LIVE FROM ISRAEL: POSITION OF THE JEWISH ORTHODOX COMMUNITY WITH REGARD TO CONTAINMENT

This article is translated from my french post.
Thanks to Jean Guetta for his help.

In recent days, many pictures are circulating showing weddings or funerals organized in Israel greatly exceeding the number of people authorized by the containment rules.

It turns out that the Orthodox city where I live, Bnei Brak, has been the city most affected by the virus in the past few days.

Many believe that the Orthodox Jewish leadership and its Rabbis are not calling to abide by the rules, leading to the current problems. So I wanted via this post to clarify what is really happening.

Already, to fully understand the subject, you must know that the Orthodox world is not a single entity.
It is divided into very many factions. Even if they are almost all united, there are some factions which do not respect the rules issued by the mainstream religious leaders and follow some so-called isolated leaders.These are those who demonstrate, for example, to oppose military service, while the mainstream religious leaders have prohibited such demonstrations.
(Note that however, they sometimes advise to demonstrate against the desecration of Shabbat depending on the circumstances)

These are those who participated by the hundreds in the funeral on Saturday evening March 28… not respecting the rules.
You should know that from day one of the implementation of Binyamin Netanyahu’s first decisions and in particular of quarantining people arriving from abroad for 15 days, the Rabbis responded unanimously that if one knew one or several people who did not respect these rules, they had to be reported to the police immediately. I personally threatened many of my friends as a result of this decision.In the same way when the prayers services were limited to 10 people, these same Rabbis replied that it was forbidden to organize larger services and that the 2 meters distance between people had to be respected.

To simplify, according to religious leaders, one has to obey to ALL the Ministry of Health’s rules.

During the first summon to close the schools, the Orthodox schools for girls closed, but those for boys continued for a few days, respecting the 2 meters distances between the pupils, and prohibiting more than 10 pupils per class. All this was allowed by law because these schools are not part of the classical Israeli educational system. Following orders from Rav Haim Kaniewski, leader of the Orthodox world, the boys schools wanted to continue the study of the Torah, since, according to our tradition, this study of crucial importance ; but obviously they didn’t intend to take the slightest risk.
The same for the Yeshivots: student respected the 2 meters distance and studied often outdoors as you can see in the photo below taken at the Yeshiva of Hevron 10 days ago. (The Yeshiva has been closed since). 

Yeshiva Hevron Espace Coronavirus

After a few days, we all realized that keeping the distances was complicated and that there were always some careless students passing between the ranks. It happens everywhere, there will always be slobs who want to show off, and then cry upon the disaster.

For more than 10 days, the schools have been closed, the Yeshivots too. There are programs through the phone via voice servers that allow students to study, but apart from that, we stay at home.

As for the Synagogues, they remained open with a maximum of 10 people respecting the 2 meters rule as required by law. But we quickly realized this was very difficult to implement, almost impossible. The law then asked to pray only with a maximum of 10 people outdoors and today, Sunday March 29, Rav Kaniewski asked to pray at home. (He took the opportunity to reiterate that we must report those who do not respect all the rules to the police)The fact that part of the public is disconnected, does not have a smartphone or internet access prevents him from following the directives in real time and realizing the seriousness of the problem. In addition, we are in the pre-Passover holiday season and it is clear that this is the busiest time of year for shopping. So people feel compelled to go out and say that they “have no choice” … which is unfortunately often true.

Others believe that it is “good” not to go out but that it is not compulsory … The proof is that the police doesn’t say anything when they see them outside.
Personally, I think the government must be much tougher now by using the military to warn and punish the population.
Communication also needs to be much stronger with street announcements. Some private associations have broadcast messages, but this is clearly not enough.

Finally, it should be remembered that Bnei Brak is the city with the highest population density in the country, with a very strong sense of brotherhood between its inhabitants and a majority of large families (a few years ago, we were talking about 8 children per couple on average). Many people invite each other, parties are organized all the time (Bar Mitzva, Weddings, Torah classes etc …). The houses are often too small for the children, who play in the stairwells or the courtyards.
All these elements allow you to live a wonderful life in normal times but unfortunately pose great risks of contagion during an epidemic.

Many anti-religious people now find the pretext of the virus to still spit venom on the religious population as they do on every occasion to justify their own secular Jewish life filled with paradoxes and nonsense. My message is therefore there to clarify things. The Orthodox population fears the Virus when it is informed and fears it like everyone else but the parameters cannot be compared to those of Tel Aviv or any other city.

I obviously know that this will not silence the propagandists but I just hope it will set the record straight.

In the meantime, let’s be careful, let’s follow all the instructions to the letter, let us be even more rigorous than what we are asked and let us not forget to pray to Heaven to heal all our sick, and to stop this nightmare.

En direct d’Israel: Position de la communaute juive orthodoxe vis a vis du confinement

De nombreuses images circulent ces derniers jours de mariages ou de funérailles organisés en Israel dépassant largement le nombre de personnes autorisées par les règles de confinement.

Il s’avère que la ville orthodoxe où je vis, Bnei Brak, est la ville la plus touchée par le virus au cours des derniers jours.

Beaucoup pensent que le leadership juif orthodoxe et ses Rabbanim n’appellent pas à respecter les règles, d’où les problèmes actuels. J’ai donc voulu via ce post préciser ce qu’il se passe réellement.

Déjà, pour bien comprendre le sujet, il faut savoir que le monde orthodoxe n’est pas un seul bloc.
Celui-ci est divisé en de très nombreuses factions. Même si celles-ci sont pour la quasi totalité unie, il existe quelques factions qui ne respectent absolument pas les règles émises par les leaders religieux et suivent quelques soi disant leaders isolés.
Ce sont ceux qui manifestent par exemple sur le sujet du service militaire alors que les Grands de la Génération ont interdit formellement de manifester à ce sujet. 
(Notez que les manifestations contre la profanation du Shabbat sont toutefois parfois conseillées en fonction des circonstances)

Ce sont les mêmes qui ont participé par centaines aux funérailles samedi soir 28 mars…en ne respectant pas les règles.

Il faut savoir que dès le premier jour  de la mise en place des premières décisions par Binyamin Netanyahu et notamment le fait de mettre en quarantaine les personnes arrivant de l’étranger pendant 15 jours, les Rabbanim répondaient unanimement que si l’on connaissait une ou plusieurs personnes qui ne respectaient pas ces règles, qu’il fallait les dénoncer à la police immédiatement. J’ai, à titre personnel, menacé plusieurs de mes amis de cela suite à cette décision.
De la même manière quand les prières ont été limités à 10 personnes, ces mêmes Rabbanim répondaient qu’il était interdit d’organiser de plus grands offices et que les 2 mètres de distance entre personnes devaient être respectés.

Pour simplifier, il faut selon les leaders religieux, écouter à 100% les règles du Ministère de la Santé.

Lors du premier appel de fermeture des écoles, les écoles orthodoxes pour filles ont fermées mais celles pour garçons ont continué quelques jours en espaçant les élèves de 2m et en interdisant plus de 10 personnes par classe. Tout cela était permis par la loi car ces écoles ne font pas partie du circuit éducatif israélien classique. Celles ci ont, sous les ordres de Rav Haim Kaniewski, leader du monde orthodoxe, voulu continuer l’étude de la Torah qui, selon notre tradition, est d’une importance cruciale mais évidemment sans prendre le moindre risque.

Pareil pour les Yeshivots, les personnes étudiaient à 2m de distance et souvent en extérieur comme vous pouvez le voir dans la photo ci dessous prise à la Yeshiva de Hevron il y a 10 jours. (La Yeshiva a fermé depuis)

Yeshiva Hevron Espace Coronavirus
Après quelques jours, nous nous sommes tous rendus compte que garder les distances était compliqué et qu’il y avait toujours quelques “rigolos” qui s’amusaient à passer entre les rangs. Cela arrive partout, il y aura toujours des ploucs qui veulent faire les beaux et qui pleurent ensuite de la catastrophe.

