG E-COMMERCE de François Ziserman, Consultant e-commerce

  8. En plus lorsque le mec lui demande si il connaît telle ou telle technologie, il répond “non je cherche pas à le savoir”, “non ca m’intéresse pas” … C’est grave d’être aussi borné et de ne même pas avoir la curiosité de voir ce que c’est, de voir comment ça fonctionne avant de vouloir faire une loi dessus.

    N’importe quoi.

  9. C’est scandaleux de voir que ce Sénateur ne soit pas un minimum curieux des usages actuels des nouveaux medias.

    @Daniel ok il n’est pas censé connaitre la technologie mais est ce que à ton avis si on lui avait posé la question le micro-blogging vous connaissez ?

    Quand je vois la différence entre les hommes politiques américains et leurs campagnes web2.0 et nos sénateurs français je trouve que l’on a du soucis à se faire.

  10. Pour faire une analogie avec l’automobile, on a là un politicien qui n’a pas le permis de conduire, ne met jamais les fesses dans une voiture et pense qu’on devrait revenir à la roue carré pour limiter la vitesse…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.