Websites & Books about Business & Judaism I recommend

I’m reading and learning plenty of books (including the Talmud) concerning the Business Jewish Laws. Many people think that Judaism only includes laws about Shabbat, Chanukah, Yom Kippur, Tefillin and other religious stuff but they just don’t know that there are hundreds of laws on how to manage your business and relationship with other people.
I’ll write more about that subjects in the future but please find below awesome sources of information and books in english and french I recommend:
This list will be updated regularly (last update on February 21st, 2017). Feel free to recommend other ressources in the comments

Websites
Business Halacha at Tora.org (here and here)
Workplace Halacha (from the Author of the awesome book Making it Work – see below)

Books:
In English: (french books below)
About Tzedaka/Charity & Maasser
In French/En Français:

Le Shabbat, les 25 heures indispensables à vivre chaque semaine

Pendant des milliers d’années, depuis le don de la Torah au Mont Sinaï, le Shabbat a représenté le plus important repère ponctuant la vie juive.

Alors que tous les autres peuples du monde travaillaient sans interruption 7 jours sur 7, les Juifs, eux, marquaient un temps pour se remémorer la création du monde et la sortie d’Egypte, et se consacrer exclusivement à leur vie spirituelle pour étudier la Torah, chanter, manger, et boire avec leurs familles.

C’est toujours le cas dans de très nombreuses familles improprement appelées “religieuses”, dont je fais partie, et qui savent encore profiter de ce moment exceptionnel.

Le Shabbat est un cadeau offert par D.ieu au peuple Juif, à tout le peuple juif – à tel point que selon la loi Juive, il est interdit pour un non-juif de respecter Shabbat à 100%. Les non-juifs en cours de conversion au Judaïsme apprennent que pour chaque Shabbat ils doivent effectuer une action symbolique afin de l’enfreindre, et suivre ainsi cette règle de ne pas respecter Shabbat totalement tant que leur conversion n’est pas terminée.

Au cours des siècles derniers, et avec la banalisation de l’assimilation du peuple Juif aux Nations du monde, il est devenu de plus en plus courant de voir des Juifs ignorer le Shabbat, souvent afin de se différencier le moins possible du monde non-juif.

Certains avaient des raisons “explicables”, comme de ne trouver absolument aucun emploi permettant de respecter le Shabbat ; ou de devoir l’enfreindre en temps de guerre.

En effet, aux Etats-Unis, par exemple, l’immigration massive de Juifs à la fin du 19eme siècle dans un pays qui ne comptait quasiment pas de centres d’études orthodoxes, ni de synagogues, ni d’entrepreneurs juifs religieux déjà présents pour recruter des juifs pratiquants, et des entreprises travaillant quasiment toutes le samedi a eu des effets catastrophiques.

Beaucoup de Juifs ont abandonné le Shabbat pour avoir un job, ou certains, qui continuaient à le respecter, ne le faisaient qu’avec tristesse…

Leurs enfants ont vite abandonné Shabbat, ou ont rejoint, ou créé, des mouvements réformés qui ont peu à peu vidé Shabbat (et, au passage, l’ensemble du Judaïsme) de son sens originel, considérant ce jour exquis comme faisant partie de “lois non adaptées aux vues et aux mœurs du monde moderne”.

Ces cas restent complètement inacceptables selon la Halacha/Loi Juive car il n’est permis d’enfreindre Shabbat qu’en cas de vie ou de mort – mais inutile de s’attarder sur cette époque que nous ne pouvons changer. Et évidemment, beaucoup ont continué à respecter Shabbat coûte que coûte.

Toutefois, désormais, notre ère, est totalement différente.

La très grande majorité des entreprises, où qu’elles se trouvent dans le monde, ne travaillent pas pendant Shabbat, les congés légaux pour un salarié lui permettent de prendre l’ensemble des fêtes juives, y compris les jours de Hol Hamoed – jours compris entre les premiers et derniers jours de Pessah et Soukkot où il est interdit de travailler, sauf en cas de force majeure pouvant entraîner une perte réelle, et non un manque à gagner. Il est aussi facile de négocier un départ du bureau plus tôt les vendredis d’hiver pour arriver à la maison à temps avant l’entrée de Shabbat.

Je ne dis pas que c’est toujours facile, mais il est possible dans la grande majorité des entreprises du monde de respecter Shabbat sans aucun réel obstacle, et si ce n’est pas le cas, il est du devoir de tout Juif de tout mettre en œuvre pour, soit aménager son emploi du temps, et ne pas avoir à travailler ces jours-là, soit changer d’entreprise.

Pour les étudiants d’universités convoqués à des examens pendant Shabbat ou les jours de fêtes, il est aussi possible de trouver des alternatives.

Ce sont des éventualités qui se traitent au cas par cas avec certains plus difficiles que d’autres mais les acteurs avec qui j’échange en permanence ressortent avec une fierté immense et tellement légitime quand ils ont réussi à surmonter l’épreuve de respecter Shabbat parfaitement sans faire d’exceptions.

Trop de juifs de notre époque se trouvent des excuses pour négliger Shabbat, ou se contentent d’un bon repas le vendredi soir avant de reprendre une vie “normale”, et de retourner à leur smartphone, leurs affaires, leur voiture, leurs courses …en pensant que le Shabbat est optionnel dans la vie juive, ou qu’à notre époque, ce serait un trop grand sacrifice de le respecter.

D’autres vont à la synagogue en voiture puis vont à la plage, vont voir un film, sortent boire un verre, en profitent pour passer des coups de fil à leur famille…

Comme s’ils voulaient affirmer à Dieu : “Merci pour Shabbat, mais ce n’est pas à toi ni à la loi juive de décider comment je dois le vivre”.

Alors qu’ils ne rencontrent absolument aucun obstacle, ceux-ci continuent à suivre les mauvaises habitudes de leurs parents, grands-parents, amis (qui ont évidemment une influence gigantesque dans la vie d’un homme) … et à se détourner de ce jour merveilleux qui ne peut être vécu réellement qu’en appliquant parfaitement ses règles dans leur intégralité et sans aucun compromis. Seuls ceux qui le vivent pleinement comprennent à quel point ils n’abandonneraient Shabbat pour rien au monde et à quel point « aller à la plage » ou « passer un coup de fil » ce jour-là est incompatible avec l’esprit de Shabbat.

D’autres ont l’habitude de dire « Mais j’ai une boutique ou un resto et le samedi est le meilleur jour de la semaine ! »

Combien d’histoires merveilleuses sont arrivées aux entrepreneurs autour de moi ayant décidé d’arrêter de travailler à Shabbat, à l’encontre de toute logique. On les prenait pour des fous mais au final, leurs affaires ont fructifié.

Beaucoup d’entre vous ont sans doute entendu parler de la chaîne Cafe Cafe qui fait un tabac en Israël depuis que son dirigeant a décidé de devenir Casher et de respecter Shabbat. Mais cette analyse est purement économique.