Depuis plus de 10 jours, les écoles sont fermées, les Yeshivots aussi. Il y a des programmes au téléphone via des serveurs vocaux qui permettent aux élèves d’étudier mais, à part ça , nous vivons à la maison.

En ce qui concerne les Synagogues, elles sont restées ouvertes avec 10 personnes maximum comme le veut la loi.
Pareil, avec le temps, on s’est vite rendu compte de la difficulté. Cela est quasiment impossible. La loi a ensuite demandé de prier à 10 seulement en plein air et aujourd’hui, Rav Kaniewski a demandé ce dimanche 29 mars de ne pas DU TOUT prier à plusieurs et de rester chez soi. (Il en a profité pour répéter qu’il faut dénoncer ceux qui ne respectent pas toutes les règles à la police)

Le fait qu’une partie du public soit déconnecté, n’ait pas de smartphone ou d’accès internet l’empêche de suivre les directives en temps réel et de se rendre compte de la gravité du problème. De plus, nous sommes en période d’avant les fêtes de Pessah et il est clair que c’est la période de l’année la plus active pour faire ses courses. Les gens se sentent donc obligés de sortir en se disant qu’ils “n’ont pas le choix”…ce qui est malheureusement souvent vrai.

D’autres pensent qu’il est “bon” de ne pas sortir mais que ce n’est pas obligatoire…la preuve, la police ne dit rien alors qu’elle les voit dehors.
A titre personnel, je pense que le gouvernement doit être beaucoup plus sévère dès maintenant en utilisant l’armée pour mettre en garde et sanctionner la population.
Il faut aussi que la communication soit beaucoup plus forte avec des annonces dans les rues. Certaines associations privées ont diffusées des messages mais ce n’est clairement pas suffisant.

Il faut, pour finir, rappeler que Bnei Brak est la ville à la plus forte densité de population du pays avec une très forte fraternité entre ses habitants et une majorité de famille nombreuse (il y a quelques années, on parlait de 8 enfants par couple en moyenne). Beaucoup de gens s’invitent les uns les autres, des fêtes sont organisées tout le temps (Bar Mitzva, Mariages, cours de Torah etc…). Les maisons sont souvent petites pour les enfants, qui jouent dans les cages d’escaliers ou en bas de chez eux….
Tous ces éléments permettent de vivre une vie merveilleuse en temps normal mais posent malheureusement de grands risques de contagions en période d’épidémie.

Beaucoup de personnes antireligieuses trouvent désormais le prétexte du virus pour cracher encore le venin sur la population religieuse comme elles le font à chaque occasion pour justifier leur propre vie juive laïque remplie de paradoxes et non sens. Mon message est donc là pour mettre les choses au clair. La population orthodoxe redoute le Virus quand elle est informée et le craint comme tout le monde mais les paramètres ne peuvent pas être comparées à ceux de Tel Aviv ou de toute autre ville.

Je sais évidemment que cela ne fera pas taire les propagandistes mais j’espère juste qu’il permettra de mettre les pendules à l’heure.

En attendant, faisons attention, suivons toutes les instructions à la lettre, soyons encore plus rigoureux que ce qu’on nous demande et n’oublions pas de prier le Ciel de guérir tous nos malades et d’arrêter ce cauchemar.

Pourquoi je soutiens Shass ?

Il n’est pas à mon habitude d’écrire pour soutenir le moindre parti ou homme politique mais étant donné que beaucoup me posent la question de savoir pour qui voter lors des prochaines élections législatives israéliennes, j’ai décidé d’annoncer publiquement mon soutien au parti Shass.          

Avant de démarrer, je dois confirmer la rumeur qui affirme que Shass m’aurait proposé il y a quelques semaines, une présence significative dans le peloton de tête de la liste électorale de Shass afin de pouvoir jouer un rôle important à la Knesset. Le but était de représenter principalement la communauté francophone. Cette position m’a été proposée par Rav Aryé Derhy qui a insisté vivement à ce que j’accepte. Après 48h de discussions avec ma femme, mes Rabbanim et plusieurs hommes politiques israéliens, j’ai décidé de ne pas accepter cette offre pour des raisons personnelles. Ce poste demanderait trop de sacrifices et je considère que je ne peux pas sacrifier ma famille même pour des raisons aussi nobles. Je continuerai à conseiller Rav Aryé Derhy au cours des prochaines années comme j’ai déjà commencé à le faire (évidemment bénévolement).

Beaucoup d’entre nous, français, avons fait un sacrifice énorme, en nous installant en Israël. Nous arrivons en découvrant un système éducatif bien moins bon qu’en France, des écoles qui s’arrêtent à 13h, un système de santé impersonnel, des relations professionnelles plus difficiles et une assistance de l’état quasi inexistante. Mais nous savons quand même tous, que c’est ici que nous devons construire notre vie. Beaucoup d’Olim pensent que l’Alya est une ligne d’arrivée alors qu’elle est une ligne de départ. C’est ici qu’il faut tout reconstruire, tout recréer afin de créer le pays parfait qui pourra illuminer le monde.

Nous avons besoin, pour cela, d’avoir un véritable partenaire au sein du gouvernement pouvant répondre à nos attentes. Un partenaire qui considère l’Alya de France non pas comme une Alya de plus mais comme l’Alya par excellence. Une Alya de personnes ayant de véritables valeurs juives, un vrai respect de ses institutions religieuses et de ses rabbanims, plaçant la famille et enfants au cœur de tout, une Alya de personnes motivées et qui sont prêt à tout pour réussir.

Le parti Shass que je soutiens depuis mon arrivée en Israël est le seul ayant réellement considéré les français au cours des dernières années. Je l’ai vu et je continue à le voir en ce moment même où les élections se préparent. Des écoles sont en cours d’ouverture dans plusieurs villes d’Israel, plusieurs conseillers municipaux francophones ont été placés par Shass dans plusieurs mairies du pays – Jerusalem (Shmouel Marciano), Ashdod (Rav David Touitou), Kyriat Sefer (Rav Yaakov Marciano), Kyriat Ye’arim/Telz-Stone (Yossi Taieb), Raanana (Laurent Ayache) et font un travail exemplaire au service de la communauté francophone. Beaucoup d’autres projets sont en cours mais il serait trop tôt pour en parler.

Le projet d’obtenir le ministère de l’intégration et d’y placer un responsable francophone est aussi indispensable car cela va, enfin, permettre à l’État de proposer des aides toutes particulières à la population francophone, ce qui n’a jamais été fait jusqu’alors.

Beaucoup d’entre vous souhaitent soutenir Binyamin Netanyahu au poste de Premier Ministre et c’est aussi mon cas. En votant Shass lors des élections, nous soutenons directement Binyamin Netanyahu et nous recevons en prime une aide directe et efficace pour la communauté Juive de France. Voter est très important. Ne passez pas à côté de cette occasion d’aider directement la communauté au moment où elle en a le plus besoin.

A vos urnes ce 9 Avril         

Jeremie Berrebi

Judaisme: Apprecier et etre apprecie

רַבִּי אוֹמֵר, אֵיזוֹהִי דֶרֶךְ יְשָׁרָה שֶׁיָּבֹר לוֹ הָאָדָם, כֹּל שֶׁהִיא תִפְאֶרֶת לְעוֹשֶׂיהָ וְתִפְאֶרֶת לוֹ מִן הָאָדָם

Rabbi, au début de la première Mishna du 2eme chapitre des Maximes des Pères (Pirké Avot) nous apprend

que la bonne voie qu’un homme doit choisir est celle où il apprécie ce qu’il fait et où il est apprécié par les Hommes.

Malgré les apparences, il est clair que, que dans le Judaïsme, nous devons vivre en permanence en harmonie avec le monde. La Torah est une Torah de vie qui a été donné pour être vécue sur terre.

Pas de compromis dans l’application des Mitzvots

Cette Mishna ne dit pas évidemment qu’il faut suivre les lois de Dieu uniquement lorsque son entourage nous apprécie ou qu’il faudrait faire des compromis. Ce serait une erreur de lecture grave. Aucun enseignement de la Torah nous autoriserait à enfreindre la moindre de ses lois à cause du regard des autres (sauf dans des cas de vie ou de mort[1]) . La suite de cette Mishna nous demande d’ailleurs, de prendre soin de manière égale des Mitzvots (commandements) simples comme des plus difficiles sans aucune différence.

Savoir apprécier soi-même les lois de la Torah

Ce que nous demande d’abord la Mishna, est de savoir apprécier soi-même la vie que nous vivons en général et notre manière de vivre nos Mitzvots. Nous devons d’abord atteindre l’objectif d’apprécier notre vécu et pratique de chacune de ces lois. Nous devons les vivre avec fierté, avec bonheur.

A ce moment-là, il sera possible de resplendir sur les Hommes

C’est uniquement quand on aura réussi à apprécier sa vie et le goût des lois d’Hashem/de Dieu que l’on pourra ensuite resplendir sur notre Entourage. Il est évidemment impossible d’être apprécié si l’on ne les apprécie pas soi-même.

Ce que nous demande la deuxième partie de cet enseignement est d’avoir comme objectif de vivre ses Mitzvots de telle manière qu’elle soit appréciée et reconnue comme bonnes par notre entourage.

Il faut se donner en permanence cet objectif et ce, pour plusieurs raisons :

  1. Vivre ses Mitzvots de manière lumineuse entrainera les autres à suivre cette voie
  2. Fera un véritable Kiddush Hashem (sanctification du Nom Divin) puisque les Hommes apprécieront la Sagesse de l’enseignement de la Torah d’Hashem.
  3. Nous permettra de vivre en harmonie avec ce monde.

Toute personne progressant dans la pratique du Judaïsme devra très souvent faire face à un entourage récalcitrant. Il est de notre devoir d’avoir comme objectif permanent d’embellir notre vie et notre pratique et de se sentir profondément bien afin que nous puissions ensuite être admiré et reconnu par tous.

De plus, le Sforno applique particulièrement cet enseignement au choix de son métier/sa parnassa.  L’Homme devra choisir un métier qu’il saura apprécier et qui lui permettra d’être apprécié des Hommes (de ses clients, partenaires, collaborateurs).  C’est uniquement de cette manière qu’il réussira.

Dans tous les cas, il ne faudra pas oublier que l’objectif principal de l’accomplissement de nos actions devra être fait לשם שמיים Leshem Shamaim – Au nom du Ciel et qu’il ne faudra pas que cet enseignement nous donne comme objectif prétentieux de vivre notre vie uniquement en fonction du regard des autres et afin de se rehausser au regard des autres.

 Sur la base de  פרקי אבות פרק ב משנה א

et lecture de רשי. puis ספורנו puis תפארת ישראל

 

[1] Il n’est pas toujours permis d’enfreindre des lois même en cas de danger physique. Il est en effet interdit d’enfreindre les lois d’Idolâtrie, de meurtre ou avoir des relations interdites même si nous sommes en danger de mort. D’autres cas existent où il sera demandé de se laisser mourir plutôt que d’enfreindre des lois de la Torah. Ce sujet, comme tout sujet, est à étudier en détail.

Le veritable ennemi des Juifs

Depuis quelques mois, j’hésite à vouloir publier cet essai intitulé “Le Véritable Ennemi des Juifs”. Notez qu’il est principalement destiné aux membres de la communauté juive.

De par sa longueur, je préfère le diffuser via PDF que vous pourrez diffuser sur tout support (email, réseaux sociaux, papiers ou autre) sans modification en faisant un lien vers ce post.

Je le mettrais à jour de temps en temps. La derniere version sera toujours disponible ici

Pour le télécharger, cliquez ici

Le Judaisme doit-il evoluer avec le temps?

29 Elul 5777, Veille de Rosh Hashana 5778

Faut-il faire évoluer le Judaïsme ? Pourquoi ne pas en changer les termes et concepts alors que le monde change ?

En tant que Juif, publiquement et fièrement fidèle au Judaïsme, j’ai la chance formidable de pouvoir échanger régulièrement sur ce sujet avec des hommes et des femmes de nombreux pays, et d’origines différentes.

L’autre chance est qu’en tant qu’actionnaire, directement ou indirectement, de centaines de startups, il est impossible de me considérer comme un homme peu moderne, ou ne vivant pas avec son temps.

Ceci étant posé, revenons à nos questions : le Judaïsme doit il évoluer avec le temps ?

Ma réponse est clairement non, mais oui. Non, ce n’est pas le Judaïsme qui doit évoluer, mais oui, c’est le Juif lui-même. C’est au Juif, au cours de sa vie, d’évoluer dans sa compréhension et sa pratique du Judaïsme.

Beaucoup d’entre nous choisissent la facilité : ils naissent peu pratiquants, peu au fait de la magnifique Torah écrite et orale qui nous a été transmise, et cherchent toute leur vie à redéfinir le Judaïsme pour qu’il s’adapte le plus possible à leur mode de vie.

Certains affirment par exemple : « Je ne mange pas Casher, je ne respecte pas Shabbat, je suis marié avec une non juive. Le Judaïsme doit s’adapter pour me permettre de vivre ainsi.

De toutes façons, je reste profondément « sioniste  (sic !) et je lutte contre l’antisémitisme du matin au soir. »

Vous l’aurez compris, ce Judaïsme – que je qualifie de “gélatineux” et qui prend une forme différente en fonction du mode de vie de chacun, est un leurre. Il ne retient, au final, rien ou si peu de ce que nous enseigne le Judaïsme ancestral.

Vous remarquerez d’ailleurs que ces hommes ou « intellectuels juifs » luttant le plus contre l’antisémitisme, l’antisionisme ou qui commémorent la Shoah tous les 3 jours au lieu d’en tirer des enseignements, sont en général les moins pratiquants d’entre nous. Je ne les juge pas, je constate.

Ces Juifs ont fait de cette « lutte contre », une vie en soi. Tout cela, sans se concentrer sur la compréhension de ce qui nous a été transmis. Ces luttes sont les véritables leurres qui les empêchent en tant que Juifs de découvrir leur propre mission.

Car oui, le Judaïsme est une mission, et mieux, une trans-mission.

La transmission, entre autres, d’un enseignement unique directement donné par Dieu au peuple d’Israël puis digéré, affiné et apprécié par l’ensemble des sages des différentes générations, sans jamais remettre en cause le moindre texte biblique ou enseignement des Sages de la Mishna, même s’il n’est pas compris au premier abord.

D’ailleurs, nous avons l’obligation d’être fidèle à ces lois, même si nous ne les comprenons pas encore (Naasé VeNichma – Nous ferons et nous comprendrons – est ce que le peuple Juif a répondu quand la Torah lui a été proposée).

Ayons confiance en Dieu et ses lois, et respectons l’obligation de les étudier « jour et nuit » et de les comprendre en profondeur pendant toute notre vie.

Dieu, Créateur de l’Univers et qui en connaît donc les moindres recoins et fonctionnement nous a donné un enseignement parfait pour nous permettre d’y vivre de la meilleure manière qui soit et d’y accomplir notre mission. Cet enseignement intègre des lois concernant absolument tous les sujets.

Ces lois sont divisées en deux parties:

Les lois Bein Adam LaMakom, ce sont les lois qui permettent d’entretenir le plus profondément possible notre relation avec Dieu (Shabbat, Tefilines, Casherout, Fêtes, service du Temple etc..) et les lois Bein Adam LaHavero (entre l’homme et son prochain) qui permettent une vie parfaite et non égoïste en société, le vivre-ensemble dirait-on aujourd’hui.

Ces dernières traitent entre autres, du monde des affaires dans sa globalité, et incluent des lois régissant les droits des employés et des employeurs, des marchands et des clients, des riches et des pauvres, des relations entre hommes et femmes, des hommes et des animaux (j’ai, par exemple, dans ma bibliothèque un livre qui traite en plus de 600 pages des lois juives contre la souffrance et l’exploitation des animaux).