Vous pourriez répondre « je connais des gens qui ne respectent pas Shabbat et qui sont très riches » ou « je connais des gens qui respectent Shabbat et qui sont pauvres ».

De quelle fortune parle-t-on ? A quoi bon être riche si vous vous forcez à travailler le jour où votre famille est réunie et attend de passer un moment calme en votre compagnie ? A quoi bon être riche si vous n’avez pas la possibilité de vous arrêter de travailler le jour de votre choix et non pas celui imposé par votre chiffre d’affaires ? A quoi bon être riche en rejetant l’un des plus importants piliers du Judaïsme qu’est le Shabbat ?

Pour beaucoup, l’argument est faux et simplement le fruit d’une grande paresse pour éviter de trouver une alternative qui est, pourtant, à portée de main.

Ces “ riches” envieraient probablement les “pauvres” respectant le Shabbat s’ils voyaient leur table de Shabbat lumineuse et le sourire de leurs enfants chantant avec leurs parents…

Il faut être clair : il n’y a aujourd’hui, a priori absolument aucune raison de ne pas respecter Shabbat et même s’il subsiste dans certains cas des difficultés temporaires, les alternatives sont toujours possibles, et il est toujours obligatoire de les emprunter.

D’autres me disent souvent : « Moi, je respecte déjà les 10 commandements, ce n’est déjà pas si mal ! Je ne tue pas, je ne vole pas, je ne jalouse pas etc.., ». Je leur réponds qu’hormis le fait qu’un Juif est soumis à 613 commandements et non pas 10, ceux-ci oublient que le Shabbat fait bien partie des 10 commandements, le 4eme, et est indissociable des autres commandements. Le respect du Shabbat a même été donné avant l’interdiction de voler, celle de tuer etc.

Plus que jamais, aujourd’hui, Shabbat est porteur de sens et indispensable à notre génération

Je vais même aller plus loin pour répondre aux sceptiques qui pensent que Shabbat serait une invention non adaptée à notre génération : je pense réellement que Shabbat aurait pu être créé uniquement pour servir notre époque.

A l’ère où nous passons nos vies en permanence connectés, à être bombardés d’informations du matin au soir, à produire, agir, créer, à ne plus prendre de recul sur nos vies, ce sas de décompression qu’est le Shabbat est tout bonnement indispensable.

C’est le moment où nous nous retrouvons face à nous-mêmes, avec nos proches, parfois avec nos amis… le moment privilégié pendant lequel nous n’agissons pas sur le monde.

J’ai écrit des articles et donné des conférences au cours de ces derniers mois sur les bienfaits de la déconnexion, et les cas de burn-out. Le cas de personnes à travers le monde devant faire des Digital Detox pour ne pas finir en hôpital psychiatrique sont de plus en plus nombreux.

Shabbat est clairement la meilleure solution pour contribuer à résoudre les problèmes de notre société actuelle.

Beaucoup pensent qu’il est juste interdit de “travailler” à Shabbat (Laavod en hébreu), ce n’est pas exact…

A Shabbat, il est interdit d’effectuer des Melahotes (que l’on peut traduire par “actions” ou “travaux”). Ces Melahotes, au nombre de 39, sont toutes les actions qui nous font agir sur ce monde : cuire, trier, tisser, pétrir, labourer, transporter dans le domaine public, etc…

Shabbat est là pour nous permettre de réellement profiter de nos actes de la semaine, profiter des actes de notre vie en n’ayant plus la prétention de contrôler toute notre destinée, en nous arrêtant d’agir sur ce monde.

En effet, seul Dieu dirige nos vies. Et s’il est important de travailler pendant la semaine, il faut être conscient que les résultats de nos travaux sont déjà fixés à l’avance depuis Rosh Hashana et même, pour la plupart, avant notre naissance.

Seule la crainte du Ciel reste entre nos mains et cette crainte implique un respect plein et entier du Shabbat, source de toutes les bénédictions.

Shabbat n’est pas une série d’interdictions contraignantes comme certains peuvent injustement le ressentir, Shabbat est la consécration de notre travail de la semaine.

En ne faisant pas d’actions et en ne parlant pas affaires ce jour-là – ce qui est aussi un commandement du Shabbat, Shabbat est le dernier coup de marteau qui permet réellement de transformer notre semaine de labeur, de courses contre la montre, en source de satisfaction.

Shabbat est, de fait, le seul jour qui métamorphose le statut d’esclave de notre vie en celui d’Être réellement libre.

Shabbat ne commence d’ailleurs pas le vendredi soir. Il est possible de vivre et ressentir la sainteté de Shabbat pendant toute la semaine. Si à chaque fois que vous achetez de bons aliments, la plus belle vaisselle, de beaux vêtements, vous les consacrez à Shabbat …
Il est bon de dire avec sa bouche que ce sera le cas « Lihvod Shabbat Kodesh », vous passerez votre semaine à penser et à attendre Shabbat, jour pendant lequel vous profiterez pleinement et sereinement de tous ces bienfaits.

Vous penserez durant votre travail, pendant la semaine, à ce jour plein à venir vous permettant de profiter de tout ce que vous avez construit.

Puisse Hashem aider le peuple Juif à retrouver la beauté d’un Shabbat parfait…

Il est temps aujourd’hui de profiter de notre fabuleuse époque – que les juifs des précédents millénaires nous envieraient, pour vite nous remettre tous ensemble à le vivre pleinement en respectant à la lettre l’ensemble de ses commandements.

Je suis à la disposition de tout juif pour le conseiller, quel que soit son niveau de connaissance du Judaïsme, s’il éprouve des difficultés à respecter Shabbat, ou n’ayant jamais pensé à un jour le respecter afin de l’aider à trouver les conseils, solutions et encouragements nécessaires.

Vous pouvez me joindre à cette adresse : Shabbat at Berrebi.org (utilisez cette adresse uniquement pour traiter de ce sujet – remplacer at par @). Je suis aussi à votre disposition pour répondre à toutes vos questions concernant le Judaisme via l’adresse Judaisme at Berrebi.org

Shabbat Shalom à tous !

PS:

Lorsque je parle de Shabbat, j’inclus aussi le respect des jours de Yom Tov (jours de fêtes juives dont les règles sont quasi identiques, à quelques rares exceptions près.)

N’hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter pour être averti des nouvelles parutions ou des conférences que je donne.

Vous pouvez télécharger ma conférence Etre Juif dans un monde connecté qui traite des problemes de la connexion permanente ici.

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter et LinkedIn.

 

Conférence à Tel Aviv Mardi 20 décembre à 19h

Pour votre information, ma prochaine conférence aura lieu mardi 20 décembre à 19h à Tel Aviv

Plus d’infos ci dessous mais pour vous inscrire, cliquez ici

Pour vous inscrire, cliquez ici

Pour être averti des prochaines conférences, ou pour recevoir régulièrement ces cours en MP3, inscrivez vous à la newsletter ici

Les anciens cours seront disponibles sur ce site au format MP3 d’ici quelques jours.

Mes 2 derniers billets sont sur Linkedin

J’ai eu l’immense privilège d’avoir été sélectionné parmi les rares LinkedIn Influencers début janvier.

J’ai depuis posté sur Linkedin 2 billets en français que je n’ai pas posté ici. Je vous laisse les découvrir

Enfin une méthode facile pour être productif et efficace toute la journée : le PTM

et

Penser par et pour soi-même à l’ère des réseaux sociaux
Vous pouvez me suivre sur Linkedin ici et sur Twitter ici

Merci à mon ami @Myriam pour son aide!

 

Sur les traces d’Abraham…

Flower HopeLes vagues de meurtres aveugles en masse « au nom de Dieu » que connait la planète sont, en plus d’être terribles pour tout le monde, peuvent paraître, à première vue, extrêmement déroutantes pour les personnes profondément croyantes.

Pour essayer de comprendre les hommes responsables de ces vagues de meurtres, il est indispensable, malgré la difficulté, d’imaginer la manière dont ils réfléchissent, la façon dont ils voient le monde.

La réflexion que nous devons mener en tant que croyant est d’essayer de comprendre la compatibilité entre notre relation à Dieu et celle que peuvent avoir ces hommes – si on peut encore les appeler ainsi.

Pour cela, rien ne vaut un retour aux sources et à la Torah/Bible pour analyser comment vivaient et pensaient les piliers fondateurs du monothéisme.

Aux sources d’Abraham

Parlons donc d’Abraham qui selon la tradition est le père de toutes les religions monothéistes.

Peu d’actes d’Abraham sont décrits dans la Torah mais évoquons les principaux.

# Alors qu’Abraham a 99 ans et souffre à cause de la circoncision qu’il vient d’accomplir, Dieu lui rend « visite ». Evidemment, on ne parle pas d’une visite physique, mais plutôt d’une sensation intense de présence du divin.
Pendant cette visite, Abraham voit 3 bédouins inconnus passer dans le désert. Il court les accueillir et les invite chez lui. Abraham délaisse alors sa relation privilégiée avec Dieu à ce moment là, il oublie sa souffrance, invite de simples passants à sa table et leur prépare lui-même un festin.
Bonté infinie et impressionnante.
Cette Bonté (Hessed) est le qualificatif qui définit Abraham.

# Il s’avère en fait que ces 3 bédouins sont des anges ayant emprunté forme humaine avec chacun une mission.
Le premier, Raphael – de la racine Refoua, guérir – est là pour guérir Abraham et sauver son neveu Lot de la destruction de Sodome et Gomorrhe.
Le second, Michael est venu annoncer à Sarah, la femme d’Abraham, qu’ils auront enfin un enfant un an plus tard. C’est Isaac qui naîtra à ce moment là.
Le troisième, Gabriel, est en route pour détruire Sodome et Gomorrhe.
Ce qu’il annonce à Abraham.

Sodome et Gomorrhe étaient deux villes dont les habitants étaient immoraux, cruels et pervers.
Tout le contraire de ce qu’Abraham représente.

Abraham s’avança et dit: “Anéantirais-tu, d’un même coup, l’innocent avec le coupable?

Lors d’un échange assez incroyable entre Abraham et Dieu, décrit bizarrement et assez longuement, Abraham, au lieu de crier à la destruction, au Djihad par l’épée, et d’approuver la décision de Dieu de détruire ces villes, négocie en essayant de trouver un moyen de les sauver.
Pour simplifier, Abraham utilise l’argument qu’il y aura sans doute des innocents/Justes parmi les victimes et qu’il n’est pas possible de détruire une ville entière si elle est habitée par quelques hommes justes qui ne méritent pas cette destruction.

“De grâce, que mon Souverain ne s’irrite pas, je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s’en trouvera-t-il dix?”
II répondit: “Je renoncerai à détruire, en faveur de ces dix.”

Vous trouverez le texte de ce passage ici

Abraham lui même avait d’ailleurs sauvé physiquement ces villes, où son neveu Lot vivait, et qui représentaient pourtant tout le contraire de ce qu’il était, lors de guerres ayant eu lieu quelques années plus tôt.
A lire ici

Abraham, tout comme son fils Isaac et son petit fils Jacob, n’ont jamais fait le moindre reproche à qui que ce soit au cours de leur vie, ils ne se sont jamais battus « au nom de Dieu ».
Non, ces hommes ont simplement décidé d’être exemplaires. Des exemples de bonté, de justice et de vérité. Des Hommes que l’on peut admirer pour leurs qualités d’Humain.

Dieu disait plus tôt à Abraham :

Je te ferai devenir une grande nation; je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux, et tu seras une source de bénédiction. (Genèse 12,2)

Rabbi Shimshon Raphael Hirsch décrit bien ce que signifie devenir “une source de bénediction”.

Je veux faire de toi un peuple que les autres peuples n’auront qu’à regarder pour devenir conscients de leur devoir, et cette tâche que toi, contrairement à tous les les autres peuples, tu es appelé à réaliser, s’appelle « devenir source de bénédiction ».

Dieu n’a pas besoin de guerriers, de Djihadistes pour régner sur ce monde, ni de donneurs de leçons.
Dieu veut voir des modèles de Bonté et de Générosité, de gens qui font le Bien en permanence dans leur entourage, celui de leur amis, de leurs collègues, de leurs familles, sans aucune exception.
Ce sont ceux-là, qui en devenant des modèles, rendront leur entourage meilleur et rempli de bénédictions.

Les Djihadistes représentent tout ce que le monde déteste et détestera toujours. Sources de malheur, d’injustice et d’égoïsme, monstres extrêmement prétentieux, ils sont à jamais les ennemis de Dieu. Ils pourront toujours attendre qu’on les accueille à bras ouvert au paradis après chacun de leurs crimes, mais c’est l’Enfer qui les accueillera pour l’Eternité…

Le seul combat que nous devons mener est contre nous-même.
Le seul combat que nous devons mener est de se parfaire soi-même pour devenir un modèle auquel notre famille, notre entourage, le monde voudra ressembler, sans juger ni reprocher aux autres leur façon de vivre.
Dieu n’attend rien de plus de notre part. Dieu n’a pas besoin de nous. Dieu demande une lutte intérieure. Il demande d’améliorer en permanence la seule personne que nous pouvons changer : soi-même.

Gardons espoir, dépassons notre peur de ces monstres et gardons en tête que nous avons tout le pouvoir entre nos mains pour changer le cours de l’Histoire et embellir ce monde….