Humilité et cohérence

Comme évoqué précédemment, pour étudier le Judaïsme, comprendre le message de Dieu, et comprendre pourquoi il ne doit pas être modifié, il faut d’abord apprendre à être modeste. Fini les “Je pense que” ou les “il faudrait que” ! Pour étudier, il faut se soumettre à la sagesse de la Torah écrite et de la Torah Orale. Dieu et Les Sages doivent devenir nos maîtres et non pas l’inverse. Nous ne sommes pas là pour dompter les textes et leur faire dire ce que nous voulons qu’ils disent et ainsi justifier une quelconque opinion ou mode de vie.

L’ensemble de nos lois représente une cohérence parfaite et chacune d’elles s’imbrique harmonieusement avec les autres. Des milliers de commentateurs, des millions d’étudiants au cours des générations précédentes sont passés et repassés sur chacun de nos textes afin d’en comprendre certains points que beaucoup auraient considérés trop rapidement comme des incohérences.

Quel plaisir d’apprendre et de lire les commentaires de Rashi, des Tossafistes ou des nombreux commentateurs du Talmud qui arrivent, par leur grande sagesse et leur persévérance, en quelques lignes à réduire à néant toute contradiction.

Quelle beauté de comprendre vers où Dieu veut nous mener, vers quelles différentes fabuleuses missions… qui n’ont pas changé depuis le don de la Torah…

Et quelle tristesse pour moi de voir autant de Juifs, enfants, adultes, femmes et hommes, passer à côté de tout cela.

Etudier. Etudier encore. Etudier toujours !

Alors que durant ma jeunesse, en tant que geek, j’appréciais la nouveauté, les évolutions de la vie, j’ai pu, au fil du temps découvrir à quel point la véritable beauté du monde ne se trouve pas dans l’actualité, le dernier iPhone, ou la dernière invention, mais véritablement dans les enseignements de la Torah.

Quand vous commencez à étudier, vous pensez qu’en quelques années vous ferez le tour de tous les sujets, et que vous les maîtriserez. Mais plus vous avancez, plus vous découvrez à quel point ces univers sont infinis.

Des dizaines de milliers de livres ont été publiés sur ces sujets, tous reposant sur la même Torah écrite et orale. Si vous visitez HebrewBooks.org, vous verrez le nombre de livres disponibles qui ne sont qu’une partie de ceux existants (52000 à l’heure où je vous écris).
J’ai, installé sur mon ordinateur, plusieurs bases de données avec plus de 85000 livres scannés uniquement dédiés au Judaïsme et tous ses aspects (Otzar Hahochma, Responsa, ToratEmet (gratuit sous Windows) et elles existent aussi toutes en versions online).

Comme je l’ai expliqué, tous les « aspects » du Judaïsme dont je parle décrivent en fait, tous les aspects de la vie, absolument tous.

Après avoir étudié les lois de n’importe quel sujet, on ne se pose plus aucune question sur le fait de savoir s’il faut ou non en adapter les lois. Bien au contraire, plus nous entrons dans les détails, plus nous découvrons la cohérence de l’ensemble.

Pas de Judaïsme transformé !

Il y a quelques dizaines d’années, le Judaïsme réformé a voulu transformer ces lois et ne plus les appliquer dans leur totalité.

Cette vision d’un Judaïsme gélatineux, dont je parlais plus haut, qui se fond dans le monde; ses adeptes et enseignants qui essayent de faire dire à la Torah ce qu’ils savent ou pensent déjà d’eux même ne transmet quasiment rien du message de Dieu, ou le transforme trop pour lui rester fidèle.

Cela reste joli et bien enrobé – tout comme peut l’être le christianisme qui est aussi un judaïsme réformé, mais qui a eu le courage de changer son nom tant il s’en est éloigné. Mais il est si loin des textes, si loin de notre transmission multimillénaire, si loin de la fidélité à une transmission solide et organisée.

Alors doit-on changer quelque chose au Judaïsme ?

Nous y avons déjà partiellement répondu. Non, mais oui !

Oui, c’est notre propre vision de ce Judaïsme que nous devons changer. Tout d’abord en commençant à étudier les textes avec des maîtres sincères et authentiques, qui n’ont jamais renoncé à la moindre loi, et parallèlement en étudiant seul et en lisant la très nombreuse littérature à disposition (consultez Torah-Box, Artscroll, ou Feldheim par exemple pour vous procurer ces livres).

Cette littérature est là pour nous faire évoluer, comprendre la Torah et notre rôle sur cette terre, nous améliorer, et améliorer notre vie de tous les jours.

Après avoir étudié le moindre texte, nous devons ressortir et nous sentir différent. Prendre en compte les nouveaux éléments que nous avons étudiés et les appliquer à notre vie.

Nous devons, lors de tous nos temps libres [1], y penser, les digérer, les macérer.

Synchronisé au présent

Pour finir, pour comprendre et apprécier comment le Judaïsme reste en permanence synchronisé avec le temps présent, il faut en mesurer toute l’amplitude.

Lorsqu’une nouvelle invention voit le jour, les Sages vont immédiatement la comparer à des cas similaires présents dans le Talmud. Je vous laisse apprécier par exemple l’analyse de Amazon Alexa et sa potentielle utilisation pendant Shabbat (il en ressort que c’est interdit) ou l’analyse du nouveau modèle de travail qu’est Uber pour découvrir les lois régissant l’entreprise et ses chauffeurs.

Il existe par exemple un livre en hébreu (BeDerech Atarim) qui traite de toutes les lois de l’Internet (lois du copyright, de la participation à des cérémonies à distance via Skype, lois du Shabbat et du ecommerce etc..) ou de très nombreux livres sur les lois liées au monde du Business (voir ici une liste d’une partie d’entre eux en anglais, français et hébreu).

Beaucoup d’encre a coulé sur le statut de l’électricité le Shabbat (pour tous, son maniement est interdit, mais les raisons de l’interdiction peuvent différer d’un décisionnaire à un autre) etc…

En cette nouvelle année 5778, et si nous prenions tous la résolution de découvrir la beauté de ce Judaïsme ancestral si moderne, si fabuleux, si positif, et de décider d’en appliquer toutes ces lois sans baisser les bras, peu à peu, étape par étape, marche après marche, jour après jour pour réussir à le vivre pleinement, et sans aucune altération ?

Puisse Dieu vous donner la force pour persévérer et y parvenir !
Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 5778.

Chana Tova Umetukah!

Si vous cherchez à étudier régulièrement, je vous conseille l’excellent service Makom Torah lancé par Torah-Box qui permettra de trouver les cours les plus proches de chez vous. Si cela ne vous suffit pas, n’hésitez pas à me contacter sur Torah at Berrebi.org

[1] Il faut noter que l’apparition des smartphones a réduit drastiquement les moments de temps libres pendant lesquels nous pouvons avoir du temps pour faire ce travail intellectuel de tous les jours. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai abandonné toute utilisation de smartphone depuis plus d’un an.

 

Juste un sourire…

Comme certains d’entre vous le savent, je vis en Israel dans la merveilleuse ville de Bnei Brak, ville dont les habitants sont,dans leur quasi-totalité, respectueux des enseignements de la Torah et passent une très grande partie de leur temps à étudier les enseignements de la Bible et du Talmud.

Il m’est arrivé une expérience très agréable hier. Alors que j’étais dans la rue et que je parlais avec quelqu’un au téléphone, une voiture se gare devant moi. Il y avait dans cette voiture un père et son enfant. Le père descend rapidement de la voiture et vient me voir. Il me coupe en plein milieu de ma conversation et me dit sérieusement et avec un visage lumineux « Je veux juste un sourire ». J’ai compris, j’ai souri, il a fait un grand sourire, il est parti.

J’ai tout de suite compris ce qu’il avait fait et j’ai trouvé cela formidable. Alors que je suis connu pour sourire tout le temps, la conversation que j’avais au téléphone à ce moment-là, était interrompu par beaucoup de bruit du côté de mon interlocuteur. Cette conversation en hébreu, que je parle très bien mais qui n’est pas ma langue maternelle, était donc difficile à entendre et à déchiffrer.

J’ai dû à un moment faire une grimace pour me concentrer et c’est là que mon messager est arrivé. « Juste un sourire » … Il avait raison, nous devons sourire réellement à tout instant et ne pas oublier la beauté de notre vie et du monde qui nous entoure. Il ne faut jamais faire d’exceptions et ce messager envoyé du Ciel était là pour me le rappeler.

Certains auraient pu prendre mal ce message en se disant « De quoi il se mêle ? » mais dans une ville comme la nôtre, nous savons que ce genre de messages n’existe que pour améliorer la société dans son ensemble sans le moindre égoisme ni arrogance.

C’est en prenant au mieux les reproches que l’on arrivera à améliorer notre vie en permanence.

A vous de sourire…

Websites & Books about Business & Judaism I recommend

When I’m not playing video games, I’m reading and learning plenty of books (including the Talmud) concerning the Business Jewish Laws. Many people think that Judaism only includes laws about Shabbat, Chanukah, Yom Kippur, Tefillin and other religious stuff but they just don’t know that there are hundreds of laws on how to manage your business and relationship with other people.
I’ll write more about that subjects in the future but please find below awesome sources of information and books in english and french I recommend:
This list will be updated regularly (last update on February 21st, 2017). Feel free to recommend other ressources in the comments

Websites
Business Halacha at Tora.org (here and here)
Workplace Halacha 

(from the Author of the awesome book Making it Work – see below)


Books:
In English: (french books below)
About Tzedaka/Charity & Maasser
In French/En Français:

Le Shabbat, les 25 heures indispensables a vivre chaque semaine

Pendant des milliers d’années, depuis le don de la Torah au Mont Sinaï, le Shabbat a représenté le plus important repère ponctuant la vie juive.

Alors que tous les autres peuples du monde travaillaient sans interruption 7 jours sur 7, les Juifs, eux, marquaient un temps pour se remémorer la création du monde et la sortie d’Egypte, et se consacrer exclusivement à leur vie spirituelle pour étudier la Torah, chanter, manger, et boire avec leurs familles.

C’est toujours le cas dans de très nombreuses familles improprement appelées “religieuses”, dont je fais partie, et qui savent encore profiter de ce moment exceptionnel.

Le Shabbat est un cadeau offert par D.ieu au peuple Juif, à tout le peuple juif – à tel point que selon la loi Juive, il est interdit pour un non-juif de respecter Shabbat à 100%. Les non-juifs en cours de conversion au Judaïsme apprennent que pour chaque Shabbat ils doivent effectuer une action symbolique afin de l’enfreindre, et suivre ainsi cette règle de ne pas respecter Shabbat totalement tant que leur conversion n’est pas terminée.

Au cours des siècles derniers, et avec la banalisation de l’assimilation du peuple Juif aux Nations du monde, il est devenu de plus en plus courant de voir des Juifs ignorer le Shabbat, souvent afin de se différencier le moins possible du monde non-juif.

Certains avaient des raisons “explicables”, comme de ne trouver absolument aucun emploi permettant de respecter le Shabbat ; ou de devoir l’enfreindre en temps de guerre.

En effet, aux Etats-Unis, par exemple, l’immigration massive de Juifs à la fin du 19eme siècle dans un pays qui ne comptait quasiment pas de centres d’études orthodoxes, ni de synagogues, ni d’entrepreneurs juifs religieux déjà présents pour recruter des juifs pratiquants, et des entreprises travaillant quasiment toutes le samedi a eu des effets catastrophiques.

Beaucoup de Juifs ont abandonné le Shabbat pour avoir un job, ou certains, qui continuaient à le respecter, ne le faisaient qu’avec tristesse…

Leurs enfants ont vite abandonné Shabbat, ou ont rejoint, ou créé, des mouvements réformés qui ont peu à peu vidé Shabbat (et, au passage, l’ensemble du Judaïsme) de son sens originel, considérant ce jour exquis comme faisant partie de “lois non adaptées aux vues et aux mœurs du monde moderne”.

Ces cas restent complètement inacceptables selon la Halacha/Loi Juive car il n’est permis d’enfreindre Shabbat qu’en cas de vie ou de mort – mais inutile de s’attarder sur cette époque que nous ne pouvons changer. Et évidemment, beaucoup ont continué à respecter Shabbat coûte que coûte.

Toutefois, désormais, notre ère, est totalement différente.

La très grande majorité des entreprises, où qu’elles se trouvent dans le monde, ne travaillent pas pendant Shabbat, les congés légaux pour un salarié lui permettent de prendre l’ensemble des fêtes juives, y compris les jours de Hol Hamoed – jours compris entre les premiers et derniers jours de Pessah et Soukkot où il est interdit de travailler, sauf en cas de force majeure pouvant entraîner une perte réelle, et non un manque à gagner. Il est aussi facile de négocier un départ du bureau plus tôt les vendredis d’hiver pour arriver à la maison à temps avant l’entrée de Shabbat.

Je ne dis pas que c’est toujours facile, mais il est possible dans la grande majorité des entreprises du monde de respecter Shabbat sans aucun réel obstacle, et si ce n’est pas le cas, il est du devoir de tout Juif de tout mettre en œuvre pour, soit aménager son emploi du temps, et ne pas avoir à travailler ces jours-là, soit changer d’entreprise.

Pour les étudiants d’universités convoqués à des examens pendant Shabbat ou les jours de fêtes, il est aussi possible de trouver des alternatives.

Ce sont des éventualités qui se traitent au cas par cas avec certains plus difficiles que d’autres mais les acteurs avec qui j’échange en permanence ressortent avec une fierté immense et tellement légitime quand ils ont réussi à surmonter l’épreuve de respecter Shabbat parfaitement sans faire d’exceptions.

Trop de juifs de notre époque se trouvent des excuses pour négliger Shabbat, ou se contentent d’un bon repas le vendredi soir avant de reprendre une vie “normale”, et de retourner à leur smartphone, leurs affaires, leur voiture, leurs courses …en pensant que le Shabbat est optionnel dans la vie juive, ou qu’à notre époque, ce serait un trop grand sacrifice de le respecter.

D’autres vont à la synagogue en voiture puis vont à la plage, vont voir un film, sortent boire un verre, en profitent pour passer des coups de fil à leur famille…

Comme s’ils voulaient affirmer à Dieu : “Merci pour Shabbat, mais ce n’est pas à toi ni à la loi juive de décider comment je dois le vivre”.

Alors qu’ils ne rencontrent absolument aucun obstacle, ceux-ci continuent à suivre les mauvaises habitudes de leurs parents, grands-parents, amis (qui ont évidemment une influence gigantesque dans la vie d’un homme) … et à se détourner de ce jour merveilleux qui ne peut être vécu réellement qu’en appliquant parfaitement ses règles dans leur intégralité et sans aucun compromis. Seuls ceux qui le vivent pleinement comprennent à quel point ils n’abandonneraient Shabbat pour rien au monde et à quel point « aller à la plage » ou « passer un coup de fil » ce jour-là est incompatible avec l’esprit de Shabbat.

D’autres ont l’habitude de dire « Mais j’ai une boutique ou un resto et le samedi est le meilleur jour de la semaine ! »

Combien d’histoires merveilleuses sont arrivées aux entrepreneurs autour de moi ayant décidé d’arrêter de travailler à Shabbat, à l’encontre de toute logique. On les prenait pour des fous mais au final, leurs affaires ont fructifié.

Beaucoup d’entre vous ont sans doute entendu parler de la chaîne Cafe Cafe qui fait un tabac en Israël depuis que son dirigeant a décidé de devenir Casher et de respecter Shabbat. Mais cette analyse est purement économique.