Merci à mon amie Myriam Rosenrib pour ses conseils et corrections 

Mon passage dans Tech&Co sur BFM Business

J’ai eu la chance lors d’un passage éclair à Paris de participer en direct à l’émission Tech & Co sur BFM Business. J’ai pu donner des détails sur ma vie après Kima et pleins d’autres sujets.

Pour revoir mon passage, voici les vidéos (2 parties)

Première partie:

Jeremie Berrebi fait partie des investisseurs… by BFMBUSINESS

Seconde partie:

Start-up, scale-up: Où en sont l'Europe et les… by BFMBUSINESS

Pourquoi je soutiens Orange et Stéphane Richard…

JAFFA_10Il est facile de se laisser entrainer par les médias et de vouloir considérer Orange ou Stéphane Richard comme soutien du BDS anti israéliens suite aux déclarations récentes.

BDS:boycott anti israélien par une bande de s… antisémites qui se masquent les yeux en se cachant la misère et les guerres atroces du Moyen Orient hors Israel

Les médias et hommes politiques écervelés se sont évidemment enfoncés en faisant des déclarations à la va vite en se basant sur déclarations rapportés par d’autres médias. Ces mêmes médias à qui ces mêmes hommes politiques reprochent de mentir et déformer des informations quand ils parlent d’eux même.

Je suis proche du groupe France Telecom/Orange depuis près de 20 ans. Je les ai assisté modestement dans le lancement de Wanadoo mais aussi lorsqu’ils ont voulu soutenir le monde des startups dans les années 99-2000, assisté lorsqu’ils ont monté l’un des premiers incubateurs corporates de startups d’Europe (RIP InventMobile)…et lorsqu’Orange a voulu travailler activement avec le marché israélien et ce depuis plus de 15 ans.

Il n’y a pas un seul groupe de télécom au monde aussi actif sur le marché israélien.

Je ne parle pas du tout de leur partenariat avec Partner à qui ils permettent d’utiliser la marque Orange (sous licence payante évidemment). Ce partenariat est depuis plus de 10 ans problématique dans la stratégie d’Orange qui ne contrôle pas les activités de cet opérateur à qui il a confié sa marque. Je leur ai toujours demandé d’ailleurs comment était il possible qu’ils cédent leur marque comme cela mais à l’époque la marque Orange était bien moins connue et  seulement l’une des marques du groupe France Telecom.

Le groupe Orange est actif en permanence sur le marché israélien. Le groupe Orange a ouvert l’année dernière un superbe Orange Fab israélien destiné à soutenir gratuitement des startups israéliennes comme elle le fait aussi, entre autres, dans la Silicon Valley, Pologne, France ou Côte d’Ivoire… A leur demande, j’ai la chance d’être mentor de cet Orange Fab.

J’étais présent lorsque Stéphane Richard  est venu aux côtés de Francois Hollande à Tel Aviv soutenir Israel et l’innovation israélienne et qu’il annoncé des partenariats avec des universités israéliennes et des startups israéliennes…

Mon amie Roseline Kalifa (soutenue par Nathalie Boulanger, Vice Presidente Startup et Ecosystem chez Orange) gère depuis des années la relation entre le groupe Orange et Israel. Elle fait l’aller retour entre les 2 pays régulièrement et passe me voir d’ailleurs plus souvent que l’on fait certains de mes autres partenaires du monde des télécoms ces dernières années.  Nathalie est aussi très présente dans le pays et j’ai même eu la chance de les recevoir toutes les deux à déjeuner chez moi il y a quelques mois. C’est lors d’un événement en Israël (DLD) que nous avons parlé pour la première fois avec Nathalie et Roseline de l’excellente startup française Afrimarket (dont je suis l’un des premiers investisseurs), ce qui a entraîné un investissement et une prise de participation d’Orange dans Afrimarket.

J’ai vu passer des délégations gigantesques du groupe Orange en Israël, assister à des événements sponsorisés par le groupe Orange en Israel…je les ai vu racheter Orca/Emblaze en 2008  (devenu Viaccess Orca) en Israel afin d’améliorer leur offre de Set Top Box.

Quand je parle du groupe Orange, je ne parle pas de Partner qui détient la marque Orange en Israel, je parle bien du groupe Orange, autrefois, France Telecom, dirigé par Stéphane Richard qui a toujours soutenu Israel, absolument toujours. Je le vois de mes yeux tout le temps et depuis des années. Je ne peux pas tout dévoiler mais il y a beaucoup plus d’initiatives que cela. Tous les grands entrepreneurs de la High Tech israélienne sont témoins de ce qu’Orange fait dans le pays (les 3 autres opérateurs français ont aussi d’ailleurs des liens forts avec Israel).

Maintenant, que s’est il passé en Egypte ? Oui Stéphane Richard, voulant essayer de calmer la campagne de boycott contre leur marque dans le pays, a dit qu’ils ne voulaient plus qu’Orange Israel utilise sa marque. Stéphane Richard a fait son boulot de CEO-diplomate essayant de dire quelque chose qui n’avait finalement rien à voir avec une quelconque campagne de boycott.
Comme je l’ai dit, ce soucis de marque, a toujours été sur la table (même si le contrat de licence a été renouvelé il y a peu. Délicat de retirer une marque à un franchisé). Stéphane Richard a utilisé cet argument pour calmer les égyptiens car c’est le rôle d’un CEO d’une entreprise côtée de jouer aux diplomates et de ne pas toujours dévoiler ce qu’il pense réellement. Stéphane Richard ne pouvait pas se permettre de dire “Oui, nous soutenons Israel et on vous emm…de…”. Cela n’est pas son rôle, il n’en a pas le droit. Leur communiqué de presse de réponse à la polémique anti-israélienne est d’ailleurs tout aussi froid. Il est très mauvais mais dur de pouvoir écrire autre chose dans la situation actuelle.

Oui, certaines personnes qui voient des antisémites partout vont reprocher cela à Stéphane Richard mais ces mêmes personnes n’auraient clairement pas fait autrement s’ils étaient à sa place.

Le plus important est qu’Orange continue à travailler avec Israel, à avoir des bureaux en Israël et à soutenir des startups israéliennes. C’est le cas et cela restera le cas! En attendant, à cause de la polémique israélienne, de la réaction de beaucoup de soutiens à Israel, les médias ont fait exactement ce que voulait le BDS, faire parler de leur initiative ridicule en faisant croire qu’Orange les soutenait alors que cela n’a jamais été le cas.

PS: J’ai beaucoup hésité avant d’écrire ce post car je ne voulais pas donner des arguments aux mecs du BDS qui risquent de se retourner contre Orange mais désolé, c’est mon coeur qui parle…et, à la différence de Stéphane Richard, je n’ai absolument rien à faire de ces ploucs écervelés. 

 

Request to Startup Suppliers & Freelancers (New Directory)

I’m putting together a collection of trusted suppliers and freelancers that my hundreds of startups (as a co-founder or as an investor) and my web/mobile agency (KoolAgency) can work with.