Vous pourriez répondre « je connais des gens qui ne respectent pas Shabbat et qui sont très riches » ou « je connais des gens qui respectent Shabbat et qui sont pauvres ».

De quelle fortune parle-t-on ? A quoi bon être riche si vous vous forcez à travailler le jour où votre famille est réunie et attend de passer un moment calme en votre compagnie ? A quoi bon être riche si vous n’avez pas la possibilité de vous arrêter de travailler le jour de votre choix et non pas celui imposé par votre chiffre d’affaires ? A quoi bon être riche en rejetant l’un des plus importants piliers du Judaïsme qu’est le Shabbat ?

Pour beaucoup, l’argument est faux et simplement le fruit d’une grande paresse pour éviter de trouver une alternative qui est, pourtant, à portée de main.

Ces “ riches” envieraient probablement les “pauvres” respectant le Shabbat s’ils voyaient leur table de Shabbat lumineuse et le sourire de leurs enfants chantant avec leurs parents…

Il faut être clair : il n’y a aujourd’hui, a priori absolument aucune raison de ne pas respecter Shabbat et même s’il subsiste dans certains cas des difficultés temporaires, les alternatives sont toujours possibles, et il est toujours obligatoire de les emprunter.

D’autres me disent souvent : « Moi, je respecte déjà les 10 commandements, ce n’est déjà pas si mal ! Je ne tue pas, je ne vole pas, je ne jalouse pas etc.., ». Je leur réponds qu’hormis le fait qu’un Juif est soumis à 613 commandements et non pas 10, ceux-ci oublient que le Shabbat fait bien partie des 10 commandements, le 4eme, et est indissociable des autres commandements. Le respect du Shabbat a même été donné avant l’interdiction de voler, celle de tuer etc.

Plus que jamais, aujourd’hui, Shabbat est porteur de sens et indispensable à notre génération

Je vais même aller plus loin pour répondre aux sceptiques qui pensent que Shabbat serait une invention non adaptée à notre génération : je pense réellement que Shabbat aurait pu être créé uniquement pour servir notre époque.

A l’ère où nous passons nos vies en permanence connectés, à être bombardés d’informations du matin au soir, à produire, agir, créer, à ne plus prendre de recul sur nos vies, ce sas de décompression qu’est le Shabbat est tout bonnement indispensable.

C’est le moment où nous nous retrouvons face à nous-mêmes, avec nos proches, parfois avec nos amis… le moment privilégié pendant lequel nous n’agissons pas sur le monde.

J’ai écrit des articles et donné des conférences au cours de ces derniers mois sur les bienfaits de la déconnexion, et les cas de burn-out. Le cas de personnes à travers le monde devant faire des Digital Detox pour ne pas finir en hôpital psychiatrique sont de plus en plus nombreux.

Shabbat est clairement la meilleure solution pour contribuer à résoudre les problèmes de notre société actuelle.

Beaucoup pensent qu’il est juste interdit de “travailler” à Shabbat (Laavod en hébreu), ce n’est pas exact…

A Shabbat, il est interdit d’effectuer des Melahotes (que l’on peut traduire par “actions” ou “travaux”). Ces Melahotes, au nombre de 39, sont toutes les actions qui nous font agir sur ce monde : cuire, trier, tisser, pétrir, labourer, transporter dans le domaine public, etc…

Shabbat est là pour nous permettre de réellement profiter de nos actes de la semaine, profiter des actes de notre vie en n’ayant plus la prétention de contrôler toute notre destinée, en nous arrêtant d’agir sur ce monde.

En effet, seul Dieu dirige nos vies. Et s’il est important de travailler pendant la semaine, il faut être conscient que les résultats de nos travaux sont déjà fixés à l’avance depuis Rosh Hashana et même, pour la plupart, avant notre naissance.

Seule la crainte du Ciel reste entre nos mains et cette crainte implique un respect plein et entier du Shabbat, source de toutes les bénédictions.

Shabbat n’est pas une série d’interdictions contraignantes comme certains peuvent injustement le ressentir, Shabbat est la consécration de notre travail de la semaine.

En ne faisant pas d’actions et en ne parlant pas affaires ce jour-là – ce qui est aussi un commandement du Shabbat, Shabbat est le dernier coup de marteau qui permet réellement de transformer notre semaine de labeur, de courses contre la montre, en source de satisfaction.

Shabbat est, de fait, le seul jour qui métamorphose le statut d’esclave de notre vie en celui d’Être réellement libre.

Shabbat ne commence d’ailleurs pas le vendredi soir. Il est possible de vivre et ressentir la sainteté de Shabbat pendant toute la semaine. Si à chaque fois que vous achetez de bons aliments, la plus belle vaisselle, de beaux vêtements, vous les consacrez à Shabbat …
Il est bon de dire avec sa bouche que ce sera le cas « Lihvod Shabbat Kodesh », vous passerez votre semaine à penser et à attendre Shabbat, jour pendant lequel vous profiterez pleinement et sereinement de tous ces bienfaits.

Vous penserez durant votre travail, pendant la semaine, à ce jour plein à venir vous permettant de profiter de tout ce que vous avez construit.

Puisse Hashem aider le peuple Juif à retrouver la beauté d’un Shabbat parfait…

Il est temps aujourd’hui de profiter de notre fabuleuse époque – que les juifs des précédents millénaires nous envieraient, pour vite nous remettre tous ensemble à le vivre pleinement en respectant à la lettre l’ensemble de ses commandements.

Je suis à la disposition de tout juif pour le conseiller, quel que soit son niveau de connaissance du Judaïsme, s’il éprouve des difficultés à respecter Shabbat, ou n’ayant jamais pensé à un jour le respecter afin de l’aider à trouver les conseils, solutions et encouragements nécessaires.

Vous pouvez me joindre à cette adresse : Shabbat at Berrebi.org (utilisez cette adresse uniquement pour traiter de ce sujet – remplacer at par @). Je suis aussi à votre disposition pour répondre à toutes vos questions concernant le Judaisme via l’adresse Judaisme at Berrebi.org

Shabbat Shalom à tous !

PS:

Lorsque je parle de Shabbat, j’inclus aussi le respect des jours de Yom Tov (jours de fêtes juives dont les règles sont quasi identiques, à quelques rares exceptions près.)

N’hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter pour être averti des nouvelles parutions ou des conférences que je donne.

Vous pouvez télécharger ma conférence Etre Juif dans un monde connecté qui traite des problemes de la connexion permanente ici.

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter et LinkedIn.

 

Mes 2 derniers billets sont sur Linkedin

J’ai eu l’immense privilège d’avoir été sélectionné parmi les rares LinkedIn Influencers début janvier.

J’ai depuis posté sur Linkedin 2 billets en français que je n’ai pas posté ici. Je vous laisse les découvrir

Enfin une méthode facile pour être productif et efficace toute la journée : le PTM

et

Penser par et pour soi-même à l’ère des réseaux sociaux
Vous pouvez me suivre sur Linkedin ici et sur Twitter ici

Merci à mon ami @Myriam pour son aide!

 

Sur les traces d’Abraham…

Flower HopeLes vagues de meurtres aveugles en masse « au nom de Dieu » que connait la planète sont, en plus d’être terribles pour tout le monde, peuvent paraître, à première vue, extrêmement déroutantes pour les personnes profondément croyantes.

Pour essayer de comprendre les hommes responsables de ces vagues de meurtres, il est indispensable, malgré la difficulté, d’imaginer la manière dont ils réfléchissent, la façon dont ils voient le monde.

La réflexion que nous devons mener en tant que croyant est d’essayer de comprendre la compatibilité entre notre relation à Dieu et celle que peuvent avoir ces hommes – si on peut encore les appeler ainsi.

Pour cela, rien ne vaut un retour aux sources et à la Torah/Bible pour analyser comment vivaient et pensaient les piliers fondateurs du monothéisme.

Aux sources d’Abraham

Parlons donc d’Abraham qui selon la tradition est le père de toutes les religions monothéistes.

Peu d’actes d’Abraham sont décrits dans la Torah mais évoquons les principaux.

# Alors qu’Abraham a 99 ans et souffre à cause de la circoncision qu’il vient d’accomplir, Dieu lui rend « visite ». Evidemment, on ne parle pas d’une visite physique, mais plutôt d’une sensation intense de présence du divin.
Pendant cette visite, Abraham voit 3 bédouins inconnus passer dans le désert. Il court les accueillir et les invite chez lui. Abraham délaisse alors sa relation privilégiée avec Dieu à ce moment là, il oublie sa souffrance, invite de simples passants à sa table et leur prépare lui-même un festin.
Bonté infinie et impressionnante.
Cette Bonté (Hessed) est le qualificatif qui définit Abraham.

# Il s’avère en fait que ces 3 bédouins sont des anges ayant emprunté forme humaine avec chacun une mission.
Le premier, Raphael – de la racine Refoua, guérir – est là pour guérir Abraham et sauver son neveu Lot de la destruction de Sodome et Gomorrhe.
Le second, Michael est venu annoncer à Sarah, la femme d’Abraham, qu’ils auront enfin un enfant un an plus tard. C’est Isaac qui naîtra à ce moment là.
Le troisième, Gabriel, est en route pour détruire Sodome et Gomorrhe.
Ce qu’il annonce à Abraham.

Sodome et Gomorrhe étaient deux villes dont les habitants étaient immoraux, cruels et pervers.
Tout le contraire de ce qu’Abraham représente.

Abraham s’avança et dit: “Anéantirais-tu, d’un même coup, l’innocent avec le coupable?

Lors d’un échange assez incroyable entre Abraham et Dieu, décrit bizarrement et assez longuement, Abraham, au lieu de crier à la destruction, au Djihad par l’épée, et d’approuver la décision de Dieu de détruire ces villes, négocie en essayant de trouver un moyen de les sauver.
Pour simplifier, Abraham utilise l’argument qu’il y aura sans doute des innocents/Justes parmi les victimes et qu’il n’est pas possible de détruire une ville entière si elle est habitée par quelques hommes justes qui ne méritent pas cette destruction.

“De grâce, que mon Souverain ne s’irrite pas, je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s’en trouvera-t-il dix?”
II répondit: “Je renoncerai à détruire, en faveur de ces dix.”

Vous trouverez le texte de ce passage ici

Abraham lui même avait d’ailleurs sauvé physiquement ces villes, où son neveu Lot vivait, et qui représentaient pourtant tout le contraire de ce qu’il était, lors de guerres ayant eu lieu quelques années plus tôt.
A lire ici

Abraham, tout comme son fils Isaac et son petit fils Jacob, n’ont jamais fait le moindre reproche à qui que ce soit au cours de leur vie, ils ne se sont jamais battus « au nom de Dieu ».
Non, ces hommes ont simplement décidé d’être exemplaires. Des exemples de bonté, de justice et de vérité. Des Hommes que l’on peut admirer pour leurs qualités d’Humain.

Dieu disait plus tôt à Abraham :

Je te ferai devenir une grande nation; je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux, et tu seras une source de bénédiction. (Genèse 12,2)

Rabbi Shimshon Raphael Hirsch décrit bien ce que signifie devenir “une source de bénediction”.

Je veux faire de toi un peuple que les autres peuples n’auront qu’à regarder pour devenir conscients de leur devoir, et cette tâche que toi, contrairement à tous les les autres peuples, tu es appelé à réaliser, s’appelle « devenir source de bénédiction ».

Dieu n’a pas besoin de guerriers, de Djihadistes pour régner sur ce monde, ni de donneurs de leçons.
Dieu veut voir des modèles de Bonté et de Générosité, de gens qui font le Bien en permanence dans leur entourage, celui de leur amis, de leurs collègues, de leurs familles, sans aucune exception.
Ce sont ceux-là, qui en devenant des modèles, rendront leur entourage meilleur et rempli de bénédictions.

Les Djihadistes représentent tout ce que le monde déteste et détestera toujours. Sources de malheur, d’injustice et d’égoïsme, monstres extrêmement prétentieux, ils sont à jamais les ennemis de Dieu. Ils pourront toujours attendre qu’on les accueille à bras ouvert au paradis après chacun de leurs crimes, mais c’est l’Enfer qui les accueillera pour l’Eternité…

Le seul combat que nous devons mener est contre nous-même.
Le seul combat que nous devons mener est de se parfaire soi-même pour devenir un modèle auquel notre famille, notre entourage, le monde voudra ressembler, sans juger ni reprocher aux autres leur façon de vivre.
Dieu n’attend rien de plus de notre part. Dieu n’a pas besoin de nous. Dieu demande une lutte intérieure. Il demande d’améliorer en permanence la seule personne que nous pouvons changer : soi-même.

Gardons espoir, dépassons notre peur de ces monstres et gardons en tête que nous avons tout le pouvoir entre nos mains pour changer le cours de l’Histoire et embellir ce monde….

Merci à mon amie Myriam Rosenrib pour ses conseils et corrections 

Mon passage dans Tech&Co sur BFM Business

J’ai eu la chance lors d’un passage éclair à Paris de participer en direct à l’émission Tech & Co sur BFM Business. J’ai pu donner des détails sur ma vie après Kima et pleins d’autres sujets.

Pour revoir mon passage, voici les vidéos (2 parties)

Première partie:

Jeremie Berrebi fait partie des investisseurs… by BFMBUSINESS

Seconde partie:

Start-up, scale-up: Où en sont l'Europe et les… by BFMBUSINESS

Pourquoi je soutiens Orange et Stéphane Richard…

JAFFA_10Il est facile de se laisser entrainer par les médias et de vouloir considérer Orange ou Stéphane Richard comme soutien du BDS anti israéliens suite aux déclarations récentes.

BDS:boycott anti israélien par une bande de s… antisémites qui se masquent les yeux en se cachant la misère et les guerres atroces du Moyen Orient hors Israel

Les médias et hommes politiques écervelés se sont évidemment enfoncés en faisant des déclarations à la va vite en se basant sur déclarations rapportés par d’autres médias. Ces mêmes médias à qui ces mêmes hommes politiques reprochent de mentir et déformer des informations quand ils parlent d’eux même.

Je suis proche du groupe France Telecom/Orange depuis près de 20 ans. Je les ai assisté modestement dans le lancement de Wanadoo mais aussi lorsqu’ils ont voulu soutenir le monde des startups dans les années 99-2000, assisté lorsqu’ils ont monté l’un des premiers incubateurs corporates de startups d’Europe (RIP InventMobile)…et lorsqu’Orange a voulu travailler activement avec le marché israélien et ce depuis plus de 15 ans.

Il n’y a pas un seul groupe de télécom au monde aussi actif sur le marché israélien.

Je ne parle pas du tout de leur partenariat avec Partner à qui ils permettent d’utiliser la marque Orange (sous licence payante évidemment). Ce partenariat est depuis plus de 10 ans problématique dans la stratégie d’Orange qui ne contrôle pas les activités de cet opérateur à qui il a confié sa marque. Je leur ai toujours demandé d’ailleurs comment était il possible qu’ils cédent leur marque comme cela mais à l’époque la marque Orange était bien moins connue et  seulement l’une des marques du groupe France Telecom.

Le groupe Orange est actif en permanence sur le marché israélien. Le groupe Orange a ouvert l’année dernière un superbe Orange Fab israélien destiné à soutenir gratuitement des startups israéliennes comme elle le fait aussi, entre autres, dans la Silicon Valley, Pologne, France ou Côte d’Ivoire… A leur demande, j’ai la chance d’être mentor de cet Orange Fab.

J’étais présent lorsque Stéphane Richard  est venu aux côtés de Francois Hollande à Tel Aviv soutenir Israel et l’innovation israélienne et qu’il annoncé des partenariats avec des universités israéliennes et des startups israéliennes…

Mon amie Roseline Kalifa (soutenue par Nathalie Boulanger, Vice Presidente Startup et Ecosystem chez Orange) gère depuis des années la relation entre le groupe Orange et Israel. Elle fait l’aller retour entre les 2 pays régulièrement et passe me voir d’ailleurs plus souvent que l’on fait certains de mes autres partenaires du monde des télécoms ces dernières années.  Nathalie est aussi très présente dans le pays et j’ai même eu la chance de les recevoir toutes les deux à déjeuner chez moi il y a quelques mois. C’est lors d’un événement en Israël (DLD) que nous avons parlé pour la première fois avec Nathalie et Roseline de l’excellente startup française Afrimarket (dont je suis l’un des premiers investisseurs), ce qui a entraîné un investissement et une prise de participation d’Orange dans Afrimarket.

J’ai vu passer des délégations gigantesques du groupe Orange en Israël, assister à des événements sponsorisés par le groupe Orange en Israel…je les ai vu racheter Orca/Emblaze en 2008  (devenu Viaccess Orca) en Israel afin d’améliorer leur offre de Set Top Box.

Quand je parle du groupe Orange, je ne parle pas de Partner qui détient la marque Orange en Israel, je parle bien du groupe Orange, autrefois, France Telecom, dirigé par Stéphane Richard qui a toujours soutenu Israel, absolument toujours. Je le vois de mes yeux tout le temps et depuis des années. Je ne peux pas tout dévoiler mais il y a beaucoup plus d’initiatives que cela. Tous les grands entrepreneurs de la High Tech israélienne sont témoins de ce qu’Orange fait dans le pays (les 3 autres opérateurs français ont aussi d’ailleurs des liens forts avec Israel).

Maintenant, que s’est il passé en Egypte ? Oui Stéphane Richard, voulant essayer de calmer la campagne de boycott contre leur marque dans le pays, a dit qu’ils ne voulaient plus qu’Orange Israel utilise sa marque. Stéphane Richard a fait son boulot de CEO-diplomate essayant de dire quelque chose qui n’avait finalement rien à voir avec une quelconque campagne de boycott.
Comme je l’ai dit, ce soucis de marque, a toujours été sur la table (même si le contrat de licence a été renouvelé il y a peu. Délicat de retirer une marque à un franchisé). Stéphane Richard a utilisé cet argument pour calmer les égyptiens car c’est le rôle d’un CEO d’une entreprise côtée de jouer aux diplomates et de ne pas toujours dévoiler ce qu’il pense réellement. Stéphane Richard ne pouvait pas se permettre de dire “Oui, nous soutenons Israel et on vous emm…de…”. Cela n’est pas son rôle, il n’en a pas le droit. Leur communiqué de presse de réponse à la polémique anti-israélienne est d’ailleurs tout aussi froid. Il est très mauvais mais dur de pouvoir écrire autre chose dans la situation actuelle.

Oui, certaines personnes qui voient des antisémites partout vont reprocher cela à Stéphane Richard mais ces mêmes personnes n’auraient clairement pas fait autrement s’ils étaient à sa place.

Le plus important est qu’Orange continue à travailler avec Israel, à avoir des bureaux en Israël et à soutenir des startups israéliennes. C’est le cas et cela restera le cas! En attendant, à cause de la polémique israélienne, de la réaction de beaucoup de soutiens à Israel, les médias ont fait exactement ce que voulait le BDS, faire parler de leur initiative ridicule en faisant croire qu’Orange les soutenait alors que cela n’a jamais été le cas.

PS: J’ai beaucoup hésité avant d’écrire ce post car je ne voulais pas donner des arguments aux mecs du BDS qui risquent de se retourner contre Orange mais désolé, c’est mon coeur qui parle…et, à la différence de Stéphane Richard, je n’ai absolument rien à faire de ces ploucs écervelés. 

 

Request to Startup Suppliers & Freelancers (New Directory)

I’m putting together a collection of trusted suppliers and freelancers that my hundreds of startups (as a co-founder or as an investor) and my web/mobile agency (KoolAgency) can work with.

If you are an expert and are interested in being included, please fill this form.

PS: This list will not be shared in Public for the moment but only with my startups.

My experience with my iMac 27″ Retina and a few utilities to install

I bought a new iMac Retina 2 weeks ago in Paris (Standard configuration)

I already had an iMac for a few years but the screen exploded when a rocket exploded above my home last summer in Israel. I repaired it but it wasn’t enough. The iMac is still making a very loud noise.

I wasn’t working a lot from my iMac but mostly from a Macbook Air 11″. Really Love this one. A must have for all people working from different places but needed to work again on a big screen for a lot of reasons.

After 2 weeks of usage, I’m really impressed by the iMac Retina. The screen resolution is so high (5120 x 2880) that I’m really able to put many different things on the screen.

Browser on the left
Mail Client (Apple Mail), Slack or Skype: Center-Right
Clear (Task List) and Hangouts (rarely open): Right

Imac Screen
With that kind of resolution, I’m also using wonderful 5K wallpapers. MacOSX standard wallpapers which are awesome and other fabulous 5K wallpapers that I found here
I configured MacOSX to change my wallpaper every 5 minutes. Wonderful.

I installed/bought a few other very useful tools

BetterSnapTools enables me to create zones on my Screen. (Easier if you want to drag a window from a Zone to another. The window resizing automatically)

Moom enabling to move and resize windows easily

PopClip to have access to a list of functions near your mouse pointer by just selecting texts (A lot of extensions are available)

TextExpander, an awesome Mac Typing Shortcuts utility that I’m using on all my Macs (synchronized through Dropbox)

AlfredApp: The best launcher on Mac

Enjoy!

What’s a good Startup? – Founder and Investor Point of view

Last sunday, I had the opportunity to give a conference to the OrangeFab Israel last batch of Startups to share my vision, as a founder and investor, on what’s a good startup.
I’m giving tips for both startup founders and investors.

Please find my slides below and don’t hesitate to comment it if you don’t understand a part of it!
 

Inspiring Talk with Jacques Antoine Granjon, Vente Privee Founder and CEO

Last year (2013), my friend Jacques Antoine Granjon, one , if not the most impressive and inspiring CEO I met in my life,  gave us the pleasure to speak at our Kima Day event.  Jacques Antoine is not only a awesome entrepreneur, he’s also investing in a lot of startups.

He talked about many things including the beginning of Vente Privee and the end of pure players in the ecommerce space.

Vente-Privee is the biggest ecommerce pure player in Europe. (more than 2000 people working there)

Vente-Privée.com plans to more than quadruple revenue in the next decade  aiming for annual sales of 6 billion euros to 8 billion euros by about 2024 (from 1.6 billion euros in 2013)

Must Watch for ecommerce players!

The talk was recorded thanks to the 42 School Team.

Please find it below.

How Lengow is selling its SAAS product to 2000+ customers (Video)

One year ago, we setup an awesome event called Kima Day inviting hundreds of our portfolio startups in Paris for a full day of work and conferences.

One of the most interesting conference during this day was talking about how one of our fastest growing startup Lengow is selling his SAAS product to 2000+ customers all over the world (from France!). They have a lot more customers now 😉

Lengow allows ecommerce players to distribute their product catalogues on all comparison shopping sites, marketplaces, affiliate networks, social networks and sponsored links

Just watch and listen to their COO, Nenad Cetkovic:

PS: No Kima Day this year

Conférence Torah & High Tech (Vidéo dispo)

J’avais posté il y a quelques mois l’annonce d’une conférence que j’ai donné au Google Campus de Tel Aviv avec le Rav Elie Lemmel. Je traite de ma vie perso qui lie l’étude de la Torah et du Talmud et ma vie d’entrepreneur, investisseur dans la High Tech entre autres :). J’y parle de notre surdépendance aux technologies.

Notez que cette conférence est destinée à tout public Juif ou non.

La conférence a été enregistrée et est visible ici sur Youtube