If you are an expert and are interested in being included, please fill this form.

PS: This list will not be shared in Public for the moment but only with my startups.

My experience with my iMac 27″ Retina and a few utilities to install

I bought a new iMac Retina 2 weeks ago in Paris (Standard configuration)

I already had an iMac for a few years but the screen exploded when a rocket exploded above my home last summer in Israel. I repaired it but it wasn’t enough. The iMac is still making a very loud noise.

I wasn’t working a lot from my iMac but mostly from a Macbook Air 11″. Really Love this one. A must have for all people working from different places but needed to work again on a big screen for a lot of reasons.

After 2 weeks of usage, I’m really impressed by the iMac Retina. The screen resolution is so high (5120 x 2880) that I’m really able to put many different things on the screen.

Browser on the left
Mail Client (Apple Mail), Slack or Skype: Center-Right
Clear (Task List) and Hangouts (rarely open): Right

Imac Screen
With that kind of resolution, I’m also using wonderful 5K wallpapers. MacOSX standard wallpapers which are awesome and other fabulous 5K wallpapers that I found here
I configured MacOSX to change my wallpaper every 5 minutes. Wonderful.

I installed/bought a few other very useful tools

BetterSnapTools enables me to create zones on my Screen. (Easier if you want to drag a window from a Zone to another. The window resizing automatically)

Moom enabling to move and resize windows easily

PopClip to have access to a list of functions near your mouse pointer by just selecting texts (A lot of extensions are available)

TextExpander, an awesome Mac Typing Shortcuts utility that I’m using on all my Macs (synchronized through Dropbox)

AlfredApp: The best launcher on Mac

Enjoy!

What’s a good Startup? – Founder and Investor Point of view

Last sunday, I had the opportunity to give a conference to the OrangeFab Israel last batch of Startups to share my vision, as a founder and investor, on what’s a good startup.
I’m giving tips for both startup founders and investors.

Please find my slides below and don’t hesitate to comment it if you don’t understand a part of it!
 

Inspiring Talk with Jacques Antoine Granjon, Vente Privee Founder and CEO

Last year (2013), my friend Jacques Antoine Granjon, one , if not the most impressive and inspiring CEO I met in my life,  gave us the pleasure to speak at our Kima Day event.  Jacques Antoine is not only a awesome entrepreneur, he’s also investing in a lot of startups.

He talked about many things including the beginning of Vente Privee and the end of pure players in the ecommerce space.

Vente-Privee is the biggest ecommerce pure player in Europe. (more than 2000 people working there)

Vente-Privée.com plans to more than quadruple revenue in the next decade  aiming for annual sales of 6 billion euros to 8 billion euros by about 2024 (from 1.6 billion euros in 2013)

Must Watch for ecommerce players!

The talk was recorded thanks to the 42 School Team.

Please find it below.

How Lengow is selling its SAAS product to 2000+ customers (Video)

One year ago, we setup an awesome event called Kima Day inviting hundreds of our portfolio startups in Paris for a full day of work and conferences.

One of the most interesting conference during this day was talking about how one of our fastest growing startup Lengow is selling his SAAS product to 2000+ customers all over the world (from France!). They have a lot more customers now 😉

Lengow allows ecommerce players to distribute their product catalogues on all comparison shopping sites, marketplaces, affiliate networks, social networks and sponsored links

Just watch and listen to their COO, Nenad Cetkovic:

PS: No Kima Day this year

Conférence Torah & High Tech (Vidéo dispo)

J’avais posté il y a quelques mois l’annonce d’une conférence que j’ai donné au Google Campus de Tel Aviv avec le Rav Elie Lemmel. Je traite de ma vie perso qui lie l’étude de la Torah et du Talmud et ma vie d’entrepreneur, investisseur dans la High Tech entre autres :). J’y parle de notre surdépendance aux technologies.

Notez que cette conférence est destinée à tout public Juif ou non.

La conférence a été enregistrée et est visible ici sur Youtube

Conférence Torah & High Tech au Google Campus Tel Aviv le 6 août 2014

Comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis Juif Orthodoxe très pratiquant et vit dans la ville de Bnei Brak, ville ultra orthodoxe en Israel, tout en étant très impliqué dans l’écosystème High Tech.

Depuis quelques siècles, certains mouvements libéraux ou laxistes ont voulu affirmer qu’il était impossible de vivre pleinement son Judaïsme sans aucune concession tout en participant pleinement au monde des affaires et à la vie moderne.

J’aurais l’honneur de donner une conférence (suivie de questions/réponses) sur ces sujets au Google Campus Tel Aviv en compagnie de l’extraordinaire Rav Elie Lemmel le 6 août prochain (2014) à 19h30 heure d’Israel

Si vous êtes de passage ou vivez en Israel, n’hésitez pas à vous inscrire ici (infos sur la conférence accessible via le lien)

Transmettez le message!

Startup de A à Z: Présentation

J’ai donné en 2008 une conférence pendant laquelle j’ai donné des conseils et mon expérience sur la création et gestion de startups.

Je l’ai retrouvée sur mon disque dur il y a quelques jours, y ait modifié quelques petits points puis postée sur SlideShare.

A priori, son contenu a plu puisqu’elle a été visualisée plus de 16000 fois en 3 jours et relayé par quelques médias tels que FrenchWeb ou Maddyness

Je vous la partage ici même si je pense qu’elle peut être largement améliorée afin de traiter de toutes les nouveautés des dernières années (Superangels, Accélérateurs, Crowdfunding, Pre-orders etc…). Je suis aussi actionnaire avec Xavier Niel via Kima Ventures de quelques centaines de startups de plus. Beaucoup de choses à raconter… Mais ça sera pour plus tard…

Les conflits entre co-fondateurs : une des premières causes de l’échec d’une startup.

*****The original version of this post was written in english: Click here to read it *****

Après 13 ans d’expérience en tant que business-angel dont près de 4 ans à temps plein, j’ai finalement compris que l’une des premières raisons de l’échec des startup résidait dans les conflits entre fondateurs.

Je ne parle pas du lancement d’un mauvais produit, de dépenses excessives, ou d’erreurs de recrutement, mais bien de la destruction de l’entreprise par ses propres fondateurs.

Tout d’abord, il faut être franc, la gestion d’une startup n’est pas du tout une partie de plaisir … Cela demande  un travail gigantesque, du focus et de l’organisation. Et évidemment, pour être en mesure de maintenir l’entreprise en vie jusqu’à son éventuel décollage, les fondateurs doivent gérer efficacement leur trésorerie.

Un vrai startupper travaille beaucoup, fait face à beaucoup de problèmes, souvent et à tout moment (trésorerie, embauche, technique, marketing), il ne dort pas beaucoup et empiète allègrement sur sa vie personnelle. C’est donc beaucoup de pression dans la durée.

Je reçois régulièrement des témoignages de fondateurs au bord de la crise de nerfs devant les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

(Je reviendrai sur la vie dans les startups dans un prochain billet.)

Lorsque vous êtes confrontés à des problèmes dans votre vie professionnelle ou personnelle, vous avez au moins deux façons de les appréhender:
(A) Le problème n’est pas de ma faute (je travaille tellement, je suis sûr que je fais bien mon “job”) … quelqu’un / quelque chose d’autre en est la cause.
(B) Le problème n’est pas insoluble, ça fait partie de la vie. Trouvons comment le résoudre.

Dans le premier cas, le fondateur (A) est presque toujours aux aguets pour surveiller comment ses co-fondateurs fonctionnent … et bien sûr, il trouve toujours à redire sur leur attitude, et conclut invariablement qu’ils sont la cause du problème !

Parfois, il trouvera que ses cofondateurs travaillent trop lentement, ou pas assez, ou ne font pas bien leur travail.

L’année dernière, le co-fondateur de l’une de nos startups m’a expliqué : “Tu sais, je viens au bureau à 8h du matin et je pars chaque soir à 23 h. Tu trouves normal que mon co-fondateur arrive à 10h du matin et parte à 21 heures? Pourquoi dois-je travailler plus que lui ?”

Ce à quoi j’ai répondu: “C’est ton cofondateur qui est dans le vrai, pas toi !”
Outre le fait que travailler de 10 heures à 21 heures, c’est déjà trop, je peux vous certifier que les entrepreneurs/travailleurs les plus productifs ne passent pas toute leur vie au bureau. (J’écrirai aussi à ce sujet dans un prochain billet.)

Dans ce cas précis, la divergence entre les cofondateurs était si forte que nous avons dû séparer l’activité en 2 entreprises distinctes. Je ne pense pas que cela ait résolu quoi que ce soit, et il est probable que le second réussisse mieux que le premier.

Autre témoignage. Un fondateur me raconte : “Mon co-fondateur est vraiment très mauvais, il a fait une terrible bourde en envoyant une lettre à toute notre base d’utilisateurs (y compris les utilisateurs non-inscrits). C’est un cauchemar !”
Ce à quoi j’ai répondu: «Qui sur cette planète peut se prévaloir de n’avoir jamais fait d’erreur ? Personne ! Alors pourquoi penses-tu qu’il soit si mauvais ? Il a développé 95% du code de l’entreprise, 99% de vos utilisateurs supprimeront purement et simplement cet e-mail en 1 seconde. Ce n’est pas si grave.»

Ce sont juste deux petits exemples, mais je pourrais passer des jours à vous raconter des histoires similaires et récurrentes dans presque toutes les startup … mais il y a un secret derrière tout ça:

Dans le Talmud (Kidushin, Daf 70B), nous découvrons quelque chose de pertinent et adapté à ces situations.
Cela dit : כָּל הַפּוֹסֵל בְּמוּמוֹ פּוֹסֵל

Cela signifie que lorsque quelqu’un déprécie injustement quelqu’un d’autre à propos d’un défaut spécifique, c’est souvent parce qu’il voit en l’autre un défaut qu’il a lui-même.

Dans notre cas, lorsque l’un des fondateurs pense qu’un autre co-fondateur ne travaille pas suffisamment ou ne fait pas son travail correctement, c’est probablement parce que lui-même ne travaille pas correctement.

Je ne dis pas qu’il n’existe pas de cas où l’un des co-cofondateurs est réellement mauvais, mais, la plupart du temps, cela se voit rapidement, dès les premiers mois d’existence de l’entreprise. Si cela arrive au bout de 6 mois, la plupart du temps, cela signifie que le co-fondateur incriminé n’est pas en cause ou en tout cas, que l’échec de la société ne lui est pas imputable.

Des divergences peuvent également se produire lorsque l’un des cofondateurs travaille sur un autre projet en parallèle sans l’approbation des autres co-fondateurs. Alors, dans ce cas, oui, vous avez une véritable raison d’être en colère.

Alors, comment gérer ce type de situation?
Si vous êtes dans le cas du Fondateur A, concentrez-vous uniquement sur ce que vous faites, et sur ce que vous avez à faire.
Cessez de toujours vouloir vérifier ce que fait votre cofondateur. Renoncez à essayer de le corriger, de le changer comme le ferait un père.
Comme dans un couple, cela ne fonctionne presque jamais et ce genre d’attitude conduit souvent à une séparation.

Si vous pensez que votre cofondateur peut améliorer les choses, allez au restaurant, parlez ensemble et commencez par lui demander :
– Comment penses-tu que nous pouvons améliorer la société ?
– Comment peut-on résoudre ce problème ?
– Devons-nous engager ce type de profil ?

Discutez ensemble de toutes ces questions.

Renoncez à le mettre en cause personnellement, parce qu’en bout de course, ce que vous voulez, c’est que votre entreprise réussisse.
Suite à votre discussion, formalisez par écrit qui doit faire quoi et fixez ensemble des dates d’échéance pour chacun, et arrêtez de penser à sa part de travail à lui, occupez-vous de la vôtre. Comme je vous l’ai dit, la plupart du temps, ce n’est pas lui le problème.

Si, après quelques mois, vous pensez toujours qu’il y a un vrai problème, parlez-en d’abord avec un autre entrepreneur/mentor et demandez-lui conseil. Ne soyez pas obnubilé par cette situation, cela vous desservirait.
Et si vraiment tout le monde est d’accord sur le problème, alors, parlez-en avec votre co-fondateur … et aidez-le à améliorer la façon dont il travaille… parce qu’essayer de virer un cofondateur n’aboutit que rarement à de bons résultats, et la plupart du temps cela tue l’entreprise.

Il y a quelques semaines, j’ai entendu l’histoire d’une entreprise dont le fondateur cherchait à virer son co-fondateur pour finalement être viré lui-même par les investisseurs/actionnaires … 😉

Un dernier mot : je recommande vivement de lancer une entreprise avec au moins 2 cofondateurs, idéalement avec 3. Lorsque vous aurez des difficultés à résoudre, vous serez beaucoup plus efficaces en travaillant tous ensemble. Je vais également écrire bientôt à ce sujet.
N’oubliez pas de négocier et de signer un accord entre fondateurs pour définir précisément le rôle de chacun.
Un modèle est disponible ici

Je ne l’ai pas étudié en profondeur, mais il me semble qu’il y manque une clause d’exclusivité stipulant que les fondateurs ne peuvent s’investir dans un autre projet sans l’autorisation des autres co-fondateurs. Selon moi, cette clause est capitale.

Bonne chance !

Merci à Myriam Rosenrib pour la relecture et traduction

Fighting between cofounders: one of the main reasons that startups fail

****French version available here****

© Franck Boston - Fotolia.com

© Franck Boston – Fotolia.com

With 13 years of experience as a business angel  (200+ investments) and almost 4 years as a full time angel, I have finally discovered one of the main reasons that startups fail: conflicts between founders.

Yeah, often the problem isn’t launching a bad product, burning too much money, hiring bad people but the founders destroying their own company.

First, we have to say that managing a startup is clearly not “fun”. It needs a lot of work, focus and organisation. Founders need to manage cash flow efficiently to be able to keep the company alive until a potential success.

A real startupper is working a lot, is constantly facing a lot of problems (cash, hiring, technical, marketing..), is not sleeping enough and is sometimes destroying his personal life as a consequence. There is so much constant pressure for a long period of time.

I am regularly receiving phone calls or meeting with founders who are almost crying as they tell me the difficulties they are facing.

(I will talk about the life in startups in a future post)

When you are facing problems in a company or in your life, you have 2 ways to apprehend them:
(A) The problem is someone else’s fault: “I’m working so much, I’m sure I’m doing my ‘job’..so someone/something else is the cause”
(B) The problem is part of life: it is not insolvable, so let’s see how we can solve it.

In case of (A) at a startup, the founders are almost always looking at their cofounders to see how they work…and for sure, they will always find many things that are not perfect so…HE MUST BE THE CAUSE FOR OUR PROBLEMS!

Sometimes, they will say that their cofounder is working too slowly, is not doing “his” job, is taking too many breaks…

Last year, the cofounder of one of our startups told me: “You know, I’m coming at the office at 8am and leaving every day at 11pm. Do you think it’s normal that my cofounder is coming only at 10am and leaving at 9pm? Why do I need to work more than he does?”

I answered: “your cofounder is doing the right thing. You’re not.”
Beside the fact that working at the office from 10am to 9pm is already too much, I can tell you that the most productive entrepreneurs/workers are not spending all of their life at the office. (I will write about this in a future post as well).

In this specific case, the conflict between the cofounders was so hard that we needed to split the activity into 2 companies to separate them. I don’t think that this solve anything and it’s clearly possible that the second founder will succeed more than the first one.

Another time: a founder told me: “My cofounder is really bad, he made an horrible mistake by sending a newsletter to all our userbase (including unsubscribed users) by mistake. It’s a nightmare”.
I answered : “Every human in this planet is making mistakes so why do you think he’s so bad? He developed 95% of the code of the company. 99% of your users will just delete this email in 1 second.”

These are just small example but I can spend days telling you stories, things like this happen all the time at startups.

But there is a secret.

In the Talmud (Kidushin, Daf 70B), we can learn something that I almost always find relevant. It says : כָּל הַפּוֹסֵל בְּמוּמוֹ פּוֹסֵל

It means that if someone is invalidating someone else for a specific reason or default, it’s because of his own (same) default.

So in our case, when Founder A is thinking that the other Founder B is not working enough or not doing his job correctly, it’s probably because founder A is not working correctly.

I will not say that we will never see a case when a cofounder is really not a good one, but, most of the time, we would discover this very quickly at the early stages of the company. If it’s happening after 6 months, most of the time it means that he’s not the reason or, in any case, the current failure of the company is not his only fault.

Fights can also happen when a cofounder is working on another side-project without the approval of the others. In that case, yes, you have a real big reason to be upset (these kinds of things need to be written in a cofounder agreement in advance).

So how to manage this kind of situation ?
If you are Founder A, focus only on what you are doing and what you have to do. Don’t always check what your cofounder is doing. Don’t always try to correct him, change him like a father.
Like in a couple, it almost never works and that kind of situation are always finishing by a big explosion.

If you think your cofounder can improve things, go to a restaurant, talk together and ask him first:
– How do you think we can improve the company ?
– How can we solve this problem ?
– How can we hire this type of guy ?

Discuss together about all these subjects.

Never talk about him personally because at the end, what you both want is for the company to succeed.
After this talk, write on a piece of paper who needs to do what and agree together on a due date for each part and then stop thinking about him completely. As I told you, most of the time, he’s not the problem at all.

If after a few months, if you still think that there is a real problem, talk with another entrepreneur/mentor first and ask him for advice. Don’t be upset by this situation, being upset will not help.
If you find that everyone agrees that he is a problem, talk with your cofounder…and help him improve the way he works.

Trying to fire a cofounder almost never works and most of the time will kill the company.

I heard a story a few weeks ago that a founder wanted to fire his cofounder and finally the shareholder investors fired him instead… 😉

A last word: I clearly recommend to launch a company with at least 2 cofounders, ideally 3. When you will have difficulties to solve, you will be a lot more efficient by working together. I will clearly write about this soon.

Don’t forget to negotiate and sign a founders agreement defining exactly the role of each founder. A template is available here

I haven’t spent a lot of time on it but it seems that this one is missing an exclusivity clause saying that founders will not work on anything else beside the company without the authorization of the other cofounders. For me it’s really very important.

Good luck!
Thanks to Vincent Jacobs for the rewriting

The email I received from Google in 2007 when they wanted to buy Zlio!

Little funny story:

In March 2007, we signed a term sheet with Mangrove who wanted to invest in Zlio..A few days after, I met a Google Executive who decided to buy the company.

I just found in my mailbox, the email I received from it. Please see it below. As you can see, I received this email before I signed an NDA. That’s why I’m putting it here ;-). Finally, Google needed more than 1 month to close the deal. After waiting for it 30 days, we decided to accept the Mangrove investment proposal.

For the little story, Zlio, became blacklisted/sandboxed by Google 6 months after…. It killed the company…

Do you think I regret it ? Clearly not ! See why here 😉

PS: You can follow me on Twitter

Email received from A.H. on March 22, 2007.

Jeremie

Thanks for this.  I have had internal conversations now. We would like to move on this urgently as an acquisition. We realise you are late in your cycle and we are early in ours but frankly your idea and personal background is a good indication of strength in our mind and we have already got the internal senior nod to proceed. Add to this the fact that we share your vision and would want to execute on something similar anyway means we would like to move forward discussing with you. We believe the combination of your vision, leadership and first mover advantage with our ability to create Googlely products, our consumer and partner relationships and distribution, our checkout product and our scale infrastructure will lead to a great solution that enables you as an entrepreneur to reach your goals more efficiently. We have a pretty smooth acquisition process here at Google to make deals happen but here is how you can help us be quick:

1) sign the nda so we can start to exchange info – this is our standard nda. You should realise that we make absolutely sure that no engineers working on similar areas in Google are involved in the assessment of this deal at this stage so we can avoid tainting
2) send me captable (with names) and loan/liabilities info (Jerry tells me there are some complexities around ownership?), CVs of your team (we are especially keen on good engineering and prod people and in Israel we are already building out our team. You can delete the names on the top of the CVs if you want to protect anonymity)
3) consider location – Israel is great for your prd and eng people but relationship, partnership and business team may have to relocate to UK or US but we do have a Paris office that may be expanded – I just cant guarantee that right now.
4) consider valuation – if we are to act as quickly as you want we need strong guidance. You can give me a range and I will respond. You have indications of value from your VC termsheet and I can tell you that we will give strong monetary incentives to the people who join us in terms of bonuses etc on top of consideration for the equity of the company. Naturally, we believe we take away the risk of successful execution through an acquisition so value of the equity should reflect this.
5) send me financials
6) send me IPR/patent details
7) send me something that describes how difficult this is to do from an engineering challenge and arrange a conference call between your lead engineer and one of our deal team engineer members to have a discussion around this

I will take all this and the corporate presentation you have given me and create a presentation for internal use to our executive board (Larry, Sergey and Eric) for approval to negotiate then issue a termsheet to you

We will want to do some DD post then just like a VC, normally we front end some of this via a visit to meet you and the team but in the interests of time we can back end this but you need to be helpful with the 7 points above instead.

I hope this is exciting news for you as it is for us….

Let me know and also pls send me your mobile phone as it is not on your business card

Welcome to KoolAgency – my New Web/Mobile development company

ENGLISH VERSION – (version française ci dessous)

For many years, I have had the opportunity to participate as founder, co-founder or business angel, in the creation of many companies and projects in the Internet world. For most of these companies, high-quality technical implementation of projects is often amongst the top key components of their success.

At the beginning of 2000, finding competent and experienced developers obviously was a difficult task, due to the young nature of the sector.

Personally, I thought that with time, recruiting developers or finding good development companies would become easier, but I was wrong. It has never been more difficult to recruit good developers in a company. Likewise, finding reliable, diligent and trustworthy development companies is still a great challenge today… As a matter of fact, I often face this challenge within the companies in which I invest.

A year and a half ago, in cooperation with Zlio’s former CTO, David Levy, we discreetly started offering development services to some companies we know well.

That’s how a couple of weeks later, Vente Privée entrusted us with the task of developing numerous projects on which our team has been working for several months (Mobile Web App, Facebook applications, CRM, Discussion Forums, etc.).

We realized that thanks to the development-related experience we had gained in the startup world, we were actually able to launch and develop any project very rapidly, regardless of its complexity.

Therefore, some weeks ago, we decided to officially launch KoolAgency, a new Web and Mobile project development agency.

What we can and know how to do can be summed up in one word: EVERYTHING. The KoolAgency’s team, led by Michael Azoulay, Zlio’s former Project Director, can design and develop any project, regardless of its nature.

Do you want to develop and market an on-line application? Do you want to develop a mobile Web app for your service? Do you want an extranet to improve communication with your customers? Do you want an e-commerce website?

KoolAgency can take care of your project from start to end, in record time.

Send us your specifications document, even if it’s incomplete, and we will know how to complete it and technically launch your project, taking the best development decisions on the market.

A mini Web site is already available on line from today (new logo will be available soon), providing the necessary information to contact the KoolAgency’s team:

http://www.koolagency.com

IMPORTANT: Please note that despite being KoolAgency’s main shareholder, I neither manage the company nor participate much in the design and follow-up of its projects. Therefore, I remain 100% involved in Kima Ventures’ management, together with Xavier Niel.
Our objective remains unchanged: to invest in 100 projects within the next 12 months.

The development of a project by KoolAgency will not influence, in any way, my decision to invest in any specific project. There is absolutely NO link between Kima Ventures and KoolAgency, except for my role as co-founder, just as in other companies such as Leetchi, Freshplanet/SongPop, Kwaga or iAdvize.

VERSION FRANCAISE

Depuis de nombreuses années, j’ai pu participer en tant que fondateur, co-fondateur ou “business angel”, à la naissance de centaines de sociétés et de projets dans le monde de l’Internet.  Pour la plupart de ces sociétés, la qualité d’exécution technique du projet fait souvent partie des premiers et principaux atouts de leur réussite.

Au début des années 2000, trouver des développeurs compétents et expérimentés était naturellement compliqué dû à la jeunesse du secteur.

Je pensais à titre personnel, qu’avec le temps, recruter des développeurs ou trouver de bonnes sociétés de développement allait devenir une commodité, mais je me suis trompé. Il n’a jamais été aussi difficile de recruter de bons développeurs dans une entreprise, et trouver des sociétés de développement sérieuses, rapides et fiables reste encore aujourd’hui un vrai challenge… J’en fais d’ailleurs la mauvaise expérience régulièrement au sein des sociétés dont je suis actionnaire.

Il y a 18 mois, en collaboration avec l’ancien CTO de Zlio, David Levy, nous avons commencé discrètement à proposer des prestations de développement informatique à quelques entreprises proches de nous.
C’est ainsi qu’après quelques semaines, Vente Privée nous a confié un très grand nombre de projets sur lesquels notre équipe travaille depuis de longs mois (Mobile Web App, applications Facebook, de CRM, Forums de discussions…).

Nous nous sommes rendus compte grâce à notre expérience acquise dans le monde des startups en matière de développement, que nous étions tout à fait en mesure de lancer et de développer n’importe quel projet, à priori complexe, très rapidement.

Nous avons donc décidé il y a quelques semaines de lancer officiellement KoolAgency, nouvelle agence de développement de projets Web et Mobile.

Ce que nous pouvons et savons faire tient en un mot : TOUT. L’équipe de KoolAgency, dirigée par Michael Azoulay, ancien Directeur de projets chez Zlio, peut concevoir et développer n’importe quel projet informatique, quelque soit sa nature.

Vous souhaitez développer une application en ligne et la commercialiser ? Développer une Web app mobile pour votre service ? Un extranet vous permettant de mieux communiquer avec vos clients ? Un site ecommerce ? Améliorer votre site actuel avec de nouvelles fonctionnalités ?

KoolAgency peut s’occuper de votre projet de A à Z et ceci en un temps record.

Soumettez-nous un cahier des charges, même incomplet, et nous saurons le finaliser et lancer techniquement votre projet en prenant les meilleures décisions de développement du marché.

Un mini site web est disponible en ligne depuis aujourd’hui vous permettant de prendre contact avec l’équipe de KoolAgency (un nouveau logo sera en ligne bientôt) : http://www.koolagency.com

IMPORTANT : Notez que bien qu’actionnaire principal de KoolAgency, je ne dirige pas la société et ne participe que très peu à la conception et au suivi des projets. Je reste donc 100% impliqué dans dans la gestion de Kima Ventures, aux côtés de Xavier Niel.
Notre objectif est toujours le même: investir dans 100 projets au cours des 12 prochains mois.

Le développement d’un projet par KoolAgency n’influencera en rien mon choix d’investissement dans un projet ou un autre. Kima Ventures n’a AUCUN lien avec KoolAgency si ce n’est ma participation en tant que co-fondateur, au même titre que dans des sociétés telles que…   Leetchi, Freshplanet/SongPop, Kwaga ou iAdvize